Régionales : pourquoi le Front national a profité de la menace terroriste

Le FN continue sa progression électorale car il est aujourd’hui en position de conquérir au moins deux régions sur treize. Le parti a peut-être bénéficié de l’émotion qui frappe la France depuis les attentats du 13 novembre.

L’organisation de l’État islamique a-t-elle donné un coup de pouce au Front national ? Trois semaines après avoir connu la plus terrible attaque terroriste de son histoire récente, la France a hissé le parti frontiste à un sommet qu’il n’avait encore jamais atteint, soit 27,7% au niveau national. C’est près de trois points de plus que son précédent record lors des départementales, qui remonte à neuf mois seulement.

Trois points en moyenne nationale, cela peut représenter cinq ou six points de mieux dans les régions où le Front national (FN) est bien ancré. En Nord-Pas-de-Calais-Picardie ou en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), où il dépasse les 40 %, cela lui a sans doute permis de faire le "trou" avec le candidat du parti Les Républicains. Un écart de 14 à 15 points, qui semble pratiquement irrattrapable, même avec le retrait de la liste socialiste arrivée troisième.

Trois points qui font une énorme différence. Le FN existe et s’est même enraciné en France depuis une trentaine d’années. Il n’a donc pas attendu que l’organisation de l’État islamique (EI) menace la France pour prospérer. Il a connu des hauts et des bas en exploitant la peur : celle du chômage, de la désindustrialisation, de la mondialisation et de l’euro, de la délinquance (surtout la petite, celle dont les Français sont directement victimes lorsqu’ils sont cambriolés ou que leur voiture est volée ou brûlée) et bien sûr de l’immigration et de l’islam.

Les carburants du FN : le chômage... et le terrorisme

Selon l’institut Ipsos 4 électeurs sur 10 ont voulu, par leur vote, sanctionner le gouvernement et le président de la République. C’est particulièrement le cas de ceux qui ont choisi le parti d’extrême droite. Parmi eux, 44 % se sont déterminés en raison du chômage. Les autres peurs sont toujours bien là, mais une autre s’est hissée en deuxième position (32 %), celle du terrorisme.

Or, sur cette question, toujours selon Ipsos, les électeurs du FN se distinguent en affirmant que ce parti, selon eux, serait plus à-même de les protéger. Autrement dit, ils ont la foi, lorsque les autres Français sont relativement désabusés.

Il est aussi paradoxal de noter qu’à Paris et en Ile-de-France, où la menace de nouveaux attentats est la plus angoissante, on a moins qu’ailleurs voté pour le FN. Encore que, en région parisienne aussi, le parti d’extrême droite progresse de façon spectaculaire.

Une autre contradiction a également été relevée à plusieurs reprises par les spécialistes de la carte électorale sur la question de l’immigration : en règle générale, les Français qui côtoient de nombreux immigrés dans leur vie quotidienne votent beaucoup moins FN que ceux qui vivent en périphérie immédiate de ces quartiers. Un peu comme s’ils réagissaient à la peur de l’"envahissement", sous le coup d’un fantasme de relégation et de déclassement renforcé par des médias télévisuels de plus en plus anxiogènes. Une peur de second plan, en quelque sorte, plutôt qu’une réalité.

Une participation en hausse à cause des attentats ?

Il est difficile de savoir si les terroristes du 13-Novembre ont consciemment frapper à quelques semaines du scrutin, dans le but de déstabiliser la démocratie. Le 11 mars 2004, l’attentat sanglant de la gare d’Atocha, à Madrid, dans lequel près de 200 personnes trouvèrent la mort, frappa le pays trois jours avant la date des élections générales. La tendance mesurée par les sondages fut inversée et les socialistes, qui réclamaient le retrait des troupes espagnoles d’Irak, furent portés au pouvoir. On peut quand même noter que le FN est sans doute le parti politique français qui peut "plaire" le plus à l’EI en raison de son opposition catégorique aux frappes en Syrie.

Ce n’est pas verser dans le complotisme que de constater que les électeurs sont sensibles à l’émotion et qu’il est facile pour les terroristes d’en jouer. Quoi qu’il en soit, il est tout à fait raisonnable de penser que ces attentats d’une violence sans précédent, ajoutés à la peur d’être envahi par une vague de réfugiés syriens parmi lesquels pourraient se dissimuler des terroristes, ont sans doute déplacé 2 à 3 % d’électeurs - et sans doute davantage dans les régions qui lui sont acquises - de la droite républicaine vers le FN.

Par contraste, le Parti socialiste, qui subit l’usure du pouvoir et les critiques de l’opposition, mais dont les leaders ont eu une attitude digne et responsable dans cette dernière période, résiste bien, ce qui est plutôt inattendu.

De 2 % à 3 % d’électeurs cela peut sembler dérisoire pour un parti qui était déjà arrivé premier lors des départementales, deux mois après les attentats de janvier à Paris. Mais cela peut faire la différence lors du second tour des régionales et finalement offrir au FN deux ou trois régions parmi les plus peuplées de France. FRANCE24




AFRIQUE-MONDE

logo article

Yahya met le cap sur Malabo : le film des trois heures d’escale de l’ex-président gambien à Conakry comme si vous y étiez !

22/01/2017 par :

Il est 20 heures à l’aéroport de Conakry ce vendredi 21 janvier 2017. Un petit groupe de badauds (...)

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES