RDC : le chef de la commission électorale a démissionné

A 13 mois de la présidentielle en République démocratique du Congo, les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi soir la démission du président de la commission chargée d’organiser ces élections que, soupçonne l’opposition, le pouvoir voudrait retarder.

RDC : l’UDPS de Tshisekedi annonce l’échec des négociations avec le camp Kabila
L’abbé Apollinaire Malu-Malu a présenté « sa démission de ses fonctions de président de la Céni » (Commission électorale nationale indépendante) au président de la République Joseph Kabila, « pour raisons de santé » et celui-ci en a « pris acte », selon un communiqué officiel lu à la télévision publique.

La Céni est composée de membres représentatifs de diverses composantes de la population congolaise. Selon le communiqué officiel lu à la télévision, M. Kabila demande à la société civile, dont était « issu » l’ecclésiastique quinquagénaire, de se réunir « pour désigner son remplaçant ».

Cette démission est « un nouveau coup de tonnerre dans le paysage » politique congolais, a rapidement réagi sur son compte Twitter Olivier Kamitatu, un des dirigeants du G7, groupe de sept partis récemment passés à l’opposition en septembre en accusant M. Kabila de chercher à se maintenir au pouvoir coûte que coûte.

Samy Badibanga, chef du premier groupe parlementaire d’opposition (UDPS et alliés) à l’Assemblée nationale ne se montrait pas étonné samedi de cette démission, notant auprès de l’AFP que l’abbé Malu-Malu « était indisponible depuis un bon moment ».

« Malu-Malu était l’expert attitré de la Céni », a ajouté l’opposant en faisant allusion au fait que l’abbé était crédité d’avoir organisé en 2006 les premières élections libres depuis l’indépendance du pays en 1960, au sortir de deux guerres ayant ravagé le pays entre 1996 et 2003.

L’abbé dirigeait alors la Commission électorale indépendante (CEI), qui devait se faire déconsidérer cinq ans plus tard sous la houlette d’un autre président, et pousser à la création de la Céni et au rappel de l’abbé Malu-Malu, devenu entre-temps conseiller du président Kabila.

« Gagner du temps »

Pour M. Badibanga, la démission de l’abbé Malu-Malu, « va compliquer les choses » alors que le temps est compté pour organiser la prochaine présidentielle dans les délais prévus par la Constitution et que le fichier électoral issu de la présidentielle et des législatives de 2011 est jugé totalement « corrompu » par l’opposition et que l’enrôlement des nouveaux majeurs est au c ?ur des enjeux.

Soigné à l’étranger pour une maladie non rendue publique, l’abbé Malu-Malu était absent de la scène publique depuis des mois. Il avait fait une brève apparition en avril pour une conférence de presse où il était apparu fort affaibli, coiffé d’une casquette pour dissimuler la cicatrice d’une opération chirurgicale.

Compte tenu de ce que l’on savait de son état de santé, « tout laisse à croire qu’on a voulu gagner du temps » en le maintenant en place, estime M. Badibanga.

La RDC traverse une crise politique depuis la réélection contestée de M. Kabila en 2011 lors d’élections entachées de fraudes massives. Aucun des scrutins qui devaient être organisés depuis lors ne s’est tenu.

M. Kabila dirige la RDC depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter en 2016, mais l’opposition le soupçonne de man ?uvrer pour se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son mandat, qui s’achève en décembre 2016, quitte à retarder les élections.

En septembre, une décision de la Cour constitutionnelle a rendu caduc le calendrier électoral de la Céni qui prévoyait la tenue d’une succession de scrutins jusqu’à la présidentielle de novembre 2016.

Le climat politique est très tendu en RDC à l’approche de la fin du mandat de M. Kabila. Mercredi, l’ONU, qui dénonce depuis plusieurs mois une multiplication des arrestations d’opposants, a exhorté Kinshasa à permettre la tenue d’élections législatives et présidentielle « crédibles » en novembre 2016.




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES