RD Congo : qui de Kabila ou Tshisekedi désignera le prochain Premier ministre ?

Les ultimes tractations relatives au document additif de l’accord politique conclu le 31 décembre butent essentiellement sur la nomination du prochain Premier ministre. Entre le camp du président Joseph Kabila et celui de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, personne ne veut concéder de terrain.

RDC : Kabila, Tshisekedi, Katumbi… L’ex-médiateur Edem Kodjo dit tout
Qui aura le dernier mot sur le choix du prochain Premier ministre de la RDC ? C’est vraisemblablement le seul véritable couac dans le processus de nomination du successeur de Samy Badibanga. La Majorité présidentielle (MP) et le Rassemblement de l’opposition ne parviennent en effet pas à s’entendre sur la bonne formule.

Côté Rassemblement, l’on brandit l’accord politique conclu le 31 décembre 2016 entre, principalement, les deux camps. « Le gouvernement de la République est dirigé par le Premier ministre présenté par l’opposition politique non signataire de l’accord du 18 octobre 2016/Rassemblement », rappelle l’opposant Martin Fayulu, paraphrasant mot pour mot les clauses du compromis de la Saint-Sylvestre. Pas question donc de présenter cinq candidats à la primature, comme l’exige le camp de Kabila.

L’accord, nouvelle source de légitimité

« Aujourd’hui, Joseph Kabila, le gouvernement à venir et les institutions de la République tirent la source de leur légitimité de l’accord politique », poursuit Martin Fayulu, cadre du Rassemblement et candidat déclaré à la présidentielle. Suffisant, selon lui, pour que le président n’exerce plus son pouvoir discrétionnaire dans le choix du Premier ministre.

On ne peut pas chercher à imposer un choix au chef de l’État
Côté MP, on ne l’entend pas du tout de cette oreille. « La rationalité constitutionnelle procède du droit de veto reconnu au chef de l’État : cela implique que ce dernier a le droit de choisir qui il veut », théorise Alain-André Atundu « Il ne peut pas travailler avec une personnalité incompatible ! » explique le porte-parole de la majorité, appelant le Rassemblement à « être conciliant ».

« On ne peut pas chercher à imposer un choix au chef de l’État. C’est pourquoi nous leur demandons de proposer deux, trois ou quatre noms », dit-il, soulignant qu’il s’agit là de « la pratique constitutionnelle » en RDC : « Même au sein de la MP, nous proposons toujours au chef de l’État deux ou trois noms pour chaque poste ministériel à pourvoir. »

Kabila a failli à sa mission constitutionnelle
Problème : « La Constitution ne stipule pas que le Premier ministre doit provenir de l’opposition ; pourtant, c’est ce qui a été décidé », rétorque un autre cadre du Rassemblement pour appuyer la nécessité de s’en tenir à ce qui a été prévu dans l’accord politique. « Kabila a failli à sa mission constitutionnelle d’organiser les élections dans les délais, il ne peut plus sérieusement se prévaloir de ses prérogatives constitutionnelles », argue-t-il.

« Élégance » de Katumbi, émergence de Félix Tshisekedi

En fait, le Rassemblement craint d’être floué par le camp de Kabila s’il présente plusieurs candidats au poste. La désillusion de Vital Kamerhe, longtemps pressenti Premier ministre, est encore dans tous les esprits. « Les cinq regroupements du Rassemblement se sont déjà mis d’accord à 90 % sur un nom. Nous avons ainsi facilité la tâche à Kabila. Il n’a plus qu’à le nommer », dit-on du côté du camp d’Étienne Tshisekedi.

En interne en effet, le Rassemblement semble avoir trouvé le consensus. Et c’est le nom de Félix Tshisekedi, fils d’Étienne Tshisekedi, qui émerge. D’après nos informations, Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle en exil forcé et co-leader de la plateforme avec Tshisekedi père, a demandé à G7 et à l’Alternance pour la République (AR) de laisser le poste de Premier ministre à l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, parti de Tshisekedi).

« Depuis le début des tractations, Moïse Katumbi est jusqu’ici le seul politique à faire preuve d’élégance. Pour ne pas bloquer le processus, il avait déjà demandé au Rassemblement de ne pas faire de son cas un point de blocage alors qu’il pouvait exiger l’abandon des poursuites opportunes engagées contre lui avant tout compromis », souligne un diplomate occidental basé à Kinshasa. « Le reste, c’est plus une affaire d’ego entre Joseph Kabila et Étienne Tshisekedi », regrette-t-il. Mais qui des deux acceptera de lâcher du lest ? Pour l’instant, chacun campe sur ses positions.

Trésor Kibangula




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES