SENEGAL : Un Observatoire citoyen lance une pétition pour la dissolution de l’Assemblée Nationale

Dans sa volonté manifeste de réduire l’Opposition à sa plus simple expression, le président de la République Macky SALL vient encore de s’illustrer de la pire des manières dans la gouvernance démocratique de notre pays. Le président Léopold Sédar SENGHOR nous a légué un Etat,Abdou Diouf père du pluralisme politique a su sauvegarder ces acquis malgré ses divergences avec Me Abdoulaye WADE parrain de la démocratie africaine et promoteur des Libertés publiques et individuelles. Il est du devoir de tout citoyen de se battre pour préserver cet héritage démocratique signe particulier de notre Nation. La liberté du citoyen, l’unité dans la différence, l’attachement aux valeurs démocratiques, le don de soi pour la défense de la République sont dilués dans l’ADN de chaque sénégalais. Malheureusement, le président de la République Macky SALL semble volontairement oublier qu’il a hérité de ses prédécesseurs, une Nation unie, un pays apaisé d’un Peuple responsable qui nourrissait un grand espoir le 25 mars 2012.
Que reste-t-il de cet héritage ? Faisons l’éventaire…
- Des demandes de marches de l’Opposition et des citoyens interdites
- Des demandes de meetings de l’Opposition et des citoyens interdites
- des détenus politiques arbitraires
- Violation de l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO
- Violation de l’Avis du Groupe de Travail contre la détention arbitraire
- Violation des Traités et Conventions internationaux ratifiés par l’Etat du Sénégal
- Justice sélective
- Politisation et instrumentalisation de la Justice
- Acharnement contre des Magistrats
- Harcèlements contre des leaders de l’Opposition
- Violence sur des leaders de l’Opposition
- Ingérence de l’Exécutif dans le fonctionnement de l’Assemblée Nationale
- Violation du Règlement intérieur de l’Assemblée pour combattre l’Opposition parlementaire etc…
L’Assemblée Nationale du
Sénégal est devenue une caisse d’enregistrement à la solde de l’Exécutif.
Sur instruction du président de Benno Bok Yakar, le president Moustapha Niasse a
violé allègrement le Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Il a refusé la formation du groupe parlementaire de l’opposition. Moustapha Niasse s’érige le droit de vie ou de mort des groupes parlementaires. Des députés de l’Opposition sont agressés et battus dans l’Hémicycle.
Aujourd’hui, l’unité de l’Opposition est une commande publique que l’ensemble des partis réunis s’est engagé à satisfaire.
Le Président de l’Assemblée Nationale Moustapha NIASS est dépassé par la tournure prise par les événements. Il n’est plus apte intellectuellement à diriger la deuxième Institution du Sénégal. Il a assombri l’image de l’Assemblée Nationale de notre pays et c’est dommage qu’au crépuscule de sa carrière politique, c’est tout ce que les Sénégalais retiendront de lui. Moustapha Niasse est l’homme qui a mis à genou cette Institution prestigieuse de notre chère Nation.

Nous tenons à rappeler au président de l’Assemblée Nationale que :
- Ce sont les partis qui mandatent un des leurs pour former un Groupe Parlementaire.

- L’Article 22 vise un Groupe déjà installé et non un Groupe qui est en constitution.

Devant une telle violation des acquis démocratiques, face à l’agression violente subie par notre démocratie et l’humiliation spectaculaire de l’Assemblée Nationale, le Peuple a décidé de se joindre aux députés de l’Opposition pour sauver ce qui reste de notre Démocratie. Car pour nous, c’est un combat citoyen et politique qui interpelle tous les sénégalais hommes, femmes, jeunes, vieux, sans emplois, cadre etc… soucieux de la stabilité du pays et de la bonne marche de nos Institutions.
Ainsi nous exigeons :
- La démission du Président de l’Assemblée Nationale pour incompétence, insuffisance et absence de résultats
- La dissolution de l’Assemblée par le président de la République pour sauver le Sénégal de ce blocage institutionnel qui va plomber la marche de notre pays
- La tenue d’élections anticipées en janvier 2016
- La réforme de l’Assemblée Nationale pour un rééquilibrage institutionnel entre les différents pouvoirs
Voici l’exposé des motifs, qui ont poussé des citoyens sénégalais que nous sommes, réunis au sein de l’Observatoire Citoyen pour la Défense des Institutions (OCDI) à lancer cette pétition. Notre préoccupation c’est d’avoir des Institutions fortes pouvant permettre au Président de la République de gouverner le Sénégal dans la sérénité, la stabilité, le respect des droits humains et des libertés pour un développement durable. Nous invitons tous les citoyens sénégalais à se joindre à nous en signant cette pétition.
Vous pouvez signer :
Par le site www.sauvonsnotreassemblee.com:

OBSERVATOIRE CITOYEN POUR LA DEFENSE DES INSTITUTIONS (OCDI)



AFRIQUE-MONDE

logo article

Le "New York Times" a recensé tous les mensonges de Trump (et ils sont nombreux)

24/06/2017 par :

DONALD TRUMP - Cette compilation fait froid dans le dos. Deux journalistes américains du New (...)

logo article

Les musulmans de France fêteront la fin du ramadan dimanche

24/06/2017 par :

Les musulmans de France fêteront dimanche l’Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne qui marque (...)

logo article

Ghana : fin des privilèges diplomatiques pour les anciens présidents

24/06/2017 par :

Ce changement de traitement concerne non seulement les anciens chefs d’Etat mais aussi les (...)

logo article

Soudan du Sud : la fête de l’indépendance annulée

24/06/2017 par :

Comme en 2016, la fête nationale ne sera pas célébrée cette année. Le gouvernement sud-soudanais a (...)

logo article

Ryad déjoue une attaque d’envergure contre le premier lieu saint de l’islam

24/06/2017 par :

L’Arabie saoudite a annoncé avoir déjoué un attentat d’envergure contre la Grande mosquée de La (...)

logo article

Jammeh retourne en Gambie

20/06/2017 par :

En Exil en Guinée Equatoriale, Yaya Jammeh n’oublie pas, pour autant, la Gambie. Par le biais (...)

logo article

Zeinab demande le divorce à Jammeh

20/06/2017 par :

Zeinab Suma aurait officiellement demandé le divorce à Yaya Jammeh. L’ex première dame, que les (...)

logo article

Gambie : Un Sénégalais arrêté pour 2 meurtres, 4 viols et 4 incendies

20/06/2017 par :

Dix chefs d’accusations pèsent sur la tête d’un Sénégalais, dont l’identité n’a pas été révélée, en (...)

logo article

Texas : Une Sénégalaise battue à mort par son époux ivoirien

20/06/2017 par :

L’affaire fait les choux gras de la presse en Côte d’Ivoire. Hermann Fulgence Gninia, 41 ans, un (...)

logo article

Aboubacry Ba nommé Dg d’un groupe de presse à Conakry

20/06/2017 par :

Le journaliste Aboubacry Ba, employé de la chaîne Canal Plus, a été nommé à la tête du groupe (...)

logo article

9 morts : Bilan définitif de l’attaque de Bamako

20/06/2017 par :

Le bilan définitif de l’attaque terroriste de dimanche après-midi au campement Kangaba, dans la (...)

DEPECHES

18 juin 2017

Trump tweets : "Je suis enquêté pour avoir tiré le directeur du FBI par l’homme qui m’a dit de déclencher le directeur du FBI. Chasse aux sorcières !"

18 juin 2017

Le Chili bat le Cameroun pour son premier match en Coupe des Confédérations

19 mai 2017

VIOLENT ACCIDENT SUR L’AUTOROUTE : PAS DE MORT ; QUE DES DÉGÂTS MATÉRIELS IMPORTANTS

3 mai 2017

Sénégal : Khalifa Sall et ses co-détenus restent en prison

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES