Syrie : les missiles russes tirés depuis la Caspienne vont révolutionner les stratégies de l’OTAN

Ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R), Alain Rodier explique pour RT France sa vision de la situation en Syrie.

Alain Rodier est ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français. Il est Directeur de recherche chargé du terrorisme et de la criminalité organisée au sein du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R).

RT France : Dans votre article publié sur le site Atlantico vous avez écrit qu’après les frappes russes en Syrie, les stratèges américains devraient revoir leur tactique dans la région. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Alain Rodier : Pour le moment l’objectif de Moscou est double : préserver le pouvoir en place à Damas parce qu’il était mis en difficulté en particulier par Al-Qaïda qui risquait de lancer une offensive sur la côte et sur Lattaquié en particulier. Deuxièmement c’est un message adressé à l’OTAN, je pense notamment aux tirs de missiles qui ont eu lieu depuis la mer Caspienne et qui sont venus frapper la Syrie en survolant l’Iran et l’Irak. Il est évident qu’employer des armes d’une telle sophistication pour détruire deux ou trois objectifs djihadistes n’est absolument pas justifié, c’est donc un message montrant les capacités techniques atteintes aujourd’hui par l’armée russe. Il semble que, effectivement, ces capacités techniques aient été sous-estimées par différents experts.

L’OTAN va devoir revoir sa copie dans ce domaine
Le message envoyé par ces missiles mer-sol va révolutionner les stratégies prévues à l’heure actuelle dans le cadre de la guerre navale, donc je crois que l’OTAN va devoir revoir sa copie dans ce domaine. Pour le reste, nous n’avons pas encore assez d’informations pour savoir quelle sera la suite. Il ne faut pas non plus exagérer l’efficacité des frappes aériennes en Syrie : pour le moment on s’aperçoit que relativement peu de bombes guidées sont employées mais qu’il y a beaucoup de bombes lisses, qui n’ont absolument pas la précision des armes guidées. Là, il semble que l’armée russe manque un petit peu de munitions « intelligentes » en quantité.

RT France : Pourquoi l’opération russe en Syrie a-t-elle suscité autant de spéculations en Occident ?

Alain Rodier : C’est sûr que le président Poutine a donné un coup de pied dans la fourmilière parce qu’il est quand même étonnant de voir que la Russie est le premier pays à intervenir « au sol » en Syrie. Jusqu’à maintenant toutes les interventions n’ont eu lieu que par les airs et la problématique se posait de savoir s’il fallait aller au sol pour vaincre Daesh et Al-Qaïda. Il est vrai que pour le moment, l’armée russe est présente en Syrie uniquement pour protéger les installations à partir desquelles ses avions décollent et mènent leurs opérations de bombardements. Jusqu’à présent la Russie n’a bénéficié d’aucune infrastructure dans la région pour pouvoir se livrer à ces frappes et c’est pour cela que Moscou a été obligé de créer une base de départ en Syrie-même.

En savoir plus : Un missile russe de croisière présumé capté par une vidéo publiée par les kurdes (VIDEO)

RT France : La Russie et les Etats-Unis ont signé le 20 octobre un mémorandum sur la prévention des accidents aériens en Syrie. Pourquoi ces pays ont-ils mis autant de temps pour parvenir à cet accord ?

Alain Rodier : Il est vrai qu’un accord a été trouvé entre les forces russes et celles de la coalition mais cela a pris un certain temps alors que, pour faire un parallèle, un accord a été trouvé entre les forces russes et Israël beaucoup plus rapidement. Il semble que les réticences venaient essentiellement de Washington, qui s’est fait un petit peu tirer l’oreille parce qu’en réalité, ils ont pris un petit coup au moral à cause de cette intervention russe relativement efficace. Cependant, il était obligatoire de garantir la sécurité des vols, qu’il y ait au moins une communication entre les unités russes et celles de la coalition menées par Washington.

A l’heure actuelle, la situation est extrêmement floue en Syrie, en particulier, pour définir qui sont les « bons » et les « mauvais » mouvements rebelles.
RT France : Les médias occidentaux ont beaucoup spéculé sur le fait que la Russie ne frappait pas Daesh mais uniquement l’opposition modérée…

Alain Rodier : Si l’on peut reconnaître un mérite à l’intervention russe, c’est d’essayer de redéterminer ou de définir exactement qui est qui. A l’heure actuelle, la situation est extrêmement floue en Syrie, en particulier, pour définir qui sont les « bons » et les « mauvais » mouvements rebelles. Washington n’a jamais fourni d’explications. On attend donc des clarifications dans ce domaine. De l’autre côté, le président Poutine « ment comme un arracheur de dents » en disant qu’il tape sur l’Etat islamique principalement et ensuite sur les autres groupes d’insurgés. En réalité, on sait très bien, il suffit de regarder la carte des frappes, qu’il s’agit d’attaques contre les mouvements dépendants d’Al-Qaïda qui sont présents essentiellement au Nord-Est de Lattaquié et qui menacent la côte méditerranéenne. Ces frappes sont destinées à protéger Damas contre une offensive sur la côte.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES