TROIS QUESTIONS A… BABACAR MBAYE NGARAF, MEMBRE DE LA CESMAK(*) « Rien ni personne n’empêchera à Karim d’être candidat »

Walf Quotidien : La validité de la candidature de Karim est revenue au devant de la scène. Avez-vous toujours espoir qu’il pourra se présenter aux élections ?
Babacar Mbaye NGARAF : Nous n’allons pas polémiquer sur la candidature de Karim car Me Sidiki Kaba a déjà tranché le débat. Il n’est pas n’importe qui. Il est bien le ministre de la justice. Et si Macky Sall l’a mis là où il est, c’est grâce à ses compétences et ses connaissances en droit et non parce qu’il est membre de l’Apr. C’est Me Sidiki Kaba ministre de la Justice lui-même qui avait dit devant tous les Sénégalais que Karim n’avait pas perdu ses droits civiques. C’était au lendemain de sa condamnation. Donc nous nous en tenons à cette déclaration. Toute autre polémique ne nous engage pas. C’est impensable de vouloir nous faire croire que Karim a perdu ses droits civiques. Rien ni personne n’empêchera à Karim d’être candidat. Notre combat, c’est de surveiller le processus électoral car nous voulons mettre toutes les chances de notre coté non seulement, pour gagner les législatives mais aussi pour avoir une forte majorité à l’Assemblée nationale et précipiter le départ de Macky Sall du pouvoir. Je lance un appel aux enseignants qui ont un rôle important à jouer dans la campagne de sensibilisation surtout en ce moment où l’on mène contre eux une campagne de désinformation, de diabolisation et de désinformation.
Les conditions de la libération de Karim ne doivent-elles pas vous pousser à craindre pour son avenir politique ?
Pas du tout. Karim n’a pas été emprisonné pour des délits de détournement, de corruption ou de dilapidation. Il était poursuivi pour enrichissement illicite. Un délit absurde. Il ne faudrait pas perdre de vue que Karim est un homme politique. Il a été arrêté par un homme politique, pour des raisons politiques et par une Cour politique que nous avons toujours appelée Agence pour la liquidation d’un adversaire craint (Alac). C’est donc normal que sa libération soit politique. Nous avons, toujours, dit que Karim était un prisonnier politique. Donc cela ne nous gêne nullement qu’on dise qu’il y a des dessous politiques dans sa libération. Que voulez vous ? Maintenant, il est tout à fait normal que des gens s’agitent encore pour affaiblir Karim Wade qui est sorti victorieux de ce kidnapping politique. Karim Wade n’a jamais varié. Il maintient ce qu’il a toujours dit : Qu’il est innocent. L’Apr est arrivé au pouvoir sans programme et Macky Sall et ses amis avaient besoin d’endormir les Sénégalais avec une fausse histoire de traque aux biens mal acquis. C’est le moment de remercier, quand même, Macky Sall pour son courage, car il a su faire face aux faucons de sa coalition qui lui faisaient croire que Karim Wade devait aller en prison et y rester. Macky Sall a enfin ouvert les yeux pour voir la réalité. Aujourd’hui, nous demandons la dissolution de la Crei avec effets retro actifs. C’est dire que Karim doit être amnistié. Cette Cour est très politique. Macky s’en est rendu compte. C’est une Cour dangereuse car elle ne fera qu’inciter les dirigeants à s’accrocher au pouvoir pour éviter d’être traînés devant la Crei. C’est une arme politique très dangereuse pour la démocratie. Cette Crei tue la démocratie.
L’exil de Karim Wade vers le Qatar sans voir ses amis n’a-t-il pas douché les ardeurs des « karimistes » que vous êtes ?
Loin de là. Rappelez-vous bien que dans sa première déclaration Karim dit ceci : « Mon vœu le plus cher était d’aller, dés ma libération, dans nos villages et dans nos villes, à la rencontre des millions de Sénégalais qui m’ont assuré de leur soutien, m’ont accompagné de leurs prières et qui n’ont jamais douté de mon innocence pour les en remercier. J’imagine leur peine mais, malheureusement, les conditions de ma sortie de prison en ont décidé́ autrement ». Cela veut tout dire. Mieux il ajoute : « C’est également avec une profonde affliction que je regrette, du fait de ces mêmes conditions, de n’avoir pu me rendre à Touba, La Sainte, renouveler mon allégeance à Serigne Touba, fortifier ma foi, exprimer de vive voix mes condoléances à Serigne Cheikh Sidy Makhtar Mbacké ». C’est la preuve que Karim n’a pas quitté le pays de son propre gré. Mais ceux qui lui ont fait cela, veulent éloigner Karim des yeux Sénégalais, mais qu’ils sachent qu’ils ne feront que le rapprocher d’avantage des cœurs des Sénégalais. J’ai l’impression qu’ils n’ont pas tiré les leçons de leurs pratiques durant son emprisonnement et qui visaient à rendre ses visites difficiles ou impossibles. En prison, des centaines de Sénégalais passaient la nuit devant la prison chaque semaine pour voir Karim Wade. Augmentant ainsi sa cote de popularité ? Qu’ils gardent Karim au Qatar, pour un mois, deux mois, un an, ce n’est pas important pour nous. Qu’ils le gardent au Qatar, en Zambie ou en Gambie, cela nous laisse indifférents. Cela ne changera en rien à notre détermination à le faire triompher, à l’amener au Palais. On a vu des exemples de dignitaires exilés de force et qui ont triomphé à leur retour. Le saint prophète de l’islam s’était exilé à Médine, son retour à la Mecque n’a fait que renforcer l’islam. Notre vénéré Cheikh Ahmadou Bamba a été forcé à l’exil. Cela a été plus que bénéfique pour le Mouridisme. Aujourd’hui nous n’allons pas nous laisser endormir. Nous allons transformer cet exil forcé en bénéfices. La conscience et l’ambition que Karim Wade porte pour le Sénégal lui empêchent de reculer. Karim est bien conscient de l’espoir qu’il représente aujourd’hui pour les Sénégalais. Son retour au Sénégal se fera en force pour parachever le combat qu’on a engagé avec lui à savoir reconquérir le pouvoir et poursuivre l’œuvre de Abdoulaye Wade pour faire des bonds plus importants pour le développement du Sénégal.
Propos recueillis par Georges Nesta DIOP
*Cesmak (Convergences des enseignants pour un Sénégal meilleur avec Karim)




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES