Syrie : Moscou poursuit son offensive diplomatique

Après plus de trois semaines de bombardements de l’aviation russe en Syrie, Moscou semble passer à l’offensive sur le front diplomatique. Après avoir reçu Bachar el-Assad à Moscou, la diplomatie russe rencontre ce vendredi le secrétaire d’Etat américain John Kerry et ses homologues turc et saoudien, les plus farouches adversaires du régime syrien, pour des pourparlers à Vienne.

Lors de son intervention publique jeudi, Vladimir Poutine a admis que les frappes de l’aviation russe combinées à l’offensive terrestre syrienne étaient néanmoins insuffisantes à éliminer les terroristes de Syrie, rapporte Muriel Pomponne, notre correspondante à Moscou. Il a également répété que l’action militaire actuelle doit déboucher sur un processus politique. Lors de sa visite à Moscou, Bachar el-Assad aurait acquiescé. Et pour Moscou, le renforcement des institutions étatiques en Syrie favoriserait ce dialogue.

C’est pour discuter de ces deux thèmes - lutte commune contre le terrorisme et processus politique comprenant le maintien du régime en place - que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov rencontre ce vendredi ses homologues américain, saoudien et turc, trois pays qui ont vertement critiqué la poignée de main Assad-Poutine. Le président russe les a d’ailleurs appelés, de même que les responsables égyptiens et jordaniens, juste après avoir remis Bachar el-Assad dans l’avion pour Damas.

Car si son intervention militaire permet à Moscou de reprendre l’initiative sur le dossier syrien, les Russes savent que les frappes n’auront qu’un temps et que la diplomatie devra retrouver sa place. Mais les Saoudiens n’apprécient pas les bombardements russes contre les groupes qu’ils soutiennent, et les Turcs sont vent debout contre une alliance entre les Russes et les Kurdes, comme Moscou l’envisage. Les discussions de Vienne risquent donc d’être tendues.

Les positions des quatre participants

Quel est le rôle du président Assad dans une solution de paix pour la Syrie ? Sur ce point central, les divergences sont nettes entre les participants, relève notre correspondant à Vienne, Christian Fillitz, même si tous sont d’accord qu’il ne pouvait y avoir une solution militaire en Syrie.

A Berlin, où il a rencontré son homologue allemand Franck-Walter Steinmeier et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu jeudi, John Kerry a répété qu’il n’était pas question de maintenir le président syrien au pouvoir, une opinion partagée par les ministres saoudien et turc.

En revanche, Vladimir Poutine affirme que le président syrien serait prêt à entamer le dialogue avec les opposants qui le souhaitent. Quant à son maintien au pouvoir, ce serait aux Syriens d’en décider par des élections transparentes, a dit le président russe.

La rencontre de Vienne débutera avec un entretien en tête-à-tête entre John Kerry et Sergueï Lavrov. Ensuite, ils seront rejoints par leurs homologues saoudien Adel al-Jubei et turc Feridun Sinirlioglu.

■ Analyse

Trois semaines de bombardements intensifs n’auront pas suffi à inverser de manière significative le rapport de force entre les troupes loyalistes et la rébellion. Pour l’heure, l’armée syrienne et les miliciens qui la soutiennent n’ont réussi à avancer qu’au sud d’Alep et dans le nord de Homs. Sur les autres fronts, en particulier dans les provinces d’Idleb et de Hama, la rébellion parvient à contenir l’offensive appuyée dans les airs par l’aviation russe.

Plusieurs éléments peuvent expliquer cette résistance plus vigoureuse qu’anticipée par Moscou et par Damas : d’abord la faiblesse de l’armée syrienne, faiblesse que les bombardements russes ne suffisent pas à compenser. Ensuite, l’utilisation des fameux missiles anti chars, livrés par l’Arabie saoudite et par les Etats-Unis à certains groupes anti-Bachar el-Assad.

Pour le moment, l’offensive lancée par le régime syrien n’a donc pas encore donné de résultats tangibles, mais il est beaucoup trop tôt pour mesurer l’impact sur le long terme des bombardements russes. Et selon des sources militaires syriennes, citées par l’Agence France Presse, il faudra attendre plusieurs mois avant d’évaluer les résultats de l’offensive en cours. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES