Révision constitutionnelle en France : début du débat à l’Assemblée

C’est le sujet politique du moment. La révision constitutionnelle est au centre des débats en France depuis plusieurs semaines. Le projet est discuté à partir de ce vendredi 5 février à l’Assemblée nationale. Le gouvernement veut d’un côté constitutionnaliser l’état d’urgence : sur ce point, à priori pas de problème. Mais il souhaite également inscrire la déchéance de nationalité pour les terroristes dans la Constitution. Et cette idée venue de la droite et de l’extrême-droite a du mal à passer à gauche.

Le gouvernement a du réécrire son projet à maintes reprises. Du coup, tout le monde aujourd’hui a un peu de mal à suivre. Même les députés se disent lassés par ce débat sur la déchéance de nationalité qui s’enlise. « Ça devient totalement incompréhensible et même injustifiable, s’irrite le socialiste Alexis Bachelay, parce qu’au fond on a tellement changé de version, qu’aujourd’hui on voit bien qu’il n’y a pas de sens, pas de fond ».

Pas de sens, pas de fond… Pourtant, il y a un peu moins de trois mois, le projet paraissait clair. Au lendemain des attentats de novembre, François Hollande réunit le parlement en Congrès à Versailles. Ce 16 novembre, il surprend son monde en annonçant sa volonté d’étendre la déchéance de nationalité aux binationaux nés français : « la déchéance de nationalité ne doit pas avoir pour résultat de rendre quelqu’un apatride, lance-t-il à la tribune. Mais nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ou un acte terroriste, même s’il est né français. Je dis bien même s’il est né français. Dès lors qu’il bénéficie d’une autre nationalité ».

La déchéance, une idée pour rassembler le pays

Avec cette mesure, le président veut faire l’unité nationale, car selon lui « le pays peut basculer ». C’est ce qu’il a dit à ses ministres le soir des attentats. Ce 16 novembre à Versailles, le discours du président est applaudit debout par l’ensemble des parlementaires. La proposition de déchoir de la nationalité les binationaux nés français laisse la droite sans voix. Une fois l’émotion retombée, les premiers doutes apparaissent à gauche. Comment le chef de l’Etat peut-il reprendre une idée venue de la droite et de l’extrême-droite ? Nombre de parlementaires socialistes espèrent alors que le président n’ira pas au bout de son idée…

Mais un mois plus tard, l’exécutif persiste et signe. L’idée d’inscrire la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français dans la Constitution est maintenue. Et cela provoque une véritable crise au sein de la majorité. Les parlementaires socialistes rejettent une telle proposition. Leur argument principal ? Cette déchéance créerait une rupture d’égalité entre les français, expliquent-il. Un principe inacceptable à leurs yeux.

Vent debout contre cette réforme, Christiane Taubira, la ministre de la justice, claque alors le 27 janvier la porte du gouvernement, « sur un désaccord politique majeur ». Quelques jours plus tard, elle enfonce le clou dans un livre. Dans Murmures à la jeunesse, elle dresse un véritable réquisitoire contre la déchéance de nationalité. « Osons le dire : un pays doit être capable de se débrouiller avec ses nationaux. Que serait le monde si chaque pays expulsait ses nationaux de naissance considérés comme indésirables ? Faudrait-il imaginer une terre-déchetterie où ils seraient regroupés », s’y insurge-t-elle.

Vers la déchéance pour tous

Le départ de Christiane Taubira redonne du souffle aux opposants à la déchéance. Le groupe socialiste à l’Assemblée engage alors un véritable bras de fer avec l’exécutif. Résultat, François Hollande et Manuel Valls doivent céder et retirer du texte final toute référence à la binationalité. C’est donc la déchéance pour tous les Français qui est entérinée. Ce qui pourrait avoir pour conséquence de créer à terme des apatrides. Une idée qui provoque une levée de boucliers à droite. « La France de 2016 ne va pas créer des apatrides, s’étrangle le député Les Républicains Guillaume Larrivé, la France ne va pas retirer toute nationalité à des français. Les conventions internationales nous obligeraient de leur donner des titres de séjour… tout ça n’a vraiment pas de sens ».

Opposés à l’apatridie, les élus de droite sont de plus en plus nombreux à ne pas vouloir voter ce texte. Alors qu’en revanche au Parti socialiste, une majorité semble désormais se dessiner. Cela sera-t-il suffisant pour réunir les 3/5 du parlement ? La partie est loin d’être gagnée. D’autant que le texte doit être approuvé dans les mêmes termes à l’Assemblée nationale et au Sénat.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES