Sénégal : le « Joola », ce naufrage judiciaire

En guise de linceul, ils n’auront eu droit qu’à un austère arrêt de non-lieu venu entériner, quatorze ans après le drame, l’impunité des responsables de la catastrophe la plus meurtrière de l’histoire moderne de la marine en temps de paix.

Joola : les victimes au Sénégal approuvent la poursuite de l’enquête en France
Le 26 septembre 2002, un ferry assurant la liaison Ziguinchor-Dakar s’engage cahin-caha sur les eaux du fleuve Casamance, en direction de l’océan Atlantique. Le Joola est manifestement en surcharge de passagers. Et le fret, mal réparti, le fait s’incliner dangereusement.

C’est la fin des vacances. Une foule insouciante se presse, dans les salons et les coursives, formant une fresque joyeusement folklorique. Il y a là des étudiants, des commerçants bardés de produits du cru, des touristes prêts à regagner l’Europe… Le Joola gîte dangereusement sur tribord. Alors que la pluie commence à tomber, il gagne le large pour son dernier voyage. Aux alentours de 23heures, au large des côtes gambiennes, il chavire et se retourne. Le naufrage n’aura pas duré plus de quinze minutes.

Abdoulaye Wade refuse toute enquête indépendante et s’abstient de la moindre sanction
Le Joola pouvait contenir jusqu’à 536 passagers. Il en comptait officiellement 1 928. Seuls 64 d’entre eux ont survécu. À titre de comparaison, quelque 1 500 passagers avaient trouvé la mort lors du naufrage du Titanic, en 1912.

Prévenues peu avant minuit, les autorités sénégalaises attendront le lendemain, vers 7 h 30, pour donner l’alerte. Plusieurs heures seront encore nécessaires avant que les premiers secours, mal équipés et dépourvus de consignes claires, arrivent dans la zone. Entre-temps, Dakar a refusé la coopération de l’armée française, basée au Sénégal. Très vite, l’évidence s’impose : la catastrophe ne doit rien à la malchance, ni au mauvais temps, ni à une collision fortuite. Elle résulte d’une série de négligences, qui remontent jusqu’au sommet de l’État – l’exploitation du ferry relevait de l’armée.

À LIRE AUSSI :Notre dossier : Sénégal : le Joola, dix ans après
Le président Abdoulaye Wade, élu en mars 2000, ne l’entend pas de cette oreille. Il refuse toute enquête indépendante et s’abstient de la moindre sanction. Tandis que tout le pays est en deuil et que la Casamance est ravagée par le chagrin, il impose l’omerta aux familles des victimes.

Il faudra moins d’un an aux autorités pour enterrer le dossier, au terme d’une enquête de pure forme. Un unique responsable est désigné : le commandant de bord, porté disparu. L’association des familles de victimes est dissoute d’autorité et remplacée par une structure à la botte de l’État. Les proches des défunts recevront une indemnité en échange de leur engagement de ne pas intenter de poursuites judiciaires.

Face à ce black-out, dix-huit familles de victimes françaises portent plainte à Paris pour homicide et blessures involontaires aggravées. Le juge d’instruction prend l’affaire à bras-le-corps et délivrera, en 2008, des mandats d’arrêt internationaux contre plusieurs responsables sénégalais, civils et militaires, dont une ancienne Première ministre et l’ex-ministre des Forces armées. Abdoulaye Wade voit rouge et invoque la souveraineté du Sénégal face à une ingérence jugée inacceptable. L’affaire se mue en crise diplomatique.

Le naufrage du Joola ne connaîtra donc jamais ni responsables ni coupables
Épaulée par un collège d’experts, la justice française a recensé la stupéfiante succession de manquements ayant conduit au drame : « un chargement aberrant », « l’absence de fermeture des hublots », des « carences dans le dispositif des secours » ainsi qu’une « série de dix-neuf violations aux règles régissant la tenue du navire », lequel n’était pas en conformité avec les dispositions nationales et internationales.

À LIRE AUSSI :« Comme un cri » : exorciser le naufrage du Joola
En 2010, les deux ministres visés bénéficient d’un non-lieu. Malgré les lourdes charges qui pèsent sur eux, les sept responsables restants obtiendront à leur tour un non-lieu en octobre 2014, « en raison des dispositions internationales » qui empêchent, selon les juges, d’engager des poursuites en France au nom de l’immunité de juridiction des agents d’un État tiers. La décision vient d’être confirmée en appel, 17 juin dernier, ne laissant aux familles de victimes – qui dénoncent un déni de justice – que le mince espoir d’un recours en cassation.

Fruit d’une kyrielle de défaillances humaines et administratives, le naufrage du Joola ne connaîtra donc jamais ni responsables ni coupables. Au nom d’une souveraineté dévoyée dans laquelle s’est drapée l’impunité. JEUNE AFRIQUE MEHDI BA




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES