Sénégal : Sall (Macky) contre Sall (Khalifa)

Les passes d’armes se multiplient entre la présidence et le maire de Dakar. Beaucoup y voient les prémices de la joute qui pourrait les opposer au cours de la prochaine présidentielle.

Officiellement, leurs partis, l’Alliance pour la République (APR) et le Parti socialiste (PS), sont alliés. Mais en coulisses, entre le chef de l’État, Macky Sall, et le maire de Dakar, Khalifa Sall, l’ambiance est de plus en plus fraîche. En octobre, le ministre de la Gouvernance locale, Abdoulaye Diouf Sarr, retirait à l’Entente Cadak-Car (organisme intercommunal rassemblant les communautés d’agglomération de Dakar et de Rufisque) la gestion des déchets solides urbains dans la région de Dakar pour la confier à une structure placée sous la tutelle du gouvernement. Selon le ministre, la capitale se trouvait « plongée depuis plusieurs semaines dans une situation d’insalubrité indescriptible ».

Invoquant divers « dysfonctionnements dans le dispositif de collecte des déchets », ainsi que des « conflits répétés » entre les « concessionnaires » chargés du ramassage et l’Entente Cadak-Car, l’État a donc retiré à cette dernière le marché pour lequel il lui versait annuellement 10 milliards de F CFA (plus de 15,24 millions d’euros). La mairie de Dakar a porté le litige devant la Cour suprême. « Nous perdons là une prérogative naturelle pour une collectivité locale, laquelle nous était dévolue par la loi », déplore un proche du maire.

Une véritable « guerre froide »

Depuis plusieurs mois, l’entourage de Khalifa Sall en est convaincu : la mouvance présidentielle s’active pour lui tirer dans les pattes. En 2014, l’adoption – sans concertation, accuse-t-on à l’hôtel de ville – de l’Acte III de la décentralisation avait marqué le début de la guerre froide. En érigeant les communes d’arrondissement en communes de plein exercice, le texte aboutissait en effet à retirer à la mairie de la capitale de nombreuses prérogatives.

Un an plus tard, le ministre des Finances s’est opposé, à la dernière minute, au lancement par la mairie d’un ambitieux emprunt obligataire (30,5 millions d’euros) qui bénéficiait pourtant de la garantie de l’Usaid et de la Fondation Bill & Melinda Gates. « Le niveau d’endettement de la ville était trop important, c’est pourquoi le gouvernement a posé son veto », justifie un ministre. Mais, pour les collaborateurs de Khalifa Sall, qui rappellent que les autorités avaient rendu successivement deux avis de non-objection avant de se raviser in extremis, ce blocage – qui a donné lieu à la saisine de la Cour suprême – serait avant tout politique.

« Historiquement, le maire de la capitale a toujours été un homme puissant, à qui l’on prête des ambitions présidentielles », analyse un conseiller de Khalifa Sall. En l’occurrence, si l’élu socialiste entretient toujours le flou sur une éventuelle candidature en 2019 (ou en 2017, si l’issue du référendum prévu l’an prochain penche en faveur d’un passage au quinquennat), l’entourage de Macky Sall anticipe manifestement ce scénario.

Khalifa Sall « est un opposant, puisqu’il a présenté sa propre liste face à nous lors des élections locales », estime une source gouvernementale
Depuis 2012, le parti de Khalifa Sall est un pilier de la majorité présidentielle Benno Bokk Yakaar (BBY, « unis pour le même espoir », en wolof). Son leader, Ousmane Tanor Dieng, n’a d’ailleurs pas encore soumis à l’arbitrage des instances du PS la perspective d’une candidature autonome, qu’il semble réticent à cautionner. Mais, pour le camp présidentiel, Khalifa Sall « est un opposant, puisqu’il a présenté sa propre liste face à nous lors des élections locales », estime une source gouvernementale.

En remportant pour la seconde fois la mairie de Dakar, en juin 2014, face à la candidate de BBY (l’ex-Première ministre Aminata Touré), Khalifa Sall a effectivement signé son non-alignement. D’autant que sa victoire, aux allures de plébiscite, a donné à la mouvance présidentielle une idée de sa popularité dans la capitale.

« Il est probable que le PS lâchera Khalifa pour se ranger derrière Macky », anticipe un proche collaborateur du maire de Dakar. Discret et consensuel, Khalifa Sall ravalera-t-il ses ambitions dans une telle hypothèse ? « Il est capable de défier le PS », assure ce même interlocuteur. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Yahya met le cap sur Malabo : le film des trois heures d’escale de l’ex-président gambien à Conakry comme si vous y étiez !

22/01/2017 par :

Il est 20 heures à l’aéroport de Conakry ce vendredi 21 janvier 2017. Un petit groupe de badauds (...)

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES