Sénégal – Babacar Touré : « La RTS évoque quasi exclusivement le camp du Oui » au référendum

Au Sénégal, alors que la campagne pour le référendum constitutionnel est officiellement ouverte depuis le 12 mars, l’instance de régulation de l’audiovisuel s’efforce, sans grand succès, de faire respecter l’équitable accès aux médias entre partisans du Oui et du Non...

Sénégal : référendum constitutionnel du 20 mars, mode d’emploi
Propagande déguisée, publi-reportages, questions orientées, affichage à sens unique… Difficile, pour le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), de faire respecter la neutralité de la couverture médiatique de la campagne pour le référendum du 20 mars. Président depuis 2012 du CNRA, Babacar Touré, l’ancien PDG du Groupe Sud Communication, s’en explique à Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Quelles sont les attributions du CNRA en période de campagne électorale ?

Babacar Touré : Elles ne sont pas différentes, dans leur nature, des missions que nous assumons tout au long de l’année. Le CNRA est chargé de faire respecter les règles de pluralisme, d’éthique et de déontologie, les lois et règlements en vigueur ainsi que les cahiers de charges et les conventions régissant l’audiovisuel au Sénégal. Dans un contexte électoral, il s’agit essentiellement de garantir, de manière renforcée, une certaine équité dans l’accès aux médias des différents candidats ou coalitions de partis.

Quels sont les principaux manquements que vous avez pu constater depuis l’annonce officielle du référendum, le 16 février ?

Le texte de référence pour diagnostiquer ces manquements, c’est l’article L.61 du code électoral. Celui-ci dispose que « durant les trente jours précédant l’ouverture de la campagne officielle électorale, est interdite toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux publics et privés ». Le texte explicite ensuite le concept de propagande déguisée. Concernant la période de la campagne, deux interdits sont formulés : l’utilisation, à des fins de propagande électorale, de tout procédé de publicité commerciale dans les médias, autrement dit les publi-reportages ; et l’utilisation des biens ou moyens publics pour faire campagne, afin de garantir l’égalité entre les candidats. Malheureusement, ces dispositions ne sont pas respectées.

Pouvez-vous en donner des exemples ?

En ce qui concerne le service public audiovisuel, nous constatons que la Radiodiffusion Télévision sénégalaise (RTS) évoque quasi exclusivement le camp du Oui. Elle se livre par ailleurs à de la propagande déguisée, par exemple en faisant la promotion du Oui au référendum sous des prétextes détournés. Ce fut le cas, par exemple, à l’occasion de la célébration de la Journée de la femme, le 8 mars, ou encore, de manière plus flagrante, lors du conseil national du parti au pouvoir, le 7 mars. L’opposition n’est pas en reste, mais elle a plutôt investi certains médias privés, notamment des sites d’information en ligne apparemment acquis à sa cause. On pourrait également parler de l’affichage massif en faveur du Oui auquel procèdent les autorités. Or il faut savoir qu’en période de campagne électorale, les attributions du CNRA s’étendent à tout support de communication contribuant à la campagne.

L’argent est en train d’accentuer le caractère déséquilibré du traitement médiatique de la campagne, à travers la publicité politique
Et en ce qui concerne les médias privés ?

Globalement, ils assurent une représentation plus équitable des deux courants, même s’il arrive que la composition des plateaux, lors de certains débats, soit discutable et contribue de manière déguisée à privilégier le courant du Non. Il y a aussi parfois des questions orientées qui traduisent un certain parti-pris du journaliste. Enfin, nous sommes vigilants face aux publi-reportages en faveur d’un camp ou d’un autre. Dans divers médias, l’argent est en effet en train d’accentuer le caractère déséquilibré du traitement médiatique de la campagne, à travers la publicité politique.

Vous disposez de différents moyens de sanction face à ces manquements. En faites-vous usage ?

Le CNRA préfère s’en tenir à une approche pédagogique, en procédant à des interpellations correctives argumentées. Si l’on devait sanctionner à tout bout de champ, cela affecterait le système médiatique et l’opinion de manière importante et pourrait même déboucher sur des troubles à l’ordre public. Il s’agit plutôt de repenser le système de fond en comble, afin d’améliorer les pratiques professionnelles et l’offre programmatique.

Vos mises en demeure récentes ont-elle été suivies d’effets ?

Certains médias privés ont tenu compte de nos observations. Mais concernant l’audiovisuel public, nous avons le sentiment de prêcher dans le désert. Quand une chaîne a la puissance publique derrière elle, le sentiment d’impunité l’emporte. Le service public audiovisuel n’en fait qu’à sa tête – et à la tête du client –, ignorant superbement les principes inscrits dans les textes. « La religion du roi est celle des sujets », semble-t-on penser. Seulement la République, qui est d’abord l’affaire des citoyens, s’accommode mal des pratiques d’accaparement et d’exclusion. D’ailleurs, je doute que de telles pratiques rendent service au pouvoir en place, aujourd’hui comme hier. Après deux alternances, le Sénégal mérite mieux que ce qui lui est imposé à l’heure actuelle. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES