SENEGAL : Les déchets d’un abattoir transformés en biogaz et en engrais naturels

Intestins, bouses, sang, eaux usées… Chaque jour, près d’une demi-tonne de déchets organiques sont produits par l’abattoir de Saint-Louis, au Sénégal. Longtemps abandonnés en pleine nature, ces déchets sont désormais récupérés et transformés en biogaz et en engrais naturels, destinés aux habitants et aux agriculteurs de la zone.

Durant des années, les déchets de cet abattoir – situé dans le quartier de Khor – ont été abandonnés sur le terrain vague et dans le fleuve situés à proximité, générant de mauvaises odeurs et de la pollution.

Afin d’apporter une solution, la municipalité, à travers le conseil du quartier, et l’ONG lilloise Le Partenariat présente à Saint-Louis depuis une trentaine d’années, ont décidé d’installer sur place des biodigesteurs, une technologie déjà très utilisée en Asie. Il s’agit de cuves sans oxygène dans lesquelles peuvent fermenter des déchets organiques d’origine végétale ou animale. Ce processus de fermentation – appelé méthanisation – présente l’intérêt de produire du biogaz, une énergie renouvelable.

Mis en place sous la supervision de l’entreprise française BioEco, grâce au financement de la fondation Poweo, ces biodigesteurs fonctionnent depuis 2013. C’est actuellement un comité local qui gère l’installation, soutenu par l’ONG Le Partenariat.

Les biodigesteurs de l’abattoir de Saint-Louis, au moment de leur construction.

"Récupérer les déchets organiques permet de capter le méthane issu de leur décomposition"

Dans cet abattoir, qui existe depuis les années 1970, on tue essentiellement des bœufs et des buffles. Depuis la mise en place du projet, on récupère les résidus des panses, c’est-à-dire les boyaux et la bouse qui est à l’intérieur, afin de les revaloriser. En fait, chaque jour, un agent de l’abattoir ramasse l’équivalent de cinq brouettes de ces déchets organiques, qu’il déverse dans un bac de remplissage. Ces déchets ont ensuite besoin d’être "dilués". Pour cela, on réutilise l’eau ayant servi à nettoyer l’abattoir, ce qui permet de transformer les déchets en un mélange plus liquide.

Un agent de l’abattoir déverse des déchets organiques dans un bac de remplissage.

Ensuite, ces déchets partent dans cinq biodigesteurs de 10m3 chacun. C’est là qu’ils se décomposent et que des bulles de gaz se forment au bout d’un ou deux jours. Le biogaz est alors capté par des cloches et stocké au niveau de deux ballons.

Comme il n’est pas sous pression – contrairement au gaz en bouteille – les habitants utilisent une pompe pour l’aspirer depuis les ballons, afin de pouvoir s’en servir pour cuisiner. Pour l’instant, seuls cinq ménages vivant à proximité l’utilisent, mais sept de plus devraient en bénéficier prochainement.

"Ce biogaz coûte beaucoup moins cher aux ménages que le gaz en bouteille"

Ce biogaz est composé de méthane à 70 % : c’est quasiment la même chose que le gaz en bouteille, donc ça ne change rien pour les ménages en terme de temps de cuisson. En revanche, il leur coûte beaucoup moins cher. Pour cuisiner, chaque ménage consomme en effet un mètre cube de gaz par jour environ. Dans la mesure où le mètre cube de biogaz est vendu à 200 francs CFA [soit 0,30 centimes d’euro, NDLR], cela correspond à un budget mensuel de 6 000 francs environ [soit 9 euros environ, NDLR]. C’est peu puisque les ménages dépensent en moyenne 30 à 35 000 francs par mois quand ils consomment du gaz en bouteille [soit 46 à 53 euros environ, NDLR].

Le biogaz produit à l’abattoir de Saint-Louis est actuellement consommé par cinq ménages.

Sur le plan environnemental, le fait de récupérer ces déchets organiques a permis d’assainir le quartier et de capter le méthane issu de leur décomposition. C’est vraiment utile dans la mesure où il s’agit d’un gaz à effet de serre 20 fois plus nocif que le CO2…

Des engrais naturels, à la fois solides et liquides

Outre le biogaz, cette installation permet de produire deux types d’engrais naturels. En effet, bien que les déchets se décomposent dans les biodigesteurs, des résidus s’y accumulent quand même progressivement. Il est donc nécessaire de les vider tous les six mois environ, lorsqu’ils sont pleins. C’est un travail difficile car on le fait à la pelle et ça pue ! À chaque vidange, on peut retirer l’équivalent de 17 charrettes, soit 800 kg de résidus. Ces résidus servent ensuite à faire du compost, qui est vendu aux agriculteurs et aux maraîchers du coin. Une charrette est vendue au prix de 5 000 francs CFA [soit 7,62 centimes d’euros, NDLR].

L’abattoir, lors de la vidange.

Par ailleurs, on récupère également le sang et l’eau utilisée pour laver l’abattoir. Ce mélange est riche en azote, donc il constitue un engrais liquide que les maraîchers peuvent récupérer gratuitement pour irriguer leurs jardins.

"On aimerait aussi revaloriser les déchets de poissons"

En gros, tous les déchets de l’abattoir sont désormais revalorisés, à l’exception des cornes broyées, mais on réfléchit à ce qu’on pourrait en faire.

Par ailleurs, en dehors de l’abattoir, un projet semblable est également mis en œuvre actuellement pour valoriser les déchets de poissons produits au niveau du port de Saint-Louis. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES