Transfèrement des détenus Libyens au Sénégal : Une mesure politique à la limite de l’absurdité !

Au moment où le Sénégal fêtait le 56 ème anniversaire de son « indépendance », sous le thème évocateur de : « Forces de défense et de sécurité face aux défis sécuritaires », il est incongru de recevoir aux mêmes instants deux ex-détenus du camp, tristement célèbre de Guantanamo, fût-il pour des raisons-pompeusement- qualifiées d’humanitaires !
Accorder un asile « humanitaire » à des présumés anciens combattants d’Afghanistan, sur la simple demande du Président américain Barak Obama, qui s’est permis de détenir, pendant 14 ans- sans jugement- des citoyens d’un autre pays, ne me paraît ni sage, ni juste. L’Etat du Sénégal qui vient de juger-tant bien que mal- un ancien exilé politique Hissène Habré, qui garde encore dans ses murs, un autre détenu politique, ancien Président d’une république voisine, le Général Amadou Toumani Touré et qui a embastillé, voilà bientôt un an, des imams sénégalais dont leurs familles et les hommes épris de justice, attendent encore leur jugement, à défaut de les libérer, n’aurait pas dû se permettre d’accueillir sur son sol d’anciens détenus de Guantanamo, lâchés, comme une patate chaude, par le régime finissant de Barak Obama !
Le Sénégal est, certes, un pays de la Téranga(hospitalité en langue Wolof), mais de là à abriter d’anciens combattants de la guerre d’Afghanistan et de présumés spécialistes de la fabrication de « bombes et d’explosifs », il y a vraiment un pas qu’il ne fallait jamais franchir.
Après avoir mené tambour battant une politique ultra sécuritaire, qui aurait failli aboutir à l’interdiction du port de la burqa, le gouvernement du Sénégal ne devrait pas se donner le droit de prendre une décision aussi capitale, sans s’en référer à la souveraineté populaire, ne serait-ce que par une communication anticipée. Il est vrai que nous sortons d’un référendum controversé où le « Oui » l’a emporté sur le « Non », mais l’octroi d’un asile humanitaire à Salem Abdul Salem Ghereby et à Omar Khalifa Mohammed Abu Bakr, tous deux de nationalité libyenne et anciens pensionnaires de la triste prison américaine de Guantanamo, suscite de nombreuses interrogations de la part de mes concitoyens : Qu’est-ce qui pourrait justifier une telle aventure ? Pourquoi a-t-on mis le peule sénégalais devant le fait accompli ? Pourquoi ces anciens détenus de Guantanamo, qui sont des Libyens, n’ont-ils pas été transférés vers un pays arabe ou vers les Etats-Unis qui les avaient emprisonnés ?
Bref, autant de questionnements et d’interrogations qui restent réponses, en dépit des tentatives laborieuses d’explication voire de justification, improvisées par le Ministre de la Justice, M. Sidiki Kaba et son homologue de l’Intérieur, M. Abdoulaye Daouda Diallo. Si les Américains lâchent ces anciens détenus dans la nature, après 14 ans d’emprisonnement, détention qui ne s’appuierait pas sur des preuves tangibles, pourquoi diable, nous les refile-t-on, sous le prétexte fallacieux « d’asile humanitaire » ?
Nous savons bien que c’est après avoir réduit l’Afghanistan en un Nomand’s Land et la Libye en un désert ingouvernable, que les tenants de la théorie « d’ingérence humanitaire » et « d’asile humanitaire » ont transféré -volontairement ou non- des terroristes au Nord Mali et dans le désert d’Agadès, au Niger.
Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, jadis éloignés des foyers de tension terroriste, viennent d’être frappés de plein fouet, par des attaques inhumaines et atroces que rien ne justifie ! Leurs auteurs : des terroristes venant des ruines de la Libye du défunt colonel Mouammar El Ghadafi ou d’anciens combattants d’Afghanistan !
A la lumière de ces actes criminels et programmés, leur voisin immédiat, le Sénégal, qui vient de célébrer son indépendance, avec faste, sous le sceau « … des défis sécuritaires », se doit de rester vigilant, tout en menant une politique sécuritaire, faite de la prévention, de l’anticipation et de la prospective. La realpolitik nous impose une neutralité positive à l’égard des politiques bellicistes, souvent initiées par les grandes puissances étrangères.
La logique d’un Barak Obama, visiblement en fin de mandat, n’est point celle d’in Macky Sall, qui n’en est qu’à la moitié de son premier mandat… Il en est ainsi de la logique d’un François Hollande, qui risquerait de ne pas être le candidat des Socialistes, lors de la prochaine élection présidentielle en France.
Ceci dit, je souhaite, malgré tout, un bon séjour à nos désormais hôtes, Salem et Omar et leur dis sénégalaisement : « Dàl leen ak jamm » !

Mamadou Bamba Ndiaye
Ancien Ministre des Affaires Religieuses




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES