Roch Kaboré : « Ma priorité est de remettre le Burkina au travail »

Roch Marc Christian Kaboré a accordé à Jeune Afrique un entretien après son élection à la présidence du Burkina Faso. Grave et serein, il évoque sa volonté de changement et affirme ne pas être dans un esprit de revanche vis-à-vis de Blaise Compaoré et de ses proches.

Jeune Afrique : quels a été votre premier sentiment après votre élection à la présidence de la République ?

Roch Marc Christian Kaboré : D’abord un sentiment de fierté, mais aussi d’humilité parce que je suis conscient de la responsabilité qui m’attend demain. Je voudrais adresser un grand remerciement au peuple burkinabè. Pour la première fois, il a participé à des élections libres et démocratiques, sans aucune pression. Je voudrais également saluer les autres candidats. Chacun a fait preuve de hauteur d’esprit et a travaillé dans l’intérêt du pays. Cela est très important pour moi, car c’est la première élection présidentielle où nous observons une telle attitude des perdants vis-à-vis du gagnant.

Comment expliquez-vous votre victoire dès le premier tour et un tel écart avec votre principal rival, Zéphirin Diabré, le candidat de l’Union pour le progrès pour le changement (UPC) ?

Cette victoire est méritée pour le MPP [le Mouvement du peuple pour le progrès, NDLR] parce qu’elle est le fruit d’un long travail politique. Nous avons créé notre parti il y a moins de deux ans. Il a fallu travailler pour l’implanter sur l’ensemble du territoire, des villages aux provinces en passant par les communes. Ce travail de terrain, nous l’avons mené d’arrache-pied pendant plus d’un an. À titre personnel, j’ai fait le tour de l’ensemble des 361 communes. Dans chacune d’entre elles, nous avons eu l’occasion de présenter la vision du MPP, les raisons de notre départ [du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti au pouvoir, NDLR], ce que nous souhaitions apporter à la population… Tout ce travail a payé. Voici pourquoi, hormis les grandes villes où nous sommes en compétition avec tout le monde, le vote rural a été efficace et massif en faveur de notre parti.

À LIRE AUSSI :Présidentielle au Burkina : duel au sommet entre Diabré et Kaboré
Quelles seront vos priorités durant vos cent premiers jours au pouvoir ?

Ma priorité est de remettre le Burkina au travail. Nous avons fait une insurrection et tout le monde est conscient que l’ancien système politique était gangrené par différents maux. Nous devons veiller à ce que la bonne gouvernance et la réduction du train de vie de l’État soient aussi des priorités, afin de montrer le volonté de changement comportemental des dirigeants. Pour pouvoir demander des efforts aux autres, il faut commencer par la tête.

Nous travaillerons également à une nouvelle Constitution de rupture pour passer à une cinquième République
Nous travaillerons également à une nouvelle Constitution de rupture pour passer à une cinquième République. Enfin, il faudra rapidement répondre aux préoccupations de notre peuple dans tous les domaines : la santé, l’école, l’université, l’habitat, l’énergie… Toutes ces questions sont prioritaires et des urgences doivent être traitées dans l’ensemble de ces secteurs.

Êtes-vous prêt à former un gouvernement d’union nationale et à travailler avec les autres partis politiques ?

J’ai toujours affirmé que nous travaillerons avec ceux qui ont participé à l’insurrection populaire avec nous. Il est évident que nous sommes nombreux et que tout le monde ne pourra être membre du gouvernement. Mais chacun, à différents niveaux, pourra participer à l’oeuvre collective, dont l’objectif est d’apporter un véritable changement dans notre pays.

Y compris votre adversaire, Zéphirin Diabré ?

Cela dépendra de ce qu’il veut jouer comme rôle. Je ne peux pas l’anticiper. Nous avons une vision idéologique et politique : nous sommes sociaux-démocrates et soutenus par un collectif de partis progressistes. Zéphirin Diabré est libéral. Je ne sais pas s’il pourra s’en sortir dans toute cette sauce. C’est à lui de déterminer, avec son parti, le rôle qu’il veut jouer dans le futur Burkina.

Votre victoire est-elle une revanche personnelle vis-à-vis de Blaise Compaoré et de son clan ?

Pas du tout. Nous n’avons pas l’esprit revanchard. Nous avons créé le MPP parce que nous étions en rupture sur le plan de la vision et de l’orientation politique du parti au pouvoir. Au début, certains ont dit qu’il s’agissait d’un épiphénomène, que nous étions des seconds couteaux. Mais nous avons tranquillement continué notre travail politique. Comme vous le voyez, cette campagne n’a pas été une campagne opposée à Blaise Compaoré. Il a fini son travail, il a apporté ce qu’il devait apporter, et aujourd’hui il n’est plus là. Maintenant, à nous de mettre notre pierre à l’édifice. Cela ne sera pas un travail mené en opposition à Blaise Compaoré, mais un travail pour mettre en place un Burkina nouveau. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

logo article

Rapport McLaren : le sport russe sous le signe du dopage

09/12/2016 par :

Près de cinq mois après les premières révélations du rapport McLaren sur le « système de dopage (...)

logo article

À Ceuta, 400 migrants forcent la frontière entre le Maroc et l’Espagne

09/12/2016 par :

La barrière entourant l’enclave autonome espagnole de Ceuta, à la frontière marocaine, a été forcée (...)

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

DEPECHES

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES