Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en matériel, mais Idriss Déby met les moyens". Tout ce qui est indispensable dans une équipe de protection rapprochée est enseigné.

Dés 1990, ès 1990, un détachement d’une demi-douzaine d’agents des renseignements français se relaient au Tchad et forment plusieurs dizaines de gardes du corps de la sécurité présidentielle. C’est le service action de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure qui s’en charge.

Entre 1994 et 1995, il faut renforcer la garde rapprochée pour protéger le chef de l’Etat, et la sureté présidentielle tchadienne va bénéficier d’une mission d’assistance dans le cadre de la protection présidentielle, aussi appellée « formation cobra ».

"L’armée tchadienne ne dispose d’aucune structure dédiée à la formation protection rapprochée. Il faut sans arrêt batailler pour trouver une salle, des terrains d’entraînement", souligne l’ex-agent Jean Marc Gadoullet qui se livre dans son ouvrage "Agent secret", paru en septembre 2016.

L’objectif est de renforcer la sureté présidentielle. Les soldats de la sureté présidentielle tchadienne bénéficient d’un entraînement au tir, techniques de déplacement, méthodes de neutralisation, et de conduite de véhicule en convoi.

Ainsi, des gardes du corps, des conducteurs, des chefs d’équipe et des spécialistes NEDEX (neutralisation, enlèvement et destruction d’explosif), c’est-à-dire des artificiers chargés de neutraliser les colis suspects, seront formés. La sureté présidentielle sait aussi désormais utiliser des scanners et portiques de sécurité.

La transformation de la sureté présidentielle en DGSSIE

Neuf ans plus tard, en 2004, le projet est "de créer une véritable école de formation des gardes du corps pour rendre les Tchadiens totalement autonomes". En effet, le Tchad informe la France d’un risque de coup d’Etat, plus précisément d’une probable tentative d’assassinat "par l’entourage". A ce moment là, Jacques Chirac, président français de l’époque, fait une promesse : « Je vais t’envoyer quelqu’un et ensemble vous allez mettre en place ce qu’il faut pour te protéger. »

Jacques Chirac se tourne vers le directeur des renseignements : « Vous avez bien quelqu’un pour notre ami, monsieur le Directeur ? ». Le tri commence : Un officier, bon connaisseur du Tchad, titulaire de la formation protection rapprochée, capable d’organiser une cellule de formation de gardes du corps et si possible spécialisé dans les affaires de contre-insurrection. Un agent est retenu parmi cinq finalistes. Direction le Tchad.

Sur place, "nous révolutionnons la structure de protection d’Idriss Déby. J’élargis son périmètre initial – la sûreté présidentielle – en transformant la garde républicaine en une Direction générale des services de sécurité et des institutions de l’État (DGSSIE), qui intégrera aussi plus tard la protection du Premier ministre", révèlera-t-il en septembre 2016, dans l’ouvrage "Agent secret".

Un bataillon d’environ 1.500 hommes

"La création de la DGSSIE tient du miracle parce que je ne m’attendais pas à ce que les Tchadiens soient disposés à faire évoluer leur dispositif, surtout sur les conseils d’un Français. Mais Ahmat Youssouf Mahamat Itno soutient vigoureusement toutes les propositions que nous construisons ensemble. Au total, les effectifs comprennent environ mille cinq cents hommes", précise Gadoullet.

Ahmat Youssouf Mahamat Itno jeune officier "extraordinaire", diplômé de Saint-Cyr et de l’École de guerre française, était colonel et commandant de la garde républicaine à l’époque. Il est aujourd’hui général de division et a été nommé le 18 aout 2016, chef d’état-major général des Armées 1er adjoint en remplacement du Général de Division Saleh Toma Koni.

Toutefois, un problème se pose : Les gardes du corps ne restent pas longtemps au même poste et la rotation du personnel est trop important, ce qui ne donne pas le temps d’assurer une formation adéquate. Mais, à chaque problème sa solution.

L’idée est "de créer une école rattachée à la DGSSIE pour que celle-ci puisse former elle-même ses gardes du corps, sans faire appel à une puissance étrangère". Le Président tchadien met des locaux à disposition et débloque des fonds.

La formation est large : des gardes du corps sont spécialisés dans la conduite de véhicules, ils savent rouler en convoi, se positionner autour de la limousine présidentielle en cas d’attaque ou faire demi-tour au frein à main pour s’enfuir. "Je leur ai également appris à déjouer un barrage routier en venant « intelligemment » percuter les véhicules qui font obstacle", explique l’agent français. D’autres militaires sont formés dans la spécialisation de démineurs d’explosifs.

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en matériel, mais Idriss Déby met les moyens". Tout ce qui est indispensable dans une équipe de protection rapprochée est enseigné.

En parallèle, parmi les soldats de la DGSSIE, deux bataillons présidentiels de 120 soldats chacun, bien entrainés, sont formés exclusivement pour être attachés au président.

A suivre : Le redoutable centre d’opérations de la Présidence
Alwihdainfo.com



AFRIQUE-MONDE

logo article

Le "New York Times" a recensé tous les mensonges de Trump (et ils sont nombreux)

24/06/2017 par :

DONALD TRUMP - Cette compilation fait froid dans le dos. Deux journalistes américains du New (...)

logo article

Les musulmans de France fêteront la fin du ramadan dimanche

24/06/2017 par :

Les musulmans de France fêteront dimanche l’Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne qui marque (...)

logo article

Ghana : fin des privilèges diplomatiques pour les anciens présidents

24/06/2017 par :

Ce changement de traitement concerne non seulement les anciens chefs d’Etat mais aussi les (...)

logo article

Soudan du Sud : la fête de l’indépendance annulée

24/06/2017 par :

Comme en 2016, la fête nationale ne sera pas célébrée cette année. Le gouvernement sud-soudanais a (...)

logo article

Ryad déjoue une attaque d’envergure contre le premier lieu saint de l’islam

24/06/2017 par :

L’Arabie saoudite a annoncé avoir déjoué un attentat d’envergure contre la Grande mosquée de La (...)

logo article

Jammeh retourne en Gambie

20/06/2017 par :

En Exil en Guinée Equatoriale, Yaya Jammeh n’oublie pas, pour autant, la Gambie. Par le biais (...)

logo article

Zeinab demande le divorce à Jammeh

20/06/2017 par :

Zeinab Suma aurait officiellement demandé le divorce à Yaya Jammeh. L’ex première dame, que les (...)

logo article

Gambie : Un Sénégalais arrêté pour 2 meurtres, 4 viols et 4 incendies

20/06/2017 par :

Dix chefs d’accusations pèsent sur la tête d’un Sénégalais, dont l’identité n’a pas été révélée, en (...)

logo article

Texas : Une Sénégalaise battue à mort par son époux ivoirien

20/06/2017 par :

L’affaire fait les choux gras de la presse en Côte d’Ivoire. Hermann Fulgence Gninia, 41 ans, un (...)

logo article

Aboubacry Ba nommé Dg d’un groupe de presse à Conakry

20/06/2017 par :

Le journaliste Aboubacry Ba, employé de la chaîne Canal Plus, a été nommé à la tête du groupe (...)

logo article

9 morts : Bilan définitif de l’attaque de Bamako

20/06/2017 par :

Le bilan définitif de l’attaque terroriste de dimanche après-midi au campement Kangaba, dans la (...)

DEPECHES

18 juin 2017

Trump tweets : "Je suis enquêté pour avoir tiré le directeur du FBI par l’homme qui m’a dit de déclencher le directeur du FBI. Chasse aux sorcières !"

18 juin 2017

Le Chili bat le Cameroun pour son premier match en Coupe des Confédérations

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES