Sénégal : Macky Sall ne réduira pas son mandat en cours, contrairement à sa promesse de campagne

Au bout de quatre années d’incertitude, le président Macky Sall vient de clore le débat lors d’une allocution télévisée, mardi soir : conformément à l’avis rendu par le Conseil constitutionnel, et malgré sa promesse électorale de réduire son mandat à 5 ans, il accomplira un septennat jusqu’en 2019.

“Les promesses de la nuit sont faites de beurre, et fondent au soleil”, dit un proverbe arabe. Pour le président Macky Sall, la promesse de réduire de 7 à 5 ans le mandat présidentiel que lui ont confié les Sénégalais le 25 mars 2012 ne fut pas une promesse fugace, formulée à la va-vite, mais bien un véritable leitmotiv, symbole d’une gouvernance de rupture.

De Dakar à Bruxelles, de Paris à Washington, l’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade, devenu le quatrième président du Sénégal indépendant, tenait, par cet engagement emblématique, à marquer sa différence et celle de son pays.

« Ma waxoon, waxeet »

Singularité du Sénégal, d’abord, sur un continent éternellement suspecté de promouvoir présidence à vie et autres tripatouillages constitutionnels suspects, telle une tare congénitale. Rupture avec la gouvernance Wade ensuite, qu’il avait servie tel un dévot avant de prendre ses distances, contraint et forcé, lorsque son ancien mentor lui a désigné abruptement la porte, fin 2008. Abdoulaye Wade avait considéré la Constitution sénégalaise comme un jouet personnel, réduisant la durée du mandat présidentiel de 7 à 5 ans, en 2001, avant de chercher à se maintenir au pouvoir au-delà de deux mandats consécutifs, voire d’y installer sa progéniture. Pour les Sénégalais, le verre (de thé) de trop !

“Ma waxoon, waxeet” (“Je l’ai dit, je me dédis”). La phrase, en wolof, d’Abdoulaye Wade aura fait le tour du monde lors de la campagne électorale de février-mars 2012. Après douze ans de mandat présidentiel, le président quasi-nonagénaire entendait prolonger son bail de cinq années supplémentaires, sans s’offusquer de revenir sur la parole donnée. Avec un argument en apparence imparable : le Conseil constitutionnel lui avait donné quitus, considérant qu’il pouvait briguer un troisième mandat, quand la majeure partie du pays y voyait une mascarade.

Le Sénégal ne le lui a pas pardonné, d’autant que cette volte-face venait s’ajouter à un autre affront, commis en juin 2011 : un projet de réforme constitutionnelle – avorté – qui aurait permis à un tandem président-vice-président (derrière lequel chacun devinait son fils, Karim Wade) de prendre les clés du pays avec 25% des suffrages au premier tour.

Sall vainqueur après les excès de Wade

Macky Sall n’a pas seulement été élu sur ses mérites personnels mais du fait des excès d’Abdoulaye Wade, lesquels lui ont permis de bénéficier, au second tour, du report de voix de l’ensemble des candidats malheureux du premier tour, réunis autour du mot d’ordre : « Tout sauf Wade ! » Avec un score final accablant : 65% des suffrages exprimés en faveur du dauphin.

Aujourd’hui, Macky Sall est à son tour confronté aux mêmes contradictions. Ses promesses de réduire son premier mandat de 7 à 5 ans ne se comptent plus. En mars 2012, dans l’entre-deux tours, il énonçait cet engagement à l’hôtel Terrou Bi, à Dakar, devant les médias nationaux et internationaux.

C’est un choix définitif, je réduirai mon mandat de deux ans. »
Il n’a cessé de le réitérer depuis. En avril 2012, à peine élu, lors de sa première adresse à la nation, il déclarait : “Déjà, comme vous le savez, j’ai décidé de ramener à 5 ans le mandat de 7 ans pour lequel je suis élu sous l’emprise de l’actuelle Constitution. Je tiens également à ce que les dispositions constitutionnelles limitant l’élection du président de la République à un mandat de 5 ans, renouvelable une seule fois, soient verrouillées, sans possibilité de modifications.”

(Le passage concerné se trouve à 10’09)

Décisions réitérée en mars 2013, en France, lors des Assises de la solidarité nationale :

“C’était un choix personnel de baisser la durée de mon mandat présidentiel. J’ai été élu pour un septennat. J’ai engagé les réformes à travers une commission de réflexion sur la Constitution que j’ai confiée au président Ahmadou Mahhtar Mbow. Cette commission me soumettra ses propositions parmi lesquelles la première mesure sera la réduction du mandat en cours de 7 à 5 ans. Ce sera fait soit par référendum le moment venu, [ou bien] par un vote à l’Assemblée nationale. Mais c’est un choix définitif, je réduirai mon mandat de deux ans.”

Lors du sommet USA-Afrique, en août 2014, Macky Sall persistait et signait :

“Vous savez je suis un homme qui ne s’engage pas à la légère. Lorsque je prend un engagement, j’entends le respecter. Il n’y a absolument rien qui est changé depuis que j’ai fait cette déclaration. Maintenant, les gens voudraient que tout de suite je fasse le changement. Je ne le ferai pas tout de suite. Pour ça, je suis responsable de l’agenda. C’est à moi à savoir à quelle période j’entends faire cette réforme. Mais, je n’ai fait que deux ans et demi sur un mandat de 7 ans que je compte réduire. Donc, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. C’est un débat qui n’a pas de sens, je ne le comprends pas.”

Une fermeté qui lui vaudra, après ceux de François Hollande et Barack Obama, l’hommage de Martin Shultz, président du Parlement européen, en 2015, qui saluera en Macky Sall « un pilier de la démocratie en Afrique et dans le monde ». « Vous êtes un exemple : dans ma vie politique, c’est la première fois que je vois un homme élu réduire de sa propre initiative son mandat. »

Au risque de décevoir les Occidentaux, Macky Sall, finalement, ne réduira pas son mandat. Le Conseil constitutionnel sénégalais s’y est opposé dans un avis rendu le 16 février, et le président sénégalais a obtempéré. Il ira au bout de son septennat, en 2019. Au risque du wax-waxeet. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES