Violent réquisitoire de la Jds : « Les Sénégalais sont indignés… L’image de notre pays est écornée »

Le Jds, Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme, une structure appartenant au Partis socialiste de la mouvance présidentielle, s’est fendue d’un communiqué aux allures de réquisitoire incendiaire à l’encontre du régime. Entre les arrestations arbitraires d’opposants, l’affaire Lamine Diack, les libertés confisquées et les espoirs déçus, les jeunes socialistes tirent la sonnette d’alarme et appellent les démocrates « encore debout », à se mobiliser pour dire non.
Senego publie in extenso le communiqué de la Jds.
Les révélations du journal Le Monde ont produit l’effet d’une bombe au Sénégal. Des accusations graves et sérieuses ont été portées contre le pouvoir actuel. L’affaire Lamine Diack risque d’être un ouragan politique dont le Sénégal sortira difficilement indemne. Les accusations touchent le sommet de l’Etat. Les Sénégalais sont indignés. L’image de notre pays est écornée à l’étranger. La coupe est trop pleine. Le peuple ne demande que la vérité. Rien d’autre.
Le gouvernement n’a pas besoin de paniquer. Tomber dans l’affolement, c’est faire preuve de faiblesse et de culpabilité. Les Sénégalais demandent à être rassurés par des réponses claires et responsables. Malheureusement, le régime de Macky Sall manque de sérénité. Cela révèle des carences graves et des complexes profonds.
La frivolité dont fait montre le gouvernement du Sénégal à chaque fois qu’il est acculé par des évènements difficiles est très inquiétante. Elle risque de menacer la stabilité du pays. C’est le gouvernement lui-même qui travaille à travers ses actes et paroles à installer la peur et le chaos dans le pays.
Les dérives sont graves et commencent à être nombreuses. Aucun démocrate ne peut les accepter. Le Sénégal est une démocratie. Le Sénégal entend rester une démocratie, n’en déplaisent à Macky Sall et à ses affidés à la peau dure, des crocodiles politiques opportunistes et profiteurs sans vergogne qui ne reculent devant aucune honte, et qui sont embusqués au cœur de la République pour mieux perpétrer leurs forfaits.
Les questions sont simples et les réponses peuvent être très simples. Macky Sall étai-il impliqué dans l’affaire Lamine Diack ? C’est ce que nous voulons savoir. Nous sommes en droit d’attendre des réponses des autorités de notre pays. A la place, on reçoit des menaces, des mises en garde, des embastillements, des violations des droits des citoyens, des transgressions de la liberté de presse.
Le régime de Macky Sall s’énerve vite et cogne sur tous ceux qui élèvent la voix pour dénoncer ses forfaits. Décidément, le pouvoir actuel a les nerfs à fleur de peau. Mais, les menaces n’y feront rien. Les Sénégalais libres défendront leur opinion, leur liberté d’expression et leur démocratie construite avec des sacrifices surhumains par plusieurs générations. Le ministre de l’intérieur doit revenir à la raison en faisant preuve de plus de responsabilité et de sérénité. Il n’a pas les moyens de réduire le peuple au silence. Il perd son temps et son énergie. Les emprisonnements ne feront qu’enfoncer le pays dans le chaos politique. Nous avons tenu devant et contre Abdoulaye Wade les dents serrées et le regard fixe, sans fléchir un seul instant.
Ce n’est pas un ministre de l’intérieur zélé et excessif qui va nous empêcher d’assumer nos responsabilités militantes et patriotiques. Abdoulaye Daouda Diallo, un apprenti dictateur perdu par son fanatisme à vouloir plaire au prince à tout prix. Il a inauguré la dangereuse gouvernance par la patrouille politique. La police et la gendarmerie sont utilisées pour solder des comptes politiques. Mais le patriotisme est supérieur à la patrouille politique. Le peuple sénégalais arrêtera cette dictature rampante. C’est entre les mains de ce peuple que nous déposons nos protestations. Le comportement du gouvernement est inacceptable, c’est une lettre de cachet contre la démocratie. Il faut libérer sans délai tous les détenus politiques. C’est l’appel que lance la Jeunesse pour la Démocratie et le socialisme (JDS).
La solution dans cette affaire grave qui mouille l’actuel régime n’est pas de casser de pauvres journalistes qui n’ont commis qu’un seul crime : refuser de faire partie de la bande de journalises qui ont choisi de se taire, de ranger leurs plumes pour en contrepartie recevoir des positions, des places et des privilèges dans la cour du prince. Les journalistes du groupe D-média n’ont fait que leur travail qui est d’informer le peuple. Si le gouvernement est courageux, il doit aller jusqu’au bout de sa logique : faire subir les foudres de sa colère et de son énervement aux journalistes du Monde.
Et c’est très simple. Le gouvernement n’a qu’à porter plainte contre le journal Le Monde. Le régime de Macky Sall n’est pas conséquent ! Mais il est plus facile d’embastiller des journalistes sénégalais et des opposants que de faire face à la justice française. La Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS) témoigne toute sa solidarité aux journalistes du groupe D-média. La JDS demande au gouvernement de garantir la sécurité des journalistes et de les laisser tranquillement faire leur travail. Si le gouvernement se sent offensé, il n’a qu’à s’en prendre à la rédaction du journal Le Monde. La JDS demande aussi sans condition la libération immédiate d’Oumar Sarr.
Le Coordonnateur du PDS a été arrêté en violation flagrante de la constitution. Un député en session ne peut être arrêté sans la levée de son immunité parlementaire. Mais, ce gouvernement ne recule devant rien, il n’en a cure de rien. Le gouvernement harcèle l’opposition. Le pouvoir actuel ne peut pas arrêter et maintenir en prison de manière arbitraire, Toussaint Manga, le responsable des jeunes du PDS, Victor Diouf, le responsable des étudiants, Oumar Sarr, le responsable du parti et vouloir avoir un climat de paix et de stabilité. Le régime de Macky Sall est une « machine à tondre » les opposants.
Le gouvernement est seul responsable de la situation actuelle du pays. La stratégie du bâton ou de la carotte ne triomphera pas. Ce qui se passe au Sénégal dépasse l’entendement. C’est une honte pour notre démocratie. C’est un recul grave pour notre démocratie. Pendant ce temps, le président de la République protège des personnes mises en examen par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) et qui ont une responsabilité dans la mort de l’étudiant Mamadou Diop.
Sommes-nous dans quel pays ? Sommes-nous dans quel système démocratique ? Le récent voyage du président Macky Sall en Guinée avec Me Ousmane Ngom, l’ancien ministre de l’intérieur d’Abdoulaye Wade, témoigne à suffisance que nous sommes en présence d’une justice à double vitesse : une justice punitive pour ceux qui sont dans l’opposition et une justice clémente pour les transhumants. Cette situation révolte les consciences qui ne sont pas encore mortes, les consciences qui ne sont pas engluées dans la corruption d’un régime en état de putréfaction terminale. Une douleur profonde a mordu le cœur de tous les démocrates sincères. Nous réchauffons notre foi dans la puissance de la liberté et de la lumière. C’est pour dire que le peuple aura toujours le dernier mot dans la lutte qui l’oppose aux apprentis dictateurs.
La JDS demande la libération de tous les détenus politiques. La JDS appelle les démocrates encore debout et les organisations de la société civile à la jonction des forces pour mettre fin aux détentions arbitraires qui se multiplient. Le Sénégal court vers une dangereuse dictature. Le monstre est au cœur de la République, ce patrimoine commun de tous les démocrates. Il risque de consumer notre République et notre démocratie. Le bruit de la pioche des révoltes urbaines commence à retentir de nouveau dans les rues de notre capitale. Demain, le peuple retournera à la place de l’Obélisque. La prochaine fois, la révolution citoyenne ira jusqu’au bout de sa logique. Elle brisera définitivement les parchemins de servitude qui entravent la liberté des citoyens. LA PATROUILLE POLITIQUE NE PEUT TRIOMPHER DU PATROTISME
SENEGO




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES