Tine avertit : « Toutes les graves crises qui ont rudement menacé la stabilité du pays viennent de l’Assemblée nationale »

La crise qui sévit au niveau de l’Assemblée nationale et qui n’est pas près de trouver une solution, fait craindre le pire. Hier, les députés en sont venus aux mains au sein de l’hémicycle, une attitude vivement dénoncée par des acteurs politiques. Acteur de la démocratie et défenseur des droits de l’homme, le président du Comité sénégalais des droits de l’homme (Csdh), Alioune Tine, de formuler quelques mises en garde par un rappel de faits historiques.
« Il faut se rappeler que toutes les graves crises qui ont rudement menacé la stabilité du pays viennent de l’Assemblée nationale.
Crise de décembre 1962 qui a pratiquement abouti à un changement de régime, le régime hyper présidentialiste qu’on connaît et qui avait abouti au régime du parti unique de 1966 à 1974. Une évolution qui avait donné une assemblée pluraliste en 1978 avec 18 députés à l’Assemblée nationale », écrit Alioune Tine sur sa page Facebook.
« Quand on est à terre, on ne peut plus tomber »
La deuxième grave crise, poursuit-il, c’est le 23 juin 2011. Avec le rejet profond du projet de 3ème mandat (d’Abdoulaye Wade : ndlr) mais aussi d’un modèle Parlementaire et de députés qui tournent le dos délibérément à la volonté du Peuple. La différence entre la crise de 62 et celle du 23 juin 2011, c’est qu’après le 23 juin, il n’ y a eu aucune réforme structurelle prenant acte d’un désir profond de changement fortement exprimé.
En dépit de l’existence des conclusions des assises qui pouvaient constituer une bonne base pour un dialogue qui pouvait aboutir à des réformes consensuelles sur des réformes modernisant nos institutions politiques, démocratiques et de gouvernance.
Pour Alioune Tine, Nous sommes rattrapés par l’histoire en assistant en direct et de manière scandaleuse et parodique à la décomposition de l’institution Parlementaire. Ceux qui invoquent les textes et les règlements ne se rendent pas compte que des textes et des règlements qui transforment une Assemblée nationale en arène où les gens se battent, ne sont pas bons et qu’il faut les changer. L’image que donne l’Assemblée est peu reluisante. C’est une honte pour le Sénégal.
Cette crise est politique et institutionnelle », regrette l’ancien président de la Raddho.
Une crise qu’il faut régler, suggère-t-il, « par un dialogue sincère, serein et responsable. Les problèmes de tous les jours qui assaillent les citoyens appellent un autre comportement. On vient d’atteindre la ligne rouge. Cela veut dire que cette institution est à terre. Et quand on est à terre, on ne peut plus tomber. Cela veut dire que l’heure des réformes structurelles de nos institutions politiques, démocratiques, a sonné ». SENEWEB




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES