SENEGAL : Déclaration commune sur la mise en place d’un Haut Conseil des Collectivités Territoriales

DECLARATION COMMUNE SUR LA MISE EN PLACE
D’UN HAUT CONSEIL DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES (HCCT) AU SENEGAL

La convocation d’un collège électoral restreint aux seuls élus locaux en vue de l’installation du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), institué à l’issue du référendum constitutionnel maquillé du 20 mars dernier, offre une illustration caricaturale des abus et manquements répétés dont se sont rendus coupables nos chefs d’Etat successifs.
Tout le monde sait déjà que cette nouvelle institution de la République répond, non pas au souci démocratique de renforcement de la décentralisation et du pouvoir local, ni de rééquilibrage et de séparation des pouvoirs, mais plutôt aux appétits insatiables de la parentèle et de la clientèle politicienne du Parti-Etat en gestation. Par sa composition égale en nombre à celle de l’Assemblée nationale et le mode de désignation discrétionnaire de près de la moitié de ses membres par décret présidentiel (70 sur 150), autant que par le taux de leurs indemnités mensuelles fixé aux deux tiers de celles servies aux députés, sans oublier la superposition avec le Conseil économique, social et environnemental, tout montre que ce HCCT n’est rien d’autre qu’une copie de contrefaçon de l’ancien Sénat… tout aussi inutile mais encore plus budgétivore !

Ce rétablissement déguisé du défunt Sénat, même camouflé sous l’étiquette d’une disposition figurant dans l’Avant- Projet de Constitution de la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI), est facile à démasquer. Une brève rétrospective y suffit. C’est en 1999 seulement que le Président Abdou Diouf a mis en place le premier Sénat de l’histoire du pays. Son successeur, Abdoulaye Wade, se verra contraint de le dissoudre à la demande pressante tant de l’opinion que des partis membres du Front pour l’Alternance (FAL). Cependant, malgré sa disparition de l’agencement institutionnel à l’occasion du référendum constitutionnel de 2001, c’est le même Président Wade qui n’hésitera pas, au lendemain de son « un coup, KO ! » frauduleux de 2007, à recréer un Sénat, tellement décrié par la suite que sa suppression deviendra une exigence des Assises Nationales, consignée dans la Charte de Gouvernance Démocratique. Si bien qu’au lendemain de la seconde alternance en 2012, le nouveau Président MackySall, cosignataire de cette Charte au même titre que la quasi-totalité des partis membres de sa coalition victorieuse, Bennoo Bokk Yaakaar, n’aura d’autre choix, en dépit de quelques tergiversations initiales, que de respecter l’engagement de supprimer une institution massivement rejetée par l’opinion nationale.

C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, après avoir décidé de renier ouvertement toutes ses promesses préélectorales, il rétablit de facto et en catimini, un équivalent de l’ex-Sénat, dont la Présidence serait, semble-t-il, confiée, suprême ironie, au dauphin d’Abdou Diouf à la tête du PS, autre signataire défaillant de ladite Charte !

Quoi qu’il en soit, tout ceci prouve que la manipulation politicienne des institutions de la République par les chefs des trois Partis-Etat qui se sont succédé à la tête du pays, est un jeu à la fois malsain et dangereux, comme en attestent d’ores et déjà les violentes rivalités d’ambitions entre candidats à l’investiture pour un mandat de « Haut Conseiller » au sein de la mouvance présidentielle ou de ce qui en reste…
Toujours est-il que si les professionnels de la politique sont constants dans leurs turpitudes et conséquents dans leur logique alimentaire, il incombe alors aux forces de l’alternative de faire preuve de cohérence en maintenant le cap fixé par les Assises Nationales et la CNRI, abandonné et saboté par son principal bénéficiaire. En pratique, cela signifie qu’aucun patriote et démocrate sincère ne saurait cautionner des manœuvres aussi nuisibles à la cohésion nationale qu’à l’Etat républicain, à la paix civile qu’à la sécurité publique.
C’est pourquoi, les partis signataires de la présente déclaration lancent un appel solennel à l’ensemble de nos concitoyennes et concitoyens, d’abord aux Conseillers communaux et départementaux, à s’abstenir massivement de prendre part à cette mascarade : fausse élection et véritable nomination.

Nous invitons en conséquence tous les élus locaux membres de nos partis respectifs, d’associations et groupes qui récusent l’avènement d’une « monarchie républicaine » rampante à la tête du Sénégal, à ne pas aller voter le 4 septembre 2016 et à expliquer à leurs collègues des Conseils communaux et départementaux pourquoi ils doivent agir de même, dans l’intérêt supérieur de la démocratie, de la République, du peuple et du pays.

Dakar, le 15 Août 2016

Signataires :
- Citoyens pour l’Ethique et la Transparence/Jariñ sama réew
- Parti Demain la République/ Aar li nu bokk
- Les Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité/ PASTEF
- Rassemblement National Démocratique /RND
- Taxaw Temm
- Yoonu Askan Wi/ Mouvement pour l’Autonomie Populaire




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES