TRANSFERT DES DEUX TERRORISTES : Le Forum des Justiciables émet des réserves

Dans un communiqué diffusé le lundi 4 avril 2016, le département de la Défense américain a annoncé le transfèrement de Salam Abdoul Salam et Oumar Khalif Mouhamed Abu Bakr Oumar du centre de détention de la baie de Guantanamo au Gouvernement du Sénégal. Deux Libyens détenus à Guantanamo sans procès depuis 14 ans, pratiquement depuis l’ouverture de cette prison en Janvier 2002 pour accueillir des suspects des attentats du 11 septembre 2001. Ces deux libyens âgés respectivement de de 55 ans et 44 ans, nous dit le New York Times, avaient des liens avec Al Qaida et un groupe libyen des combattants islamiques. Aujourd’hui, les USA se disent reconnaissants à l’égard du Gouvernement du Sénégal pour son geste humanitaire et sa volonté de soutenir les efforts américains de fermer la prison de Guantanamo. Promesse exprimée par le Président Barack Obama durant sa campagne présidentielle en 2008.
Le Sénégal est certes un pays de la "Téranga" mais cela ne justifie nullement le fait
d’accorder l’asile humanitaire à d’anciens combattants de guerre d’Afghanistan et
présumés spécialistes de la fabrication de bombe et d’autres explosifs et surtout qu’ils ont été détenus pendant 14 ans dans un centre de détention réputé d’accueillir les personnes qualifiées de combattant illégal, capturées par l’armée américaine dans les différentes opérations qu’elle mène à l’étranger en ( Afghanistan, Iraq) contre des militants et terroristes islamiques. D’ailleurs, pour rappel, le Président Obama avait soutenu après sa première investiture à la présidence en 2009, qu’il est insensé de dépenser 3 millions de dollars par prisonnier pour conserver une prison que le monde condamne et que les terroristes utilisent pour recruter. Donc, le président Obama, au delà des charges financières jugées énormes que leur coûte Guantanamo, reconnait lui-même que cette prison constitue une menace pour la sécurité interne des Américains. En ce sens qu’il sert de base de recrutement des terroristes. C’est certainement ce qui a poussé le Congrès américain à s’opposer à plusieurs reprises à la fermeture de Guantanamo. Le Congrès américain n’a jamais accepté que ces présumés terroristes retournent sur le sol américain. Pour dire vrai, l’octroi de l’asile humanitaire à ces deux libyens suscite de nombreuses interrogations de la part des Sénégalais.

§ Pourquoi l’Etat du Sénégal a accepté d’accorder l’asile humanitaire à des
présumés terroristes ?

§ Qu’est ce qui justifie aujourd’hui l’opportunité d’une telle décision ?

§ Pourquoi ils ne sont pas transférés vers leur pays d’origine ou vers les USA qui
les avaient emprisonnés ?

§ Si les Américains lâchent ces anciens détenus dans la nature après 14 ans de
détention qui ne s’appuieraient pas sur des preuves tangibles, pourquoi nous les
refile-t-on sous prétexte d’un asile humanitaire ?

§ Pourquoi mettre le peuple sénégalais devant le fait accompli ?

§ Existe t-il une contre-partie ou des dividendes contre cet asile humanitaire ?

§ Qui de l’Etat du Sénégal ou les USA leur prendra en charge ?

Autant de questions que le peuple sénégalais se posent en dépit des tentatives
laborieuses d’explications voire de justifications improvisées par le ministre de la Justice,
Me Sidiki Kaba et son homologue de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo. Aujourd’hui,
rien ne justifie cette décision unilatérale prise par le président de la République et
approuvée par les membres de son Gouvernement. Une décision prise dans un contexte où nos voisins de la sous-région, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, jadis éloignés des foyers terroristes, viennent d’être frappés en plein fouet par des attaques inhumaines et atroces que rien ne justifie.
Le Sénégal, qui vient de célébrer son indépendance, avec faste, sous le sceau « … des défis sécuritaires », se doit de rester vigilant, tout en menant une politique sécuritaire, faite de la prévention, de l’anticipation et de la prospective. La réalité politique qui prévaut en ce moment, nous impose une neutralité positive à l’égard des politiques bellicistes, souvent initiées par les grandes puissances étrangères.
Alors, au regard de ce qui précède nous invitons le President de la République à revoir sa position sur cette affaire car nous ne pensons pas qu’accorder un asile humanitaire à des présumés spécialistes de la fabrication de bombe et d’autres explosifs, contribuera à relever le défi sécuritaire dont nous faisons face. Vive le Sénégal !




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES