Tenue d’un Forum Citoyen à la Place de l’Obélisque ce lundi sur les Affaires Diack, Habré, Karim, Omar Sarr etc...

I-LE CONCEPT DU FORUM
En application de la Résolution finale du 2ème Congrès des Intellectuels du Sénégal à l’initiative du CIIS, le Cercle des Intellectuels a adressé à Monsieur le Préfet du Département de Dakar, en date du 4 janvier 2016, une lettre l’informant de la tenue d’un Forum Citoyen, à la Place de l’Obélisque, le lundi 11 janvier 2016, de 15 h à 18 h 30.
De quoi s’agit-il précisément ?
1. La Révolution des mentalités et des comportements tant attendue depuis 1960, n’est pas de l’ordre du discours (Waxatu), mais de celui de la praxis lisible (Jëffe)
Ni discours de circonstances ni pratiques douteuses et décousues ne sauraient épuiser ni escamoter la révolution indispensable des mentalités et des comportements, dont le Dialogue demeure la méthode, par excellence, de réforme de la société. Une Réforme qui est impensable si elle ne commençait pas par l’exemplarité des élites et des organismes dirigeants eux-mêmes, à tous les niveaux, de haut en bas et de bas en haut de l’Etat, de l’Administration et des institutions.
Selon le CIIS, c’est cette Révolution en question qui commande jusqu’aux chances de succès de tous les Plans quelconques, y compris le Premier Plan Dia Mamadou et Senghor, les PAS d’Abdou Diouf, le Plan OMEGA du Me Abdoulaye Wade ou le Plan Yoonu Yokkuté/PSE de M. Macky Sall. Sans parler du fait que cette Révolution des mentalités et des comportements, dès lors qu’elle va renouer avec les lois non écrites de nos civilisations et cultures, éloignerait de nous le spectre fantomatique des parodies de Justice des Tribunaux d’Exception qui choque l’opinion et dénigrent jusqu’à toute idée de justice et d’équité : CREI pour M. Karim Meïssa Wade tout seul, coupable désigné et bouc émissaire ! Et CAE à charges contre le Président Hissein Habré…, sans Idriss Déby-le-bailleur, dont personne ne souhaite la comparution apparemment ! etc.
D’où suit que le Dialogue n’est pas un luxe, ni une perte de temps, mais le moyen par excellence de construction de la cohésion morale, des consensus et des équilibres nécessaires au développement et à la prospérité de notre Nation, dans la Paix et l’unité avec nos voisins.
2. De la nature du Forum des Citoyens
Il s’agit d’abord d’un cadre d’échanges et de dialogue, d’écoute et de partage destiné, dans la capitale et les régions, comme dans l’émigration, au réarmement stratégique, sur les questions essentielles, d’un pays qui a tout pour réussir en relevant les défis de toutes sortes, mais qui pour des raisons liées aux caractéristiques sociologiques et historiques de sa classe politique, traîne les pieds, quand elle ne se montre pas décevante ; notamment dans les affaires récentes touchant au Parlement, à la Gestion des organismes de prévoyance sociale (IPRES), à l’Ecole et aux Universités, au foncier urbain et rural, aux Bourses familiales, à l’application de l’Acte III de la décentralisation, à SUNEOR, à TRANSRAIL, etc.
Partant, il ne s’agit pas pour nous de faire de l’agitation, de la surenchère ou d’en appeler au peuple pour des actions répréhensibles, mais bien d’Instruire, de Former et d’Eduquer, en commençant par le commencement : Relever ce défi stratégique de la Révolution des mentalités et des comportements sur lequel nous buttons depuis bientôt près de soixante ans. En particulier, la réappropriation intelligente des Codes non écrits de nos cultures et civilisations, lesquels jouxtent en vérité et déterminent les Lois et Règlements de notre République moderne ; des Codes sans lesquels l’Etat et les institutions risqueraient d’être incompris ou vidés de leur substance.
Sous ce rapport, si le Forum possède une dimension critique et prospective, sa vocation autocritique est première, qui reste la voie obligée pour tous les progrès à venir en matière de développement, de justice et d’égalité, d’équité et de valeurs.
3. Le Dialogue (sincère et véridique) est le chemin
En d’autres termes, ce Forum des Citoyens a l’objectif et l’ambition non seulement de mettre en exergue le Socle des valeurs et des pratiques fondatrices du Sénégal d’hier à aujourd’hui, mais surtout d’opérationnaliser et d’exprimer par des praxis concrètes ces mêmes valeurs, qui ne sauraient être décoratives ou cultuelles et folkloriques ! Afin que nul n’en ignore, elles constituent la CLE véritable de cette Révolution des mentalités et des comportements, dont le 2ème Congrès des intellectuels aura souligné l’acuité et montré l’actualité, comme composante lourde de tous nos Plans actuels, passés et à venir de Développement et d’Emergence ou de Réformation.

II-L’OPERATIONNALISATION DU CONCEPT DU FORUM CITOYEN
Appel pour le Forum Citoyen
LES Premiers signataires
Vivement préoccupées par l’emprisonnement, contre toute sorte de droit, du Pr. Oumar Sarr, Député à l’Assemblée Nationale, Coordonnateur du PDS, et membre éminent du Comité d’Initiatives des Intellectuels du Sénégal (CIIS), d’une part, et d’autre part, profondément atterrées, sinon révulsées, par l’aveu du Président Lamine Diack, qui vient s’ajouter à des énigmes non résolues que d’aucuns font semblant d’oublier (Cosmos Energy, Petro Tim, etc.), nous nous sommes réunies pour examiner de près la situation, en vue de proposer des voies de solution à toute une Nation interloquée par tant de pusillanimité, de félonie et de concussion.
Et pour cause ! Dès l’instant où de l’argent sale russe a été mobilisé, selon son acteur principal, à hauteur d’un million et demi d’euros pour financer les Assises Nationales de l’Opposition sénégalaise en 2008, puis soutenir les contempteurs du Président Abdoulaye Wade aux Municipales de 2009 et à la Présidentielle de 2012, il y a problème. Et quel problème !
Dès lors, ce n’est plus uniquement le monde politique traditionnel qui est interpellé, mais d’abord et avant tout la Citoyenneté globale, laquelle est tenue de se mobiliser - toutes affaires cessantes - pour échanger sur les faits exacts, se concerter sur les tenants et les aboutissants d’une telle situation, à l’effet de suggérer des pistes de recherche et des voies de solutions, sinon des mesures et des actes, destinés à conjurer cette catastrophe morale, politique et culturelle, qui ternit l’image de la Démocratie sénégalaise, entame le crédit de l’Etat et secoue chacun et chacune d’entre nous en son for intérieur.
Soyons clairs et parlons net. Ces événements qui en ont ému plus d’un, signifient ni plus ni moins que la Cohésion Morale et la Stabilité Sociale, dont le pays a besoin, sont gravement hypothéquées par les tours de passe-passe d’une poignée de tricheurs de haut rang. De véritables gougnafiers, s’il en est, qui plus est, passent pour des symboles de réussite pour les générations actuelles et des modèles de conduite pour les générations futures ! Certes, qui ne l’a pas eu ne l’a pas mérité, mais n’est-ce pas trop cher payé pour notre Nation, notre Etat et nos ressources publiques ? Sans compter l’humiliation et la suspicion à l’endroit des Sénégalais encore vertueux et crédibles !
Moyennant quoi, il nous a semblées que les Citoyens devraient prendre leurs responsabilités et s’impliquer de manière proactive, au lieu de se plaindre, ou de se morfondre ; car, selon toute évidence, les autorités et les corps spécialisés qui auraient dû prévenir ces désastres ou les attaquer de front lorsqu’ils se déclarent, ont pris du retard par rapport à leurs tâches ou montré peu d’enthousiasme à s’exécuter dans les délais, occasionnant un vide que la Citoyenneté est tenue de remplir, par conscience et par devoir.
Qui oserait seulement en douter, que les problèmes qui nous menacent présentement : depuis les inégalités sociales extravagantes à l’homosexualité et au terrorisme, aux retraites et pensions, à la déconstruction des collectivités locales et au despotisme rampant contre les libertés individuelles et collectives, sans parler du non-emploi des jeunes, de la crise scolaire et universitaire, des scandales de Cité Tobago, Diamniadio et Diass, etc., appellent l’entrée en scène des Citoyens et des Patriotes, des élites comme du peuple, des cadres supérieurs et des corps intermédiaires, des hommes et femmes de science et de culture, des intellectuels véritables et des artistes de valeur, des leaders politiques vertueux et des chefs religieux non concussionnaires, des hommes de presse clean et des syndicalistes non alimentaires, etc. ?
En somme, il est de la plus haute instance que la Citoyenneté active reprenne son bâton de pèlerin, en vue de remettre de l’ordre dans les affaires de la Cité, et ce, au-delà et par-dessus les différences d’appartenance religieuse ou d’ou d’origine confessionnelle, politique et syndicale, idéologique, linguistique ou culturelle, etc.
Où va la République ?
Certes, chaque Citoyenne et chaque Citoyen se pose la question de manière individuelle et isolée. Mais, le temps n’est-il pas venu d’examiner ensemble, i.e. collégialement et collectivement, toutes ces interrogations, équations et questionnements qui taraudent nos consciences et perturbent la tranquillité publique ? De fait, il s’agit bien de moraliser, de socialiser, mais aussi d’humaniser les problématiques qui conditionnent nos existences et commandent notre survie en tant que peuple uni et lisse, c’est-à-dire « un peuple sans couture » . Ce que avons déjà abordé au 2ème Congrès des Intellectuels et que nous souhaiterions partager avec toute la Citoyenneté active se laisse formuler ainsi : Qu’est-ce qui nous arrive et comment nous en sortir ? Que faire ici et maintenant, dans le respect de nos différences d’approche et de méthode, de sensibilité et d’orientation ? Quelle (s) compréhension (s) commune des événements qui secouent la classe politique, les sociétés civiles et la République entière ? Et enfin : Quelle(s) Pédagogie(s) active (s) citoyennes et républicaines en vue d’assurer à notre pays les avantages d’une Stabilité Sociale, d’un Etat fort et d’une Cohésion Nationale à toute épreuve ?etc.
En effet, il n’est dans le pouvoir de personne de nous faire croire qu’on cherche le bonheur du Peuple et des Citoyens ou la solidité de l’Etat, lorsqu’on mobilise près d’un million et demi d’euros, - et qui plus est, de l’argent russe sale – ou lorsque l’on s’octroie des privautés, des primes et des libéralités sur les ressources pétrolières et les biens miniers d’une République qui peine à honorer ses retraités, à soigner ses femmes et ses enfants ou à nourrir correctement ses populations tant urbaines que rurales !
En tout état de cause, si tout cela n’est pas du sabotage ou de la sédition caractérisée, cela y ressemble. Ce sont les raisons pour lesquelles, après avoir attendu légitimement de l’Etat, de la Justice et/ou de SEM le Président de la République qu’ils tirent toutes ces affaires au clair, et s’autosaisissent comme il se doit, nous avons décidé d’en appeler à la Citoyenneté active elle-même.
Au demeurant, s’il convient de « Rassembler les poussins à l’abri des milans » , il y a lieu de commencer par freiner le délitement à vue d’œil des valeurs fondatrices de la Nation sénégalaise et de l’Etat, des mœurs et des principes. Si ce n’est par estime vis-à-vis de la République, du moins par respect à l’égard de Citoyens fondamentalement consternés et choqués par les nouvelles cultures ambiantes du revirement, de la renonciation et de la capitulation, toute honte bue ! Des Citoyens révoltés par des faits violents et traumatiques qui donnent la mesure irréfutable des pratiques de prébendes, de concussion et de Maa Tey qui multiplient les dysfonctionnements et les cercles vicieux dans l’Etat, à l’Assemblée Nationale, dans la Justice, l’Education, l’Ecole et les Universités, l’Agriculture et les secteurs miniers et/ou ferroviaires, la Fonction publique, l’IPRES, l’émigration et les diasporas, etc.
D’où suit, qu’en conséquence de ce qui précède, les organisations et associations présentes, après avoir évalué les considérants et les prémisses tout comme les bases de principes des requêtes déposées par l’OCDI, d’une part, et d’autre part, le Forum du Justiciable, relativement à l’Affaire dite Lamine Diack, laquelle relance Petro Tim et Cosmos Energy, etc., ont décidé :
- 1. De soutenir inconditionnellement les requêtes en question, et subséquemment, d’en appeler tant aux Citoyens, aux Démocrates et aux Républicains qu’aux Autorités de la République, aux Pouvoirs constitués de notre pays, pour que les choses soient tirées au clair, dans les délais les meilleurs ;
- 2. D’entreprendre immédiatement, dans le respect des lois de notre pays, des séries d’actions citoyennes et républicaines, en vue de mobiliser l’Opinion - toutes tendances confondues ;
- 3 De commencer à réduire ainsi les champs de confidentialité et d’opacité, qui obstruent en ce moment, toute visibilité et toute lisibilité dans les affaires qui concernent l’honneur de la Nation, le crédit de l’Etat et le sort des Citoyens, au plus haut point et sous tous rapports ;
- 4. De s’engager, tout de suite et maintenant, dans la préparation proactive, aux côtés du Comité d’Initiatives des Intellectuels du Sénégal (CIIS), de l’OCDI, du Forum du Justiciable, de la FGTS, de la FSAS, de SDL, et des personnalités indépendantes de diverses origines, du Forum des Citoyens du Lundi 11 janvier 2016 à la Place de l’Obélisque.
Aussi cet Appel solennel est-il lancé à toutes les organisations et associations citoyennes, civiles et professionnelles, syndicales et politiques sans exception ni exclusive, pour se donner la main, en ces temps de profonde crise des valeurs et des pratiques, à l’effet de réussir la Mobilisation et la participation aux débats et délibérations, qui seront par la suite décentralisés dans les départements et les régions, comme dans l’émigration en Afrique et dans le monde.
Il n’est qu’une seule exigence : Le « Peuple sans couture » de Senghor doit voler au secours de la République en digue-digue ! Il n’est qu’un seul mot d’ordre à présent : La Citoyenneté Se connecter et s’ouvrir à tous, pour offrir ensemble, à cette République, qui en a bien besoin en ce moment, le supplément d’âme indispensable au sursaut de conscience, de patriotisme et de civisme que toute la Nation attend de ses filles et de ses fils vivant au Sénégal et dans les diasporas.
De manière plus concrète, il ne s’agit plus de ruminer les frustrations du passé, ni de reconduire les conflits de la veille, mais bien de faire face aux défis les plus pressants, en se dotant d’un creuset des convergences et des recompositions pour l’action démocratique, citoyenne et républicaine véritable.
Au total, c’est à vous que nous nous adressons : Compagnons de toutes les batailles démocratiques et de toutes les campagnes citoyennes et républicaines qui avez fait la réputation glorieuse de ce pays ouvert à la Liberté, mais irréconciliable avec l’infamie, la félonie et le parjure. Nous en appelons à tous et à toutes, pour dépasser au plus vite ces moments d’incertitude et de confusion, qui éloignent la Nation de ses valeurs cardinales.
En avant pour le Dialogue républicain et la Concertation citoyenne sans exclusives !
En avant donc pour la Défense de la République, de l’Etat de droit et des principes !
En avant pour la résolution optimale des préoccupations sociales, économiques, politiques, culturelles et artistiques, qui concernent au premier chef les milieux scolaires et universitaires ainsi que les retraités dans nos villes et campagnes.
Fait à Dakar, le 8 janvier 2016
Premiers signataires (liste non exhaustive) :
Observatoire Citoyen pour la Défense des Institutions (OCDI)
Le Forum du Justiciable
Fédération Générale des Travailleurs du Sénégal (FGTS)
Comité d’Initiatives des Intellectuels du Sénégal (CIIS)
Synergie pour le Développement Local – S.D.L.

Premières personnalités invitées à s’adresser au Forum :
Pr. Oumar SARR, Membre du CIIS, Député à l’Assemblée Nationale, Coordonnateur du PDS (depuis sa Résidence du Cap Manuel) ;
Me Aïssata Tall SALL, Avocate, Maire de Podor
M. Sidy Lamine Niasse, Président du Groupe Wal Fadjri
M. Sidya NDIAYE, SG de la Fédération Générale des Travailleurs du Sénégal - FGTS
M. Serigne Modou Mbacké, Jeune Chef religieux, Touba
M. Mouth BANE, Journaliste, Conseiller en COM du Président Hissein Habré
M. Mamadou DIOP Decroix, Membre du CIIS, Coordonnateur du FPDR, Membre du CIIS
Mme Bakhao NDIONGUE, Présidente de la Fédération des Syndicats Autonomes du Sénégal
M. Pape Abdoulaye FALL, Membre fondateur du M23 originel, Responsables des Jeunes, Alliance des Citoyens pour la République - ACR/Macky2012
(Liste non exhaustive)

Pour le Comité d’Organisation du Forum des Citoyens pour la République
Pr. Malick NDIAYE, Sociologue, UCAD
Coordonnateur du CIIS
Tél : 77 247 16 85 / 70 337 47 40




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES