Roch Kaboré : « Ma priorité est de remettre le Burkina au travail »

Roch Marc Christian Kaboré a accordé à Jeune Afrique un entretien après son élection à la présidence du Burkina Faso. Grave et serein, il évoque sa volonté de changement et affirme ne pas être dans un esprit de revanche vis-à-vis de Blaise Compaoré et de ses proches.

Jeune Afrique : quels a été votre premier sentiment après votre élection à la présidence de la République ?

Roch Marc Christian Kaboré : D’abord un sentiment de fierté, mais aussi d’humilité parce que je suis conscient de la responsabilité qui m’attend demain. Je voudrais adresser un grand remerciement au peuple burkinabè. Pour la première fois, il a participé à des élections libres et démocratiques, sans aucune pression. Je voudrais également saluer les autres candidats. Chacun a fait preuve de hauteur d’esprit et a travaillé dans l’intérêt du pays. Cela est très important pour moi, car c’est la première élection présidentielle où nous observons une telle attitude des perdants vis-à-vis du gagnant.

Comment expliquez-vous votre victoire dès le premier tour et un tel écart avec votre principal rival, Zéphirin Diabré, le candidat de l’Union pour le progrès pour le changement (UPC) ?

Cette victoire est méritée pour le MPP [le Mouvement du peuple pour le progrès, NDLR] parce qu’elle est le fruit d’un long travail politique. Nous avons créé notre parti il y a moins de deux ans. Il a fallu travailler pour l’implanter sur l’ensemble du territoire, des villages aux provinces en passant par les communes. Ce travail de terrain, nous l’avons mené d’arrache-pied pendant plus d’un an. À titre personnel, j’ai fait le tour de l’ensemble des 361 communes. Dans chacune d’entre elles, nous avons eu l’occasion de présenter la vision du MPP, les raisons de notre départ [du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti au pouvoir, NDLR], ce que nous souhaitions apporter à la population… Tout ce travail a payé. Voici pourquoi, hormis les grandes villes où nous sommes en compétition avec tout le monde, le vote rural a été efficace et massif en faveur de notre parti.

À LIRE AUSSI :Présidentielle au Burkina : duel au sommet entre Diabré et Kaboré
Quelles seront vos priorités durant vos cent premiers jours au pouvoir ?

Ma priorité est de remettre le Burkina au travail. Nous avons fait une insurrection et tout le monde est conscient que l’ancien système politique était gangrené par différents maux. Nous devons veiller à ce que la bonne gouvernance et la réduction du train de vie de l’État soient aussi des priorités, afin de montrer le volonté de changement comportemental des dirigeants. Pour pouvoir demander des efforts aux autres, il faut commencer par la tête.

Nous travaillerons également à une nouvelle Constitution de rupture pour passer à une cinquième République
Nous travaillerons également à une nouvelle Constitution de rupture pour passer à une cinquième République. Enfin, il faudra rapidement répondre aux préoccupations de notre peuple dans tous les domaines : la santé, l’école, l’université, l’habitat, l’énergie… Toutes ces questions sont prioritaires et des urgences doivent être traitées dans l’ensemble de ces secteurs.

Êtes-vous prêt à former un gouvernement d’union nationale et à travailler avec les autres partis politiques ?

J’ai toujours affirmé que nous travaillerons avec ceux qui ont participé à l’insurrection populaire avec nous. Il est évident que nous sommes nombreux et que tout le monde ne pourra être membre du gouvernement. Mais chacun, à différents niveaux, pourra participer à l’oeuvre collective, dont l’objectif est d’apporter un véritable changement dans notre pays.

Y compris votre adversaire, Zéphirin Diabré ?

Cela dépendra de ce qu’il veut jouer comme rôle. Je ne peux pas l’anticiper. Nous avons une vision idéologique et politique : nous sommes sociaux-démocrates et soutenus par un collectif de partis progressistes. Zéphirin Diabré est libéral. Je ne sais pas s’il pourra s’en sortir dans toute cette sauce. C’est à lui de déterminer, avec son parti, le rôle qu’il veut jouer dans le futur Burkina.

Votre victoire est-elle une revanche personnelle vis-à-vis de Blaise Compaoré et de son clan ?

Pas du tout. Nous n’avons pas l’esprit revanchard. Nous avons créé le MPP parce que nous étions en rupture sur le plan de la vision et de l’orientation politique du parti au pouvoir. Au début, certains ont dit qu’il s’agissait d’un épiphénomène, que nous étions des seconds couteaux. Mais nous avons tranquillement continué notre travail politique. Comme vous le voyez, cette campagne n’a pas été une campagne opposée à Blaise Compaoré. Il a fini son travail, il a apporté ce qu’il devait apporter, et aujourd’hui il n’est plus là. Maintenant, à nous de mettre notre pierre à l’édifice. Cela ne sera pas un travail mené en opposition à Blaise Compaoré, mais un travail pour mettre en place un Burkina nouveau. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES