TRANSHUMANCE : La doctrine Macky aggrave l’épidémie !

La vision doctrinaire du président Sall sur la transhumance, révélée et assumée depuis l’appel de Kaffrine en avril 2015, et le levier de pression représenté par la traque des biens dits mal acquis ont accéléré le phénomène des vases communicants entre politiciens dans une démocratie qui serait pourtant en quête de réformes profondes.
C’est peut-être l’équation mathématique la plus facile à résoudre au monde : comment faire pour être dans le pouvoir, tout le temps, quel que soit le régime en place ? Les politiciens sénégalais ont trouvé la réponse depuis belle lurette : il faut savoir se vendre au prince régnant, qui qu’il soit, même s’il fut un ennemi mortel dans un passé récent. La tactique est certes éculée, mais elle paraît redoutablement efficace au royaume sénégalais des reniements et retournements de veste.
Depuis 2012, les lignes de l’adversité politique locale ont fortement bougé, sous les pressions fortes et cumulées de deux leviers devenus armes de persuasion massive : la traque des biens dits mal acquis, et l’appel de Kaffrine. Ce jour d’avril 2015, à la stupeur générale – pas de tous, heureusement – le président Macky Sall théorisait pour la première fois ce qui est devenu sa doctrine en matière de transhumance :
« Un homme politique ne doit pas être rancunier, revanchard. Pourquoi ne devrais-je pas recevoir des gens du Pds ou d’un autre parti qui veulent intégrer l’Apr ? Je n’ai aucun problème à les recevoir ! La transhumance est un terme péjoratif qui ne devrait jamais être utilisé en politique parce qu’elle est réservée au bétail qui quitte des prairies moins fournies pour aller vers des prairies plus fournies. Selon les saisons, le bétail a besoin de se mouvoir. C’est vrai que c’est par analogie que les gens ont taxé les perdants qui vont vers les vainqueurs. Ça peut se concevoir mais le terme n’est pas acceptable. Nous avons tous la liberté d’aller et de venir, c’est la Constitution qui nous le garantit. Ensuite, les acteurs politiques au Sénégal ne sont pas nombreux. Nous avons à peu près 5 millions d’électeurs sur 13 millions de Sénégalais ».
Un président décomplexé
Dans cette doctrine par ailleurs très instructive, émergent des mots forts qui structurent le caractère désormais décomplexé du président de la république face à la question. Entre « prairies moins fournies » (espace d’opposition), « prairies plus fournies » (espace de pouvoir), « quitte » (répondre à l’appel de…), « saisons » (d’un régime à l’autre), « bétail » (les vaincus), « se mouvoir » (retrouver une place au soleil), le vocabulaire présidentiel restitue un art d’être et un mode de vie propres au pastoralisme. Mais se demande-t-il pourquoi et comment on en est arrivé à assimiler les mouvements des politiciens à la transhumance animale ?
C’est que les Sénégalais ne sont pas tous des amnésiques. Ils se souviennent qu’à une période très récente, les « libéraux » et leurs alliés ont fait le tour du Sénégal et parcouru la planète entière pour convaincre de la nécessité de perpétuer le régime d’Abdoulaye Wade. Il leur fallait alors passer deux obstacles : la validation de la candidature contestée de l’avocat-président, et dans la foulée, une victoire à la présidentielle. Dans cet objectif, ils menèrent un combat extrêmement violent et mortel contre les opposants d’alors : Ousmane Tanor Dieng (Ps), Moustapha Niasse (Afp), Macky Sall (Apr), Abdoulaye Bathily (Ld), Amath Dansokho (Pit), Idrissa Seck (Rewmi), Madièye Mbodj, El Hadj Momar Sambe (Rta-S), Talla Sylla (Jëf-Jël), Imam Mbaye Niang (Mrds), Me El Hadj Diouf (Pt), Ndèye Fatou Touré (Tekki), Cheikh Bamba Dièye (Fsd-Bj), entre autres, aux côtés des organisations de la société civile, des syndicats, de personnalités indépendantes, etc.
Allégeance
Auparavant, un certain 23-juin-2011, ces mêmes forces politiques et de la société civile avaient courageusement défié Wade devant l’assemblée nationale pour barrer la route à l’établissement de lois qui devaient ouvrir la voie à la dévolution monarchique du pouvoir d’un père vieillissant à un fils dangereusement ambitieux pour lui-même et pour le pays. Et qui étaient là à soutenir Me Wade, non seulement pour que les députés votent mécaniquement ses lois scélérates, mais aussi et surtout pour qu’il obtienne un troisième mandat d’affilée ?
Quelques noms viennent tout de suite à l’esprit : Innocence Ntap Ndiaye, Awa Ndiaye, Ousmane Ngom, Aliou Dia, Thierno Lô, Djibo Kâ, Me Ousmane Sèye, El Hadj Malick Guèye Latmingué, Abdou Fall, Serigne Babacar Diop, Serigne Mboup, Bécaye Diop, Baïla Wane, Serigne Mbacké Ndiaye, Sitor Ndour, Kalidou Diallo, Souleymane Ndéné Ndiaye, le dernier premier ministre de l’ère des Wade… Une liste non exhaustive qui ne comptabilise pas la cohorte de responsables politiques locaux qui ont tôt fait de rejoindre… les prairies plus fournies du pouvoir. Qui a oublié la « prise d’antenne » de Serigne Mbacké Ndiaye proclamant la victoire au second tour de Me Wade sur le candidat Macky Sall, aux environs de deux heures du matin, le 26 mars 2012 ?
Aujourd’hui, toutes ces figures ont prêté allégeance au président Macky Sall, d’une manière ou d’une autre, individuellement, où en mettant leurs partis ou mouvements à la disposition du président en exercice. Elles l’ont surtout aidé à concrétiser cet autre temps fort de l’appel de Kaffrine : la volonté affirmée du chef de l’Etat de « réduire l’opposition à sa plus simple expression ». D’autres chefs libéraux, contraints de naviguer à travers les ambigüités de leur positionnement, font visiblement le jeu du pouvoir en des occasions exceptionnelles, comme lors du renouvellement du bureau de l’assemblée nationale…
Stratagème
Face aux critiques de l’opinion, la tendance à la mode chez certains consiste à ne pas rejoindre directement le parti présidentiel afin de ne pas donner l’impression d’aller à Canossa. Souleymane Ndéné Ndiaye a certes créé un parti politique, de même que Thierno Lô, Aliou Sow. Il se dit aussi que Fada est dans cette perspective. Me Ousmane Ngom a démissionné de son poste de député sous un prétexte que d’aucuns ont trouvé plus que fallacieux. Mais l’information principale les concernant est qu’ils ont quitté le Pds, certains devenant même des alliés objectifs du chef de l’Etat.
Passons sur le « K » dérisoire et emblématique de monsieur Djibo, identité remarquable de la transhumance politique professionnalisée depuis une quinzaine d’années, pour scruter un autre cas, celui de Me Ousmane Sèye. Hier archi-proche d’Abdoulaye Wade dont il a défendu bec et ongles la candidature en 2012 contre ses alliés d’aujourd’hui, il s’est muté en héraut du président Sall autant qu’en supporteur de la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby) après la défaite de son camp. En mai 2013, c’est-à-dire hier seulement, il tenait ces « aimables » propos contre Benno Bokk Yaakaar : une « bande d’opportunistes qui profitent des nouvelles fonctions de Macky Sall ». Il lâchait alors sans sourciller : « Lorsque j’ai organisé le congrès de mon parti (Ndlr : le front républicain), j’ai été reçu par le président Macky Sall. Il m’a demandé de venir travailler avec lui. Je lui ai dit que j’accepte mais que je ne travaillerai pas dans Benno Bokk Yaakaar parce que c’est une coalition hétéroclite (…) qui est dépassée ». Décidément impitoyable contre ladite coalition, Me Sèye demandait au chef de l’Etat de mettre un terme à ce compagnonnage avec des alliés « qui ne pensent qu’à leurs intérêts et non au sort du peuple », ajoutant qu’ « à chaque fois que l’on entend Benno Bokk Yaakaar, c’est lorsqu’il s’agit de se partager des postes ».
Mais depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et entre les couloirs ombrageux de la deuxième alternance. A la faveur du référendum du 20 mars 2016, Me Ousmane Sèye a fait office de président du comité électoral de… Benno Bokk Yaakaar pour la zone de Grand-Yoff. Ravi par la victoire du « Oui », il considère maintenant Bby comme la seule « véritable locomotive politique en faveur du président de la république ».
« Je gouverne, donc je doute »
En partant de ces éléments factuels, comment serait-il possible de moderniser la vie politique au Sénégal, ainsi que l’envisage le projet de référendum voté le 20 mars dernier ? Si ce n’est pas une illusion entretenue, cela y ressemble fort. Comment procéder au renouvellement d’une classe politique largement moribonde et corrompue si les uns, les unes et les autres ont toute latitude d’aller brouter dans les fameuses prairies présidentielles, échappant ainsi en permanence aux galères d’opposition ?
On mesure ainsi à quel point le président Macky Sall a trompé son monde en reniant, une fois de plus, sa parole sur une question capitale : la moralisation de la vie démocratique au Sénégal. Son discours de Kaffrine a été un véritable coup de poignard aux perspectives entrevues pour une démocratie réformée. Il a préféré s’encombrer d’une armée de politiciens totalement laminés dans les urnes en 2012, mais que lui, président élu, impose par la force. Il en espère quoi, le chef de l’Etat ? Engranger des voix en plus, massifier davantage son parti, asseoir un démocratisme sur le modèle du soviétisme ? De quoi a-t-il peur pour contribuer ainsi à l’affaissement des contre-pouvoirs dans la république ?
Au fond, on ne le dit pas souvent mais il est plausible que le président de la république élu en mars 2012 – à moins qu’il ait choisi de faire comme si – n’ait pas bien compris la signification fondamentale, politique et éthique, des responsabilités qui lui ont été confiées par le peuple souverain du Sénégal : un peu plus de justice sociale, un peu plus de sobriété et de vertu, un peu plus de transparence et d’équité dans la gestion des affaires du pays, beaucoup moins de corruption et de marchés de gré à gré, etc. Son adhésion doctrinaire à la transhumance en est un témoignage patent. C’est aussi le signe d’un homme en proie au doute, malgré les signaux contraires qu’il émet ça et là. La preuve par le coup de force tactique qu’a été le référendum du 20 mars. La preuve également par le retour au premier plan d’un ex-pensionnaire d’une « prison à ciel ouvert », ci-devant ordonnateur principal de la répression contre les forces démocratiques et républicaines qui ont rendu possible la victoire inespérée de Macky Sall en 2012. Qui a parlé d’ingratitude ?


POUR LEUR DEFENSE, ILS ONT DIT…
Djibo Kâ : « Ceux qui disent que Djibo Kâ est un transhumant ne seront jamais mes amis. Qu’on me traite de transhumant me laisse de marbre. La vie continue. Mais j’en tiendrai compte prochainement. (…) Je ne suis pas fautif si je suis compétent ». (L’observateur, 3 et 4 avril 2016, page 4).
Thierno Lô : « Nous ne sommes pas des transhumants. C’est l’Apr qui m’a tendu la main, je suis un allié, nous ne sommes pas des transhumants. Respectez les normes et arrêtez d’écrire du n’importe quoi. Les politiciens peuvent le faire, mais le journaliste, c’est un intellectuel, il doit éviter d’écrire du n’importe quoi. Donc, écrivez en sachant faire la différence entre l’entrisme, la transhumance… ». (en conférence de presse, le 26 février 2016).
Me Ousmane Sèye : « Pour moi, si le concept de transhumance devait être appliqué, il serait appliqué à des communistes, à des socialistes qui reniaient leur idéologie au profit de l’idéologie libéraliste. C’est cela pour moi la transhumance. (…) C’est un faux débat. On parle de mobilité professionnelle. La transhumance, c’est de la mobilité politique… » (Le Pop et L’Obs)
Me Souleymane Ndéné Ndiaye : « Que l’on me comprenne bien, je ne distribue aucune prime pour la transhumance. Je suis plus que jamais convaincu que la transhumance est un gros fléau qui gangrène la vie politique sénégalaise. La création des « conditions d’un dialogue entre des gens qui se sont connus, qui se sont fréquentés dans un passé récent c’est revenir à la normalité. S’il vous était donné de visiter La République Centrafricaine, vous auriez vu à quoi mènent les haines et les diabolisations en politique ». (Senenews).
Me Ousmane Ngom : « Quand la voix la plus autorisée du pays lance un tel appel, avec de tels compliments, quand la patrie a besoin de nous, il est de notre devoir de faire une croix sur nos personnes, pour aller répondre. Pour nous, la patrie est prioritaire sur tout ». (au cours d’une cérémonie familiale à Saint-Louis, le mois dernier).
Par Momar Dieng




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES