Sommet de l’UA : pas d’entente sur un retrait collectif de la CPI

Amenés à se prononcer mercredi sur une nouvelle résolution précisant les modalités d’un retrait des pays africains de la CPI, les ministres des Affaires étrangères ont choisi de s’en tenir la précédente résolution, votée fin janvier à Addis-Abeba.

Réunis mercredi 13 juillet lors du Conseil exécutif de l’Union africaine (UA), les ministres des Affaires étrangères devaient se prononcer sur une nouvelle résolution précisant les modalités d’un retrait collectif des pays africains membres de la Cour pénale internationale (CPI). Mais, dans le tout nouveau Convention Center de Kigali, les discussions ont tourné court.

« Il y a eu une grosse opposition. Nous avons donc décidé de retirer le sujet de l’agenda du sommet », a confié à Jeune Afrique le chef de la diplomatie d’un pays d’Afrique de l’Ouest mercredi soir à la sortie de la réunion.

Alors qu’au départ l’intention était notamment d’engager une stratégie de retrait, les ministres ne se sont pas entendus sur les modalités. Le paragraphe a été supprimé des conclusions du Conseil exécutif.

Nigeria, Côte d’Ivoire et Sénégal opposés à un retrait

« Au lieu de voter une nouvelle résolution, ils ont décidé de s’en tenir à celle existante », confirme un observateur présent lors des débats. Celle-ci, votée fin janvier à Addis-Abeba, à l’initiative du président kényan, Uhuru Kenyatta, prévoit « l’élaboration d’une feuille de route pour un retrait de la CPI ». Mais elle n’en précise ni le calendrier ni les modalités.

Selon plusieurs ministres des Affaires étrangères présents à Kigali, une majorité des 34 pays signataires du statut de Rome estiment qu’il ne revient pas à l’UA de décider d’un éventuel retrait collectif. « Avec l’arrêt des procédures contre le président et le vice-président du Kenya, nous ne voyons plus l’intérêt de soulever la question », précise l’un d’eux. Plusieurs pays, comme le Nigeria, la Côte d’Ivoire ou le Sénégal, sont désormais opposés à cette idée.

Le ministre en question précise que le sujet pourrait néanmoins revenir sur la table à la demande notamment du Soudan, dont le chef de l’Etat Omar el-Béchir est visé par un mandat d’arrêt international.

El Béchir bienvenu

De fait, comme elle l’avait fait auprès de l’Afrique du Sud en juin 2015, la CPI a demandé au Rwanda, dans un courrier adressé le 12 juillet, d’arrêter ce dernier qui doit assister au 27e sommet des chefs d’Etat. Une demande que Kigali, qui n’est pas signataire du Statut de Rome, ne compte pas honorer. « Le Rwanda est l’hôte des leaders africains invités par l’Union africaine. Omar el-Bechir en fait partie. Il est le bienvenu comme tous les autres chefs d’Etat », a déclaré jeudi la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES