TRANSRAIL - Gestion de la société ferroviaire : Le départ de Jaber sur les rails

Lors de son passage à l’Assemblée nationale samedi pour l’adoption de son budget, le ministre des Transports terrestres, des infrastructures et du désenclavement a annoncé qu’il se rendra prochainement à Bamako en compagnie de Amadou Bâ pour accélérer le retrait de Abbas Jaber de la gestion de Transrail.

Les autorités sénégalaises se pressent pour conjuguer au passé Abbas Jaber. Après son départ de la Suneor, il va quitter la Transrail dans les prochains jours. Mansour Elimane Kane, ministre des Transports terrestres, des infrastructures et du désenclavement, lors de l’examen de son budget, se rendra en compagnie du ministre de l’Economie, des finances et du plan, à Bamako dans les prochains jours pour sceller le sort du patron d’Advens. « Nous allons nous rendre bientôt à Bamako pour régler les derniers détails de cette affaire », explique M. Kane.
Jusqu’ici, le patron du groupe Advens résistait aux demandes pressantes des autorités. Le Sénégal et le Mali étaient déjà tombés d’accord avec la banque chinoise de promotion des investissements, Eximbank China, avec laquelle ils ont signé un contrat de financement pour la réhabilitation de ce chemin de fer. Pour le tronçon Dakar-Kidira, c’est plus de 1 500 milliards de francs Cfa que les Chinois sont disposés à accorder. Les choses vont de la même manière du côté malien.
Dangote est aussi prêt à investir 30 milliards de francs Cfa dans les rails. Car avec le démarrage de son unité de production de ciment, il a besoin de transporter ses marchandises dans la sous-région. Il voudrait réaliser une bretelle rattachant son usine à la voie principale. Mais, aucun de ces projets ne peut démarrer à cause du blocage que constitue encore Abbas Jaber. Etant les garants du règlement préventif, les deux pays pourraient s’adresser au Tribunal du commerce de Bamako, ville où se trouve le siège social de Transrail, et de lui demander de procéder à la liquidation de Transrail qui croule sous 27 milliards de dettes, sans compter les difficultés de payer les salaires, les cotisations sociales non reversées. Alors que son capital s’élève à 9 milliards.
En attendant, Mansour Elimane Kane insiste sur la nécessaire réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako, qui est à l’étude. Il va augmenter le volume de fret entre les deux pays estimé déjà à plus de trois millions de tonnes par an. Face aux députés, il soutient que les réformes en cours doivent déboucher sur la création de deux sociétés de patrimoine (une malienne et une sénégalaise), une société d’exploitation commune et un seul organe de régulation. « Dans le cadre de la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako, l’option de l’Etat est de conserver l’écartement métrique et de se faire accompagner par la Banque mondiale sur la réforme institutionnelle. Les investisseurs se signalent sur la partie patrimoine, et des réunions techniques sont engagées pour protéger les intérêts de l’Etat », explique le ministre des Transports terrestres.
En outre, il a insisté sur les conséquences provoquées par la libération des axes routiers du Sénégal, où 254 camions gros porteurs circulent chaque jour, avec d’énormes conséquences sur l’état des routes.

Cherté tarif autoroute à péage
Par ailleurs, la gestion de l’Autoroute à péage n’a pas échappé aux parlementaires qui ont dénoncé la cherté du tarif et des « pénalités injustifiées » de 15 mille f Cfa infligées aux véhicules en panne. Par conséquent, Cheikh Seck a demandé la révision du contrat qui lie le gouvernement et l’entreprise Eiffage qui exploite l’autoroute. « L’Etat du Sénégal ne gagne rien dans ce projet. Eiffage doit gérer l’autoroute pendant 30 ans. Donc, les Sénégalais ont besoin de savoir combien l’Etat a investi », questionne le parlementaire. En réaction à ces interpellations, Mansour Elimane Kane annonce qu’il a rencontré Gérard Sénac, patron du groupe français, pour discuter de la baisse du tarif du péage. « Cette question est à l’étude et ses résultats seront partagés avec les députés », promet M. Kane.
Cette année, le budget du ministère des Transports aériens, des infrastructures et du désenclavement s’élève à 193 954 072 700 milliards francs Cfa contre 168 117 213 020 milliards F Cfa.

60,881 milliards accordés à la société de transport : L’Etat est le moteur de Ddd

Le passage du ministère des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement à l’Assemblée ressemblait à une audition du directeur général de Dakar dem dikk. Fac aux députés, le ministre du Budget a évalué les investissements consentis par le gouvernement pour soutenir la société de transport public : Selon lui, l’Etat a mis à sa disposition une enveloppe globale de 60,881 milliards de francs Cfa entre 2006 et 2015 au titre de la rémunération du service public et de l’appui à la restructuration de cette société.
Il détaille les différents appuis qui n’ont pas encore permis à la société de décoller. « De 2006 à 2015, l’Etat du Sénégal a donné à la société Dakar dem dikk 35, 048.268.000 F Cfa au titre de la rémunération du service public », explique Birima Mangara. Ce n’est pas tout : « Pour l’appui à la restructuration de la société, l’Etat a donné à Dakar dem dikk 19.365.705.889. A ce niveau l’Etat a renoncé à une dette de 6, 377 milliards et a transféré à titre gratuit 89 bus et des pièces de rechange. »
Aujourd’hui, il faut reconnaître que ces efforts n’ont pas suffi pour permettre à Ddd d’être autonome même si elle multiplie ses offres comme le transport de personnels privés pour devenir plus attractive. D’après Birima Mangara, le ministère des Transports et le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan vont se réunir « sous peu » pour statuer définitivement sur la question de la compensation de la société Dakar dem dikk.
Cette discussion s’est tenue lors de l’adoption du budget du ministère des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement qui s’élève à 193.954.072 700 milliards francs Cfa contre 168.117.213.020 milliards F Cfa. Ce qui constitue une hausse de 25.836.859.680 milliards de francs Cfa. Selon le ministre des Transports terrestres, cette hausse s’explique par l’incorporation des compensations au profit de Dakar dem dikk et du Petit train de banlieue pour leur permettre d’assurer leur mission d’opérateur en charge du service public du transport.

bsakho@lequotidien.sn




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES