Solo Sandeng torturé à mort par les agents de la NIA : Révélations sur une mort atroce

On en sait un peu plus sur les circonstances de la mort du jeune opposant gambien, Solo Sandeng, responsable de l’organisation du parti United democratic (UDP), arrêté à Serrekunda, le 14 avril dernier et torturé à mort par des agents de la National intelligence agency (NIA), la police secrète du Président Yahya Jammeh. Des sources internes de cet instrument de l’appareil répressif du régime gambien font des révélations graves sur les circonstances de la mort de ce partisan de l’opposant Ousainou Darboe, qui n’avait qu’une bannière et un mini haut-parleur au moment de son arrestation. Quand il réclamait des réformes du code électoral de son pays, en prélude à la présidentielle de décembre prochain, en Gambie.
Selon nos sources à Banjul, Solo Sandeng a été arrêté, dans la journée du 14 avril 2016 aux environs de Westfield, à Serrekunda, en même temps qu’une vingtaine d’autres personnes dont le tort a été de demander l’ouverture du pouvoir à un dialogue sur l’application des réformes électorales. « Solo Sandeng et les autres ont été interpellés par des éléments de la Police intervention Unit (PIU) qui les ont acheminés à leur quartier général à Kanifing où ils ont été gardés jusque tard dans la soirée du jeudi 14 avril », raconte l’une de nos sources. De là, Solo Sandeng, le responsable de l’organisation de l’UDP, a été exfiltré, vers 21 heures, par des agents de la NIA qui l’ont conduit loin, vers Tanjeh, une localité du sud-ouest de la Gambie, où il a été placé en détention dans les locaux de l’agence qui polarise ce secteur.
Une autre source interne à la NIA de Tanjeh explique : « A partir de là, tout est allé très vite. Toujours menotté, Solo a été déshabillé et frappé par une équipe de tortionnaires sous la direction du « Jungullar » Sulayman Sambou, un jeune membre de l’équipe de tueurs directement sous les ordres de « Oga » (le surnom du président gambien, selon sa garde rapprochée). Solo portait un caleçon de type boxer de couleur bleue. Il a été battu et torturé jusqu’au moment où il a perdu connaissance, obligeant Sheikh Oumar Jeng, le directeur adjoint des opérations à la NIA de Tanjeh, à appeler le docteur Lamin Sanyang de Brikama Berewuleng pour examiner le jeune opposant qui baignait dans une mare de sang, le corps complètement inanimé ». Notre interlocuteur ajoute qu’au moment des faits, « il était entre 04 heures et 05 heures du matin, dans les premières heures de la journée du vendredi. Et le médecin n’a pas tardé à confirmer ce que beaucoup d’entre nous craignions. Solo Sandeng, dont le corps était complètement déchiré par les coups de fouet, est mort des suites de ses blessures contractées, lors des séances de tortures », déclare notre source qui n’a pu retenir ses larmes.
Devant cette situation extrême, « les agents du bureau de la NIA à Tanjeh, sous la direction de leur chef Sheikh Oumar Jeng, ont appelé leur patron Yankuba Badjie, le chef des renseignements du régime, qui s’en est ouvert au Président Yahya Jammeh », explique toujours notre interlocuteur. Quelques minutes plus tard, Sheikh Oumar Jeng est revenu dans la salle où le corps de Solo Sandeng était couché sur une natte, pour donner un ordre qui a pris de court tous les autres agents de la NIA témoins des événements. « Boss nous a ordonné de faire disparaître le corps de Solo Sandeng. Et puisqu’il n’était pas prudent de sortir un tel corps vers le cimetière, tout le monde était d’accord qu’il fallait l’enterrer derrière les locaux de la NIA de Tanjeh, près du mur de clôture », explique une autre source, après avoir confirmé les explications de ses collègues.
Deux jours après ces évènements tragiques, la mort de Solo Sandeng a été annoncée par Ousainou Darboe, le leader de l’UDP, qui demande, depuis lors, la restitution de son corps ou sa libération, « si le régime de Yahya Jammeh soutient que Solo est encore en vie ». Ousainou Darboe a été arrêté, lors de la marche qui s’en est suivie, en même temps que sa fille venue des Etats-Unis et une douzaine de ses militants. Ils sont toujours en prison à Banjul.
EnQuête




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES