Terrorisme : ces pays africains qui partent en guerre contre le voile intégral

Guinée, Cameroun, Tchad : pour se prémunir des attaques terroristes, ils sont de plus en plus nombreux à s’attaquer au voile intégral. Ou du moins à lancer le débat, quitte à susciter la polémique. Tour d’horizon.

Ces derniers mois, les annonces se sont multipliées sur le voile intégral. Après les interdictions au Congo et au Tchad ou celles, partielles, au Cameroun, le débat agite désormais d’autres États africains.

À l’image du Sénégal, où le port du niqab est pourtant rare. Lors du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique les 9 et 10 novembre 2015, Macky Sall avait dénoncé les « pratiques qui ne correspondent ni à nos traditions, ni à notre conception de l’islam », citant le voile intégral.

Un sujet sensible

Une prise de position qu’il a rappelé au Mali, après l’attentat de Bamako du 20 novembre, tout en prenant soin de préciser qu’aucune interdiction n’avait pour l’heure été décrétée. Tout comme Alpha Condé, qui a lui aussi lancé le débat en Guinée après l’attaque du Radisson Blu. À Dakar comme à Conakry, ces déclarations suscitent débats et polémiques.

« C’est un sujet très sensible », confirme le ministre et conseiller en communication de Macky Sall. « Mais il faut rappeler qu’il s’agit là d’un enjeu sécuritaire et non religieux », poursuit El Hadj Hamidou Kassé, admettant que le voile intégral est « très marginal au Sénégal ».

D’autres pays, à l’instar de la Tunisie, ont de leur côté choisi de renforcer les contrôles envers les femmes portant le niqab. Une situation qui prévaut également au Gabon, majoritairement chrétien mais menacé au nord par des infiltrations de combattants de Boko Haram.

C’est d’ailleurs le risque que fait planer le groupe terroriste nigérian, rallié à l’État islamique, qui a conduit une poignée de pays à prendre des mesures contre le niqab. À l’exception du Nigeria, berceau et cible privilégiée du groupe terroriste.

Que dit la loi dans les pays concernés ?
Pour des informations précises sur la législation en vigueur, cliquez sur le pictogramme attribué à chaque région :

Comment l’interdiction du port de voile intégral est-elle justifiée ?
Tous les pays évoquent des impératifs sécuritaires, dans un contexte marqué par la recrudescence d’attentats. Mais c’est surtout le mode opératoire de Boko Haram – des femmes kamikazes parfois intégralement voilées – qui a déclenché les interdictions.

« Plusieurs jeunes filles servent de bombe humaine. Certaines sont endoctrinées pour devenir des combattantes et commettre des atrocités », expliquait récemment Geneviève Garrigos, la présidente d’Amnesty International France à Jeune Afrique. Dans certains cas, les femmes kamikazes, parfois des fillettes, n’ont pas conscience de porter sur elles des charges explosives, quand d’autres sont droguées, affirmaient les autorités camerounaises à Jeune Afrique.

Un mode opératoire différent de celui employé par les Shebab dans les pays de la Corne de l’Afrique, ou encore des groupes djihadistes qui frappent régulièrement le Mali, où les combattants sont majoritairement des hommes. Même chose en Tunisie, où les derniers attentats du Bardo et de Sousse ont là aussi été perpétrés par des hommes.

À LIRE AUSSI :Mali : Bamako dans le viseur des groupes terroristes
Des mesures efficaces ?
Au Tchad, l’interdiction pure et simple du voile intégral n’a pas créé de remous, même si elle n’a pas empêché un attentat sanglant sur le marché central de N’Djamena le 11 juillet dernier, commis par un kamikaze caché sous un voile intégral.

« La situation est exceptionnelle », souligne Mahamat Nour Ahamed Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne pour la Défense des droits. « Cette mesure s’est avérée efficace : quelques contrôles ont mené à des arrestations », fait-il savoir.

Quant aux pays où le port du niqab n’est pas une pratique ancrée dans la société, l’intérêt d’une telle mesure est parfois remise en cause. « C’est une mesure cosmétique : le voile intégral est très peu porté au Congo, et les contrôles semblent quasi inexistants », souligne Paul-Marie Mpouélé, leader de la société civile et coordinateur de la plate-forme d’opposition « Sauvons le Congo ». Avant d’assurer que le Congo, voisin du Cameroun, n’est pas à l’abri de Boko Haram. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES