Sénégal : le fils de Lamine Diack s’exprime sur l’affaire

Nouveau rebondissement médiatique dans l’affaire Lamine Diack à Dakar. Son fils, Massata, pointé du doigt, présenté comme celui qui pourrait apporter de nombreux détails dans cette affaire, et invisible ces derniers temps, s’est exprimé mardi soir 22 décembre dans un média privé.
Annoncé à Dubaï, caché en Mauritanie ou encore dans la ville sainte de Touba, Massata Diack a accordé cet entretien dans sa maison du quartier Yoff de Dakar. Il s’est exprimé durant plus d’une heure en français, puis en wolof. Peu d’informations permettent de reconstituer le puzzle de ce dossier tentaculaire. Massata Diack a affirmé qu’il n’avait aucun lien avec les affaires politiques de son père, que lui n’avait jamais financé l’opposition politique. Il estime aussi que son père a pu faire ces déclarations fracassantes sur les financements politiques à cause de son âge, il a plus de 80 ans. Pour Massata Diack, l’enquête menée à Paris, est une enquête à charge.

« La manifestation de la vérité doit se faire, mais une enquête sévère, jugée à charge et à décharge, c’est là où l’enquête a été biaisée. On a choisi la calomnie en violation du secret de l’instruction », a affirmé le fils de Lamine Diack.

Massata Diack a indiqué qu’il ne répondrait à la justice qu’au Sénégal. Pour l’ancienne Premier ministre et ministre de la Justice Aminata Touré, proche de la présidence, il n’est pas utile d’ouvrir une procédure judiciaire au Sénégal : « A mon avis, il y a procédure ouverte en France, on ne va pas ouvrir des procédures dans plusieurs pays du monde sur une même affaire. Les Etats sont appelés à coopérer, tous les Etats qui ont signé la convention internationale de lutte contre la corruption ».

Associations des droits de l’homme, organisations de la société civile ont de leur côté demandé l’ouverture d’une enquête au Sénégal. Au PDS, le parti d’Abdoulaye Wade, les cadres n’y sont pas favorables. Ils indiquent « ne plus avoir confiance en cette justice ».

■ Les propos de Oumar Sarr « assez excessifs », selon le gouvernement

A Dakar, Oumar Sarr, coordinateur du PDS, le parti d’Abdoulaye Wade, est en prison depuis lundi soir. Inculpé pour faux usage de faux et diffusion de fausses infirmations. C’est lui qui a signé vendredi dernier le premier communiqué du parti suite aux révélations dans l’affaire Lamine Diack. Un communiqué virulent à l’encontre du chef de l’Etat Macky Sall. Les avocats d’Oumar Sarr ont dénoncé une incarcération arbitraire en estimant qu’en sa qualité de député, Oumar Sarr ne pouvait pas être interpellé.

Hier soir, les autorités ont décidé de s’exprimer. « Je pense que les propos de M. Oumar Sarr ont été assez excessifs, estime Seydou Gaye, porte-parole du gouvernement. Et d’ailleurs, ça c’est maintenant l’affaire de la justice, il est sous le coup d’une mise en examen pour diffusion de fausses nouvelles et faux et usages de faux. Ce qui lui vaut aujourd’hui d’être placé sous mandat de dépôt. Maintenant, le Parti démocratique sénégalais, qui est dans une posture revancharde et à la limite insultante se prévaut de l’immunité parlementaire dont jouirait Oumar Sarr. Mais pour rappel, cette levée d’immunité a été justifiée par des enquêtes qui étaient lancées das le cadre de la lutte contre l’enrichissement illicite. Et tant que cette enquête n’est pas close, la levée de l’immunité est en vigueur. C’est ça la loi. ». RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES