Sénégal : le quinquennat, c’est pour les autres

Après avoir promis de réduire de deux ans la durée du mandat présidentiel et de s’appliquer cette mesure à lui-même, Macky Sall a saisi le Conseil constitutionnel… qui s’est opposé à tout changement en cours de route ! Résultat : la société civile a comme l’impression d’avoir été dupée.

Sénégal : Macky Sall est-il tenu de respecter sa promesse d’écourter son mandat ?
« J’entends me conformer à la décision du Conseil constitutionnel. En conséquence de quoi le mandat en cours du président de la République connaîtra son terme en 2019. » En guise d’oraison funèbre, la promesse électorale la plus emblématique de Macky Sall n’aura eu droit qu’à cette brève explication, d’une froideur clinique, à l’occasion d’une allocution de l’intéressé le 16 février au soir.

La veille, les cinq sages du Conseil constitutionnel avaient remis au chef de l’État leur décision relative à un projet de révision constitutionnelle comprenant une quinzaine de réformes, dont la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans – applicable au mandat en cours.

Une promesse impossible à tenir

Si le principe du passage au quinquennat a été validé par la haute juridiction, celle-ci a en revanche désapprouvé son caractère rétroactif. « Ni la sécurité juridique ni la stabilité des institutions ne seraient garanties si, à l’occasion de changements de majorité […], la durée des mandats politiques en cours [pouvait] être réduite ou prolongée », écrivent les juges. En d’autres termes, Macky Sall, élu en 2012 pour un mandat de sept ans, ne peut modifier la règle du jeu en cours de partie, fût-ce en vertu de louables intentions. « La volonté de Macky Sall ne saurait primer sur le droit », justifie Abdoulatif Coulibaly, le secrétaire général du gouvernement.

Sur le fond, l’argumentation du Conseil n’est pas une surprise. Au Sénégal comme dans la plupart des pays ayant eu à modifier la durée du mandat présidentiel, ainsi que le rappellent les cinq sages, « le mandat en cours au moment de l’entrée en vigueur de la loi de révision, par essence intangible, est hors de portée de la loi nouvelle ». Plus étonnant est le fait qu’il aura fallu près de quatre ans à Macky Sall pour solliciter cette expertise. Car, dans l’intervalle, le président n’aura cessé de réitérer, au Sénégal et à travers le monde, une promesse… qu’il ne pouvait pas tenir.

Reste à savoir si le chef de l’État a dit son dernier mot. « Je lui ai suggéré, en cas d’avis négatif du Conseil constitutionnel, d’annoncer sa démission le 3 avril 2017, à la veille de la fête nationale, confie l’un de ses proches. Ainsi une élection présidentielle serait organisée dans les trois mois, ce qui coïnciderait avec les législatives. » Selon la même source, Macky Sall aurait exclu ce scénario, qui présenterait pourtant le mérite de respecter les objections du Conseil constitutionnel tout en lui permettant d’honorer sa promesse. Il aurait notamment fait valoir qu’il serait paradoxal de briguer la présidence après en avoir démissionné. D’autant que dans son propre parti, l’Alliance pour la République (APR), nombre de cadres et d’organisations satellites n’ont jamais fait mystère de leur réticence à voir leur leader écourter son mandat.

« Wax waxeet » et « wax jëf »

S’il apparaît peu probable que le président sortant se portera candidat à sa propre succession en tant que simple citoyen, cette option reste possible, a fortiori après cette volte-face, qui a manifestement entamé son crédit. Les Sénégalais, qui ont encore en mémoire le « wax waxeet » [se dédire d’un engagement] d’Abdoulaye Wade – qui avait brigué un troisième mandat en 2012 après avoir fait inscrire dans la Constitution la limitation à deux mandats consécutifs -, avaient cru pouvoir se consoler avec un successeur ouvertement adepte du « wax jëf » [respect de la parole donnée]. Au lendemain de l’allocution présidentielle, la déception de la rue et de la société civile ne portait pas tant sur le report à 2019 du scrutin présidentiel que sur le revirement inattendu du chef de l’État, vécu comme une trahison.

À elle seule, la réaction du mouvement citoyen Y’en a marre en dit long sur le malaise. « Il est temps de se mobiliser pour arrêter Macky Sall », a claironné son coordinateur, Fadel Barro, selon qui le président « s’est inscrit dans la même logique que Wade ». Y’en a marre fustige également la teneur de la révision constitutionnelle qui sera soumise à référendum le 20 mars. Celle-ci aurait « vidé de leur substance » les profondes réformes préconisées en 2009 par les Assises nationales puis, en 2014, par la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI) à l’issue de larges consultations populaires.

Selon plusieurs responsables de l’opposition, une alliance des mécontents pourrait bien se cristalliser afin de sanctionner Macky Sall lors du référendum du 20 mars. Aboubacry Mbodj, de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), évoque déjà un « 23 juin bis », en référence à la mobilisation populaire qui avait contraint Abdoulaye Wade à renoncer, en 2011, à une réforme constitutionnelle controversée.

L’annonce présidentielle a tout de même le mérite de clarifier un calendrier électoral jusque-là opaque
En dépit des critiques dont elle fait l’objet, l’annonce présidentielle a tout de même le mérite de clarifier un calendrier électoral jusque-là opaque. Des élections législatives se tiendront en 2017, deux ans avant le prochain scrutin présidentiel. Pour le député Mamadou Diop Decroix, coordinateur des deux principales plateformes de l’opposition, l’objectif consistera alors à « imposer une cohabitation » à Macky Sall en constituant une liste unique de l’opposition.

Pour le Parti démocratique sénégalais (PDS), qui est resté relativement discret au lendemain de l’allocution présidentielle, le report de l’échéance à 2019 n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. Soumise depuis plusieurs mois à un conflit fratricide entre un clan « réformateur » et la garde rapprochée d’Abdoulaye Wade, la principale formation de l’opposition, dont le candidat officiel, Karim Wade, purge une peine de six années de prison, disposera en effet d’un sursis opportun avant la présidentielle.

Mais c’est sans doute au Parti socialiste que la nouvelle donne est susceptible de provoquer le plus de remous. Depuis des mois, l’état-major du parti dirigé par Ousmane Tanor Dieng retarde le moment de définir sa position en vue de la prochaine présidentielle – soutenir Macky Sall ou privilégier un candidat issu de ses rangs, qui pourrait bien être le maire de Dakar, Khalifa Sall -, invoquant l’absence d’un calendrier électoral clair. Désormais, plus rien ne s’oppose à ce que ce débat, très sensible dans les rangs socialistes, donne lieu à un arbitrage. JEUNE AFRIQUE



AFRIQUE-MONDE

logo article

Quand Melania refuse de prendre la main de Donald Trump

23/05/2017 par :

Melania Trump est une épouse discrète, mais dont les réactions non verbales sont parfois plus (...)

logo article

Les services de sécurité pensent avoir identifié l’auteur de l’attaque

23/05/2017 par :

Les services de sécurité pensent avoir identifié l’auteur de l’attentat perpétré lundi soir lors du (...)

logo article

Trump promet de faire "tout son possible" pour un accord de paix au Proche-Orient

23/05/2017 par :

Le président des Etats-Unis Donald Trump s’est engagé mardi à Bethléem en Cisjordanie occupée à (...)

logo article

Des pirates liés à la Corée du Nord très probablement derrière WannaCry

23/05/2017 par :

Le groupe de pirates informatiques Lazarus, soupçonné d’avoir partie liée avec la Corée du Nord, (...)

logo article

Attentat de Manchester : Au moins 22 morts

23/05/2017 par :

Un attentat suicide a fait au moins 22 morts, dont des enfants, et 59 blessés à l’issue d’un (...)

logo article

L’Iran dénonce le "show" de Ryad et rejette les accusations de Trump

23/05/2017 par :

Le président iranien Hassan Rohani a répondu lundi aux attaques des Etats-Unis et de l’Arabie (...)

logo article

Soudan du Sud : Salva Kiir annonce un cessez-le-feu

23/05/2017 par :

Le président sud soudanais a déclaré un cessez-le-feu unilatéral qui selon lui était effectif à (...)

logo article

Un sniper abat un terroriste de l’EI à 2,4 km de distance

22/05/2017 par :

Selon le Daily Mail, un sniper de l’armée britannique a utilisé "le fusil le plus puissant du (...)

logo article

Des centaines de personnes arrêtées dans un club gay en Indonésie

22/05/2017 par :

La police de Djakarta a investi un club gay de la capitale indonésienne et procédé à 141 (...)

logo article

KIM JONG-UN DIT QU’IL N’EST PAS KADHAFI, ET QUE LES OCCIDENTAUX NE PEUVENT RIEN CONTRE LUI

21/05/2017 par :

Dépeint par les médias occidentaux comme un personnage excentrique, personnage qui lâche les (...)

logo article

Gabon : les millions bloqués du lobbyiste américain qui portait les valises d’Ali Bongo

21/05/2017 par :

Ce sont plus de 8 millions de dollars qui auraient transité par les comptes de Joseph Szlavik, (...)

DEPECHES

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

10 avril 2017

RDC : les manifestations de l’opposition prévues ce lundi interdites par la police

10 avril 2017

Égypte : le président al-Sissi déclare l’état d’urgence pour trois mois après les attentats de l’EI contre des Coptes

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES