Régionales : pourquoi le Front national a profité de la menace terroriste

Le FN continue sa progression électorale car il est aujourd’hui en position de conquérir au moins deux régions sur treize. Le parti a peut-être bénéficié de l’émotion qui frappe la France depuis les attentats du 13 novembre.

L’organisation de l’État islamique a-t-elle donné un coup de pouce au Front national ? Trois semaines après avoir connu la plus terrible attaque terroriste de son histoire récente, la France a hissé le parti frontiste à un sommet qu’il n’avait encore jamais atteint, soit 27,7% au niveau national. C’est près de trois points de plus que son précédent record lors des départementales, qui remonte à neuf mois seulement.

Trois points en moyenne nationale, cela peut représenter cinq ou six points de mieux dans les régions où le Front national (FN) est bien ancré. En Nord-Pas-de-Calais-Picardie ou en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), où il dépasse les 40 %, cela lui a sans doute permis de faire le "trou" avec le candidat du parti Les Républicains. Un écart de 14 à 15 points, qui semble pratiquement irrattrapable, même avec le retrait de la liste socialiste arrivée troisième.

Trois points qui font une énorme différence. Le FN existe et s’est même enraciné en France depuis une trentaine d’années. Il n’a donc pas attendu que l’organisation de l’État islamique (EI) menace la France pour prospérer. Il a connu des hauts et des bas en exploitant la peur : celle du chômage, de la désindustrialisation, de la mondialisation et de l’euro, de la délinquance (surtout la petite, celle dont les Français sont directement victimes lorsqu’ils sont cambriolés ou que leur voiture est volée ou brûlée) et bien sûr de l’immigration et de l’islam.

Les carburants du FN : le chômage... et le terrorisme

Selon l’institut Ipsos 4 électeurs sur 10 ont voulu, par leur vote, sanctionner le gouvernement et le président de la République. C’est particulièrement le cas de ceux qui ont choisi le parti d’extrême droite. Parmi eux, 44 % se sont déterminés en raison du chômage. Les autres peurs sont toujours bien là, mais une autre s’est hissée en deuxième position (32 %), celle du terrorisme.

Or, sur cette question, toujours selon Ipsos, les électeurs du FN se distinguent en affirmant que ce parti, selon eux, serait plus à-même de les protéger. Autrement dit, ils ont la foi, lorsque les autres Français sont relativement désabusés.

Il est aussi paradoxal de noter qu’à Paris et en Ile-de-France, où la menace de nouveaux attentats est la plus angoissante, on a moins qu’ailleurs voté pour le FN. Encore que, en région parisienne aussi, le parti d’extrême droite progresse de façon spectaculaire.

Une autre contradiction a également été relevée à plusieurs reprises par les spécialistes de la carte électorale sur la question de l’immigration : en règle générale, les Français qui côtoient de nombreux immigrés dans leur vie quotidienne votent beaucoup moins FN que ceux qui vivent en périphérie immédiate de ces quartiers. Un peu comme s’ils réagissaient à la peur de l’"envahissement", sous le coup d’un fantasme de relégation et de déclassement renforcé par des médias télévisuels de plus en plus anxiogènes. Une peur de second plan, en quelque sorte, plutôt qu’une réalité.

Une participation en hausse à cause des attentats ?

Il est difficile de savoir si les terroristes du 13-Novembre ont consciemment frapper à quelques semaines du scrutin, dans le but de déstabiliser la démocratie. Le 11 mars 2004, l’attentat sanglant de la gare d’Atocha, à Madrid, dans lequel près de 200 personnes trouvèrent la mort, frappa le pays trois jours avant la date des élections générales. La tendance mesurée par les sondages fut inversée et les socialistes, qui réclamaient le retrait des troupes espagnoles d’Irak, furent portés au pouvoir. On peut quand même noter que le FN est sans doute le parti politique français qui peut "plaire" le plus à l’EI en raison de son opposition catégorique aux frappes en Syrie.

Ce n’est pas verser dans le complotisme que de constater que les électeurs sont sensibles à l’émotion et qu’il est facile pour les terroristes d’en jouer. Quoi qu’il en soit, il est tout à fait raisonnable de penser que ces attentats d’une violence sans précédent, ajoutés à la peur d’être envahi par une vague de réfugiés syriens parmi lesquels pourraient se dissimuler des terroristes, ont sans doute déplacé 2 à 3 % d’électeurs - et sans doute davantage dans les régions qui lui sont acquises - de la droite républicaine vers le FN.

Par contraste, le Parti socialiste, qui subit l’usure du pouvoir et les critiques de l’opposition, mais dont les leaders ont eu une attitude digne et responsable dans cette dernière période, résiste bien, ce qui est plutôt inattendu.

De 2 % à 3 % d’électeurs cela peut sembler dérisoire pour un parti qui était déjà arrivé premier lors des départementales, deux mois après les attentats de janvier à Paris. Mais cela peut faire la différence lors du second tour des régionales et finalement offrir au FN deux ou trois régions parmi les plus peuplées de France. FRANCE24




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES