Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en matériel, mais Idriss Déby met les moyens". Tout ce qui est indispensable dans une équipe de protection rapprochée est enseigné.

Dés 1990, ès 1990, un détachement d’une demi-douzaine d’agents des renseignements français se relaient au Tchad et forment plusieurs dizaines de gardes du corps de la sécurité présidentielle. C’est le service action de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure qui s’en charge.

Entre 1994 et 1995, il faut renforcer la garde rapprochée pour protéger le chef de l’Etat, et la sureté présidentielle tchadienne va bénéficier d’une mission d’assistance dans le cadre de la protection présidentielle, aussi appellée « formation cobra ».

"L’armée tchadienne ne dispose d’aucune structure dédiée à la formation protection rapprochée. Il faut sans arrêt batailler pour trouver une salle, des terrains d’entraînement", souligne l’ex-agent Jean Marc Gadoullet qui se livre dans son ouvrage "Agent secret", paru en septembre 2016.

L’objectif est de renforcer la sureté présidentielle. Les soldats de la sureté présidentielle tchadienne bénéficient d’un entraînement au tir, techniques de déplacement, méthodes de neutralisation, et de conduite de véhicule en convoi.

Ainsi, des gardes du corps, des conducteurs, des chefs d’équipe et des spécialistes NEDEX (neutralisation, enlèvement et destruction d’explosif), c’est-à-dire des artificiers chargés de neutraliser les colis suspects, seront formés. La sureté présidentielle sait aussi désormais utiliser des scanners et portiques de sécurité.

La transformation de la sureté présidentielle en DGSSIE

Neuf ans plus tard, en 2004, le projet est "de créer une véritable école de formation des gardes du corps pour rendre les Tchadiens totalement autonomes". En effet, le Tchad informe la France d’un risque de coup d’Etat, plus précisément d’une probable tentative d’assassinat "par l’entourage". A ce moment là, Jacques Chirac, président français de l’époque, fait une promesse : « Je vais t’envoyer quelqu’un et ensemble vous allez mettre en place ce qu’il faut pour te protéger. »

Jacques Chirac se tourne vers le directeur des renseignements : « Vous avez bien quelqu’un pour notre ami, monsieur le Directeur ? ». Le tri commence : Un officier, bon connaisseur du Tchad, titulaire de la formation protection rapprochée, capable d’organiser une cellule de formation de gardes du corps et si possible spécialisé dans les affaires de contre-insurrection. Un agent est retenu parmi cinq finalistes. Direction le Tchad.

Sur place, "nous révolutionnons la structure de protection d’Idriss Déby. J’élargis son périmètre initial – la sûreté présidentielle – en transformant la garde républicaine en une Direction générale des services de sécurité et des institutions de l’État (DGSSIE), qui intégrera aussi plus tard la protection du Premier ministre", révèlera-t-il en septembre 2016, dans l’ouvrage "Agent secret".

Un bataillon d’environ 1.500 hommes

"La création de la DGSSIE tient du miracle parce que je ne m’attendais pas à ce que les Tchadiens soient disposés à faire évoluer leur dispositif, surtout sur les conseils d’un Français. Mais Ahmat Youssouf Mahamat Itno soutient vigoureusement toutes les propositions que nous construisons ensemble. Au total, les effectifs comprennent environ mille cinq cents hommes", précise Gadoullet.

Ahmat Youssouf Mahamat Itno jeune officier "extraordinaire", diplômé de Saint-Cyr et de l’École de guerre française, était colonel et commandant de la garde républicaine à l’époque. Il est aujourd’hui général de division et a été nommé le 18 aout 2016, chef d’état-major général des Armées 1er adjoint en remplacement du Général de Division Saleh Toma Koni.

Toutefois, un problème se pose : Les gardes du corps ne restent pas longtemps au même poste et la rotation du personnel est trop important, ce qui ne donne pas le temps d’assurer une formation adéquate. Mais, à chaque problème sa solution.

L’idée est "de créer une école rattachée à la DGSSIE pour que celle-ci puisse former elle-même ses gardes du corps, sans faire appel à une puissance étrangère". Le Président tchadien met des locaux à disposition et débloque des fonds.

La formation est large : des gardes du corps sont spécialisés dans la conduite de véhicules, ils savent rouler en convoi, se positionner autour de la limousine présidentielle en cas d’attaque ou faire demi-tour au frein à main pour s’enfuir. "Je leur ai également appris à déjouer un barrage routier en venant « intelligemment » percuter les véhicules qui font obstacle", explique l’agent français. D’autres militaires sont formés dans la spécialisation de démineurs d’explosifs.

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en matériel, mais Idriss Déby met les moyens". Tout ce qui est indispensable dans une équipe de protection rapprochée est enseigné.

En parallèle, parmi les soldats de la DGSSIE, deux bataillons présidentiels de 120 soldats chacun, bien entrainés, sont formés exclusivement pour être attachés au président.

A suivre : Le redoutable centre d’opérations de la Présidence
Alwihdainfo.com




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES