RECEVABILITE DE LA CANDIDATURE DE KARIM : Me Sidiki KABA se perd dans ses contradictions

Volonté de semer le doute dans la conscience des Sénégalais ou pas, le ministre de la Justice nage dans une mare de contradictions, à propos de l’éligibilité de Karim Wade. Avant-hier à l’Assemblée nationale, dans le cadre du vote du projet de loi relatif au Conseil constitutionnel, le garde des Sceaux a filé le dossier au Conseil constitutionnel. Pour lui, il appartient aux 7 « Sages » de se prononcer sur la recevabilité de la candidature de Karim aux prochaines élections. « Je ne dis pas que Karim Wade ne pourra pas se présenter à une élection présidentielle. (…) Pour être candidat, il faut jouir d’un casier judiciaire vierge. Au moment opportun, le Conseil Constitutionnel jugera de l’opportunité ou non de la candidature. Je ne peux pas rentrer dans les détails (…) », a-t-il dit.
Des déclarations qui contrastent avec celles qu’il avait tenues au lendemain de la condamnation de Karim Wade, il y a de cela deux ans. A l’époque, il affirmait que cette condamnation n’empêchait en rien la candidature du candidat du Pds à la prochaine élection présidentielle. En effet, lors d’une conférence de presse au lendemain de la condamnation de Wade-fils, le ministre de la Justice avait déclaré que Wade-fils conserve ses droits civiques. Sidiki Kaba avait affirmé que, malgré sa condamnation à six ans de prison ferme, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a « écarté l’interdiction de l’exercice des droits civiques, civils et de la famille prévus par l’article 34 du Code pénal », réfutant ainsi l’existence de tout « projet politique pour couler un adversaire ».
Cette controverse autour de la candidature de Karim Wade s’élargit jusque chez les spécialistes en la matière. Pour certains juristes, comme Me Babou, Karim Wade n’est pas présidentiable en ce sens qu’il a perdu ses droits civiques, car son casier n’est plus vierge. Les tenants de ce courant sont même allés jusqu’à indiquer que l’intéressé ne devrait pas bénéficier de la grâce, sans invoquer la moindre disposition légale qui l’interdit en de pareilles circonstances.
Et pour ceux qui soutiennent le contraire, ils se fondent sur le fait que le délit de corruption, qui pourrait valoir à l’intéressé la déchéance de ses droits civiques, a été écarté par la Crei, au moment de rendre son verdict. C’est le cas pour l’avocat Mouhamadou Moustapha Dieng. « On l’a condamné et on lui a demandé de payer un montant. Ce qui, d’ailleurs, me semble paradoxal. Il ne peut pas être privé de son droit d’être électeur ou éligible. Ça n’a pas été prononcé par la Crei qui, je l’espère, mourra bientôt de sa belle mort. En cela, rien en droit ne s’oppose à une candidature de Karim Wade à l’élection présidentielle de 2019 », a réagi Me Dieng.
L’autre argument des défenseurs de la thèse de la recevabilité de la candidature est que l’article L 31 du Code électoral qui cite les infractions pour lesquelles le coupable ne peut en aucun cas être exigible n’a pas cité le délit d’enrichissement. En effet, la disposition en question, brandie par certains comme obstacles juridiques face à la recevabilité de la candidature de Karim, stipule : « Ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale les individus condamnés pour crime, ceux condamnés à une peine d’emprisonnement sans sursis ou à une peine d’emprisonnement avec sursis d’une durée supérieure à un mois, assortie ou non d’une amende, pour l’un des délits suivants : vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par les agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits passibles d’une peine supérieure à 5ans d’emprisonnement ». L’autre cause d’irrecevabilité évoquée par d’autres est relative à la double nationalité de l’intéressé. Ils se fondent sur cette disposition du Code électoral qui indique que « tout candidat à la Présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins le jour du scrutin. Il doit savoir écrire, lire et parler couramment la langue officielle (le français : Ndlr). Un obstacle que Karim peut facilement franchir puisqu’il peut renoncer à sa nationalité française ».
Pape NDIAYE




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES