Singapour : « une seule Chine » et deux présidents qui se serrent la main

Un moment historique se joue ce samedi 7 novembre 2015 à Singapour. Le président chinois Xi Jinping s’entretient avec son homologue taiwanais Ma Ying-jeou. Les photographes ont immortalisé la poignée de main entre les deux frères ennemis. C’est la toute première fois que les numéros 1 de la République populaire de Chine et de la République de Chine se rencontrent depuis l’issue de la guerre civile, lorsque les deux entités se sont séparées de fait (1949), après la victoire des communistes de Mao et l’exil des nationalistes du président Chiang Kaï-chek sur l’île de Taïwan, qu’on appelait alors Formose.

Dans la salle archi comble d’un hôtel de Singapour, terrain neutre, les présidents des « deux Chine », le Chinois du continent Xi Jinping et celui de l’île de Taïwan Ma Ying-jeou, se sont rencontrés ce samedi à Singapour. Une première historique, 66 ans après la victoire des communistes à Pékin et l’exil des nationalistes chinois du régime de Nankin sur l’île de Formose (Taïwan). Xi Jinping et Ma Ying-jeou ont déclaré qu’ils entendaient promouvoir la paix et la stabilité des deux côtés du détroit de Taiwan.

Le protocole avait été discuté au cordeau, et les deux hommes ont dû adopter une terminologie toute particulière pour éviter d’accentuer l’impression de deux Etats séparés, s’appelant respectivement « monsieur » plutôt que « président ». « Nous sommes une famille », a déclaré le président chinois à son homologue taïwanais. « Aucune force ne pourra nous séparer (...) Le peuple chinois, des deux côtés du détroit, a la capacité et la sagesse de résoudre ses propres problèmes », a-t-il poursuivi, confiant que ce samedi était « un jour spécial ».

Le président Ma a pour sa part déclaré : « Même s’il s’agit de la première rencontre, nous nous sentons comme de vieux amis. Maintenant, nous avons devant nos yeux les fruits de la conciliation au lieu de la confrontation. » Mais de pointer : « Les deux côtés devraient respecter les valeurs et les modes de vie de l’autre. »

Le vieil espoir d’un retour au bercail

En Chine, le rapprochement est largement suivi, et salué. Notre correspondante à Shanghai, Delphine Sureau, rapporte que CCTV s’est mise en édition spéciale ce samedi. Pour la télévision d’Etat chinoise, cette poignée de main est un tournant historique. Avant la rencontre, l’agence Chine Nouvelle semblait déjà impatiente et titrait : « 15 h à Singapour, LA rencontre entre Xi et Ma ». Pour le quotidien nationaliste Global Times, ce tête-à-tête marque la victoire de la paix et de la raison, même si les indépendantistes taïwanais sont encore qualifiés d’extrémistes.

Ce rendez-vous a également été le sujet le plus discuté du jour sur le réseau social chinois Weibo. En Chine, les internautes espèrent que le rapprochement va « enfin briser la glace ». « Le problème de Taiwan devrait être réglé, écrit un microbloggeur. On ne peut pas repousser indéfiniment sa résolution. » La réunification a le vent en poupe sur le continent, même si, on l’imagine, les commentaires contraires ont dû être effacés. Tout comme le petit drapeau taïwanais, soit l’ancien drapeau chinois, accroché à la veste de Ma Ying-jeou et qui a soigneusement été flouté dans les médias chinois en amont de la rencontre. La Chine a en fait imposé qu’aucun drapeau taïwanais ne soit filmé pendant la poignée de mains.

Une île tiraillée entre ses identités

Pendant longtemps, Pékin s’est refusé à une telle rencontre au sommet entre les deux présidents. La République de Chine, alias Taïwan, c’est la survivance de l’ancien régime chinois, celui du parti Kuomintang. Depuis son arrivée au pouvoir à Taiwan en 2008, Ma Yin-jeou - qui est membre de ce parti représentant désormais la frange pro-chinoise de Taiwan -, a proposé plusieurs fois qu’un rendez-vous se tienne. Mais la Chine avait jusqu’ici toujours dit non, tout en acceptant d’autres entretiens. En mai dernier, par exemple, Xi Jinping s’était entrentenu en face-à-face avec Eric Chu, président du Kuomintang et candidat à la sucession de Ma Ying-jeou.

Difficile de savoir ce qui a poussé Xi Jinping à franchir le pas. Le président chinois craint certainement de voir l’opposition remporter les élections législatives et présentielle du 16 janvier 2016 à Taïwan. Ce qui ruinerait les efforts de rapprochement avec Taipei. En faisant ce geste, la Chine espère notamment freiner la montée du sentiment anti-chinois dans ce qu’elle considère comme l’une de ses provinces. L’arrivée massive de Chinois à la fin de la guerre civile n’a jamais totalement effacé la population autochtone de l’île de Taiwan, qui est aujourd’hui un véritable laboratoire en matière d’études identitaires. Une partie de la classe politique et de la population de l’île plaident pour un affranchissement d’une tutelle jugée pesante, et pour un aller simple vers la « taïwanisation ».

Elections à Taiwan l’an prochain

Faut-il ou non se réjouir de ce nouveau pas vers la Chine ? C’est donc la question centrale à Taiwan, où l’humeur du moment est plutôt à un certain « raz-le-bol » vis-à-vis de la Chine populaire.Jusqu’en 2008, ni la poste, ni les marchandises et encore moins les personnes ne pouvaient voyager directement, ni par avion, ni par bateau, entre Taïwan et la Chine. Aussi aberrant que cela puisse sembler, même les vols devaient passer par Hong Kong ou par le Japon. Or, depuis que le Kuomintang est revenu au pouvoir en 2008, pas moins de 23 accords ont été signés entre les deux rives du détroit et des liens directs ont été mis en place, rappelle notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy.

Ce sommet est donc, en quelque sorte, l’aboutissement de huit ans de rapprochement, après une période d’alternance historique entre 2000 et 2008 (parti indépendantiste taiwanais Minjindang, le Parti démocrate progressiste en français). Mais au printemps 2014, le « mouvement des tournesols » est né en opposition à un énième accord Taïwan-Chine. L’impression populaire est que cette ouverture vers la Chine a surtout profité aux grosses sociétés proches du Kuomintang. Personne ne prédit pour autant un retour en arrière radical avec l’éventuel retour au pouvoir du parti indépendantise, dont la victoire semble acquise aux prochaines élections générales après sa victoire aux dernières municipales. RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES