TRANSRAIL - Gestion de la société ferroviaire : Le départ de Jaber sur les rails

Lors de son passage à l’Assemblée nationale samedi pour l’adoption de son budget, le ministre des Transports terrestres, des infrastructures et du désenclavement a annoncé qu’il se rendra prochainement à Bamako en compagnie de Amadou Bâ pour accélérer le retrait de Abbas Jaber de la gestion de Transrail.

Les autorités sénégalaises se pressent pour conjuguer au passé Abbas Jaber. Après son départ de la Suneor, il va quitter la Transrail dans les prochains jours. Mansour Elimane Kane, ministre des Transports terrestres, des infrastructures et du désenclavement, lors de l’examen de son budget, se rendra en compagnie du ministre de l’Economie, des finances et du plan, à Bamako dans les prochains jours pour sceller le sort du patron d’Advens. « Nous allons nous rendre bientôt à Bamako pour régler les derniers détails de cette affaire », explique M. Kane.
Jusqu’ici, le patron du groupe Advens résistait aux demandes pressantes des autorités. Le Sénégal et le Mali étaient déjà tombés d’accord avec la banque chinoise de promotion des investissements, Eximbank China, avec laquelle ils ont signé un contrat de financement pour la réhabilitation de ce chemin de fer. Pour le tronçon Dakar-Kidira, c’est plus de 1 500 milliards de francs Cfa que les Chinois sont disposés à accorder. Les choses vont de la même manière du côté malien.
Dangote est aussi prêt à investir 30 milliards de francs Cfa dans les rails. Car avec le démarrage de son unité de production de ciment, il a besoin de transporter ses marchandises dans la sous-région. Il voudrait réaliser une bretelle rattachant son usine à la voie principale. Mais, aucun de ces projets ne peut démarrer à cause du blocage que constitue encore Abbas Jaber. Etant les garants du règlement préventif, les deux pays pourraient s’adresser au Tribunal du commerce de Bamako, ville où se trouve le siège social de Transrail, et de lui demander de procéder à la liquidation de Transrail qui croule sous 27 milliards de dettes, sans compter les difficultés de payer les salaires, les cotisations sociales non reversées. Alors que son capital s’élève à 9 milliards.
En attendant, Mansour Elimane Kane insiste sur la nécessaire réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako, qui est à l’étude. Il va augmenter le volume de fret entre les deux pays estimé déjà à plus de trois millions de tonnes par an. Face aux députés, il soutient que les réformes en cours doivent déboucher sur la création de deux sociétés de patrimoine (une malienne et une sénégalaise), une société d’exploitation commune et un seul organe de régulation. « Dans le cadre de la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako, l’option de l’Etat est de conserver l’écartement métrique et de se faire accompagner par la Banque mondiale sur la réforme institutionnelle. Les investisseurs se signalent sur la partie patrimoine, et des réunions techniques sont engagées pour protéger les intérêts de l’Etat », explique le ministre des Transports terrestres.
En outre, il a insisté sur les conséquences provoquées par la libération des axes routiers du Sénégal, où 254 camions gros porteurs circulent chaque jour, avec d’énormes conséquences sur l’état des routes.

Cherté tarif autoroute à péage
Par ailleurs, la gestion de l’Autoroute à péage n’a pas échappé aux parlementaires qui ont dénoncé la cherté du tarif et des « pénalités injustifiées » de 15 mille f Cfa infligées aux véhicules en panne. Par conséquent, Cheikh Seck a demandé la révision du contrat qui lie le gouvernement et l’entreprise Eiffage qui exploite l’autoroute. « L’Etat du Sénégal ne gagne rien dans ce projet. Eiffage doit gérer l’autoroute pendant 30 ans. Donc, les Sénégalais ont besoin de savoir combien l’Etat a investi », questionne le parlementaire. En réaction à ces interpellations, Mansour Elimane Kane annonce qu’il a rencontré Gérard Sénac, patron du groupe français, pour discuter de la baisse du tarif du péage. « Cette question est à l’étude et ses résultats seront partagés avec les députés », promet M. Kane.
Cette année, le budget du ministère des Transports aériens, des infrastructures et du désenclavement s’élève à 193 954 072 700 milliards francs Cfa contre 168 117 213 020 milliards F Cfa.

60,881 milliards accordés à la société de transport : L’Etat est le moteur de Ddd

Le passage du ministère des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement à l’Assemblée ressemblait à une audition du directeur général de Dakar dem dikk. Fac aux députés, le ministre du Budget a évalué les investissements consentis par le gouvernement pour soutenir la société de transport public : Selon lui, l’Etat a mis à sa disposition une enveloppe globale de 60,881 milliards de francs Cfa entre 2006 et 2015 au titre de la rémunération du service public et de l’appui à la restructuration de cette société.
Il détaille les différents appuis qui n’ont pas encore permis à la société de décoller. « De 2006 à 2015, l’Etat du Sénégal a donné à la société Dakar dem dikk 35, 048.268.000 F Cfa au titre de la rémunération du service public », explique Birima Mangara. Ce n’est pas tout : « Pour l’appui à la restructuration de la société, l’Etat a donné à Dakar dem dikk 19.365.705.889. A ce niveau l’Etat a renoncé à une dette de 6, 377 milliards et a transféré à titre gratuit 89 bus et des pièces de rechange. »
Aujourd’hui, il faut reconnaître que ces efforts n’ont pas suffi pour permettre à Ddd d’être autonome même si elle multiplie ses offres comme le transport de personnels privés pour devenir plus attractive. D’après Birima Mangara, le ministère des Transports et le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan vont se réunir « sous peu » pour statuer définitivement sur la question de la compensation de la société Dakar dem dikk.
Cette discussion s’est tenue lors de l’adoption du budget du ministère des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement qui s’élève à 193.954.072 700 milliards francs Cfa contre 168.117.213.020 milliards F Cfa. Ce qui constitue une hausse de 25.836.859.680 milliards de francs Cfa. Selon le ministre des Transports terrestres, cette hausse s’explique par l’incorporation des compensations au profit de Dakar dem dikk et du Petit train de banlieue pour leur permettre d’assurer leur mission d’opérateur en charge du service public du transport.

bsakho@lequotidien.sn




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES