Tiken Jah Fakoly : « Je suis de la génération Sankara »

La star ivoirienne du reggae a clôturé en musique la journée de lancement du mémorial Thomas Sankara, le 2 octobre à Ouagadougou. Interview avec un artiste qui revendique fièrement son identité sankariste.

Jeune Afrique : Pourquoi est-ce important pour vous d’être présent à Ouagadougou pour le lancement du mémorial Thomas Sankara ?

Tiken Jah Fakoly : Nous sommes là pour nous rappeler des actes et des messages de Thomas Sankara. Lorsque j’ai été contacté par le Balai citoyen, j’ai tout de suite répondu oui. Nous ne devons pas oublier Sankara parce qu’il a été un déclic pour beaucoup d’entre nous. Nous l’avons toujours dans le cœur.

Quelles sont les valeurs prônées par Sankara que vous revendiquez aujourd’hui ?

La dignité et l’indépendance totale de l’Afrique. Quand Sankara invite Mitterrand et qu’il lui parle droit dans les yeux de la visite de Pieter Botha qui a sali la France démocratique, quand Sankara met son peuple au travail, quand Sankara prouve que l’Afrique peut se développer sans les grandes puissances : tout ça sont des valeurs et des actes que nous ne devons pas oublier.

Aujourd’hui, les gens vont chercher des modèles de développement un peu partout, mais il suffirait simplement de relire les discours de Sankara et de regarder ses actes pour avancer de manière indépendante.

Sankara était aussi un panafricaniste convaincu. Cet idéal est-il toujours vivant ?

L’idéal panafricaniste a été combattu après les indépendances et il continue d’être combattu. Nous sommes 54 pays avec des matières premières dont les pays occidentaux ont besoin pour continuer leur développement. Nous serons deux milliards en 2050 et nous avons une population très jeune. Nous avons la terre et tout ce que les pays occidentaux ont perdu.

Il est important que les gens continuent à se battre pour cet idéal panafricaniste. L’Afrique ne s’en sortira pas divisée. Tant que nous serons en petits morceaux, divisés, nous ne gagnerons rien. Mais le jour où les 54 pays seront unis et parleront d’une seule voix, nous gagnerons tous les combats, en particulier politique et économique.

Thomas Sankara était un modèle pour la jeunesse burkinabè et africaine. Voyez-vous aujourd’hui un autre modèle parmi les dirigeants africains actuels ?

Malheureusement, le modèle que représentait Sankara n’existe pas aujourd’hui. Il était un président totalement indépendant. De nos jours, il est rare de trouver un dirigeant africain détaché comme il l’était.

Thomas Sankara a déjà gagné le combat parce que Blaise Compaoré a été humilié
Blaise Compaoré est actuellement en Côte d’Ivoire, où il bénéficie de la protection du régime d’Alassane Ouattara. Doit-il être jugé au Burkina Faso pour son rôle présumé dans l’assassinat de Thomas Sankara ?

Thomas Sankara a déjà gagné le combat parce que Blaise Compaoré a été humilié. Quand vous êtes chassé de votre terre natale et que vous n’avez pas la possibilité d’y revenir, alors que vous avez occupé la plus haute fonction de l’État pendant plus de vingt ans, c’est une humiliation.

Sankara a été tué, mais ses idées sont bien là. Il vit toujours en nous. Tout le monde est aujourd’hui rassemblé à Ouaga pour lui. Par rapport au jugement, c’est au peuple et à la justice burkinabè de décider.

Êtes-vous personnellement inspiré par Thomas Sankara ?

Oui. J’ai suivi de près son parcours, qui a été un déclic pour moi. Je suis de la génération Sankara. Il ne doit pas être oublié. Je suis sankariste et il n’y a que ses idées qui pourrons nous sortir des maux dont nous souffrons aujourd’hui.

L’insurrection burkinabè est un modèle à suivre
La jeunesse burkinabè doit-elle un modèle pour le reste de la jeunesse africaine ?

L’insurrection burkinabè est un modèle à suivre. Elle est un exemple pour toute la jeunesse africaine. Personne ne viendra changer notre situation à notre place. Personne n’imaginait que l’Afrique noire pouvait se comporter comme ça. Quand il y a eu les révolutions dans les pays arabes, les gens disaient que cela ne pourrait jamais arriver dans un pays d’Afrique noire. Les Burkinabè ont réagi. Je pense notamment que ces jeunes se sont réveillés grâce aux idées de Sankara.

Comment expliquez-vous les tensions politiques actuelles dans plusieurs pays d’Afrique centrale, comme le Gabon ou la République démocratique du Congo ?

Je suis préoccupé mais je pense que le processus démocratique est en marche. Le fait que les gens manifestent et s’expriment, c’est bon signe. Nous nous sommes rapidement réveillés en Afrique de l’Ouest parce que nous avons eu Sankara dans les années 1980.

L’Afrique centrale a perdu Patrice Lumumba très tôt. S’il était resté plus longtemps et s’il avait atteint ses objectifs, je suis convaincu que l’Afrique centrale n’en sera pas là.

Que pensez-vous du rôle de la communauté internationale dans ces différentes crises politiques africaines ?

C’est une association d’amis qui agissent entre eux et qui ne tiennent pas réellement compte de la situation des peuples. Nous sommes plus nombreux que cette communauté internationale. Le réveil des peuples aura plus de force qu’elle.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES