Projet d’accord de la CEDEAO : L’ancienne majorité refuse le retour de Michel Kafando

Le dimanche 20 septembre 2015, la médiation de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) conduite par Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du sénégal, Président de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO, avec la participation de Son Excellence Monsieur Yayi BONI, Président de la République du Bénin, a soumis aux parties un projet de compromis de sortie de la crise consécutive à la prise du pouvoir par le Conseil National pour la Démocratie (CND).

Les partis membres de la COALITION POUR LA REPUBLIQUE (CPR), remercient les médiateurs pour l’engagement constant qu’ils ont montré dans la recherche d’une solution consensuelle à la crise au Burkina Faso.
Cependant, ils expriment leur désaccord sur certains points du projet de compromis indiqués ci-après :

Point 2 : La restauration des autorités de la transition avec Monsieur Michel Kafando comme Président

L’action de Monsieur Michel KAFANDO à la tête de la Transition est l’une des causes principales de la crise politique survenue au Burkina Faso. En tant que Président, il a manqué à ses obligations et à son serment en ne respectant ni les traités internationaux qui lient le Burkina Faso, ni la Constitution, ni même la Charte de la Transition et les lois du pays.

Ainsi, il s’est refusé à mettre en application la décision de la Cour de justice de la CEDEAO du 13 juillet 2015 alors qu’il s’y était publiquement et solennellement engagé. Il a violé l’esprit et la lettre de la Charte de la Transition dont il est le garant en faisant obstruction à l’application du principe d’inclusion contenu dans l’article 1 de ce texte.

Monsieur Michel KAFANDO s’est refusé de mettre en œuvre un dialogue inclusif en vue de permettre que le processus électoral se déroule de façon consensuel.

Il a manqué au principe de loyauté dans le dialogue qu’il a engagé avec l’autorité militaire en promulguant, contrairement à ses engagements, une loi sur le statut de l’armée qui comportait des dispositions contestées par ce corps.

Un Président de transition qui n’a pas de parole et qui n’inspire pas confiance, qui plus est en période de crise ne peut pas conduire à bon port un processus électoral de sortie de crise crédible.

C’est pourquoi les partis de la CPR demandent un Président civil autre que Michel KAFANDO pour diriger la transition.

Points 4 et 5 : La reprise du processus électoral avec les élections au plus tard le 22 novembre et la prise de toutes les dispositions nécessaires pour la tenue de la nouvelle date

Dans le contexte socio-politique de notre pays, le dialogue est impératif. L’inclusion et la réconciliation sont des conditions indispensables à la réussite des élections à venir.

Il apparait donc nécessaire de créer un cadre de dialogue avec toutes les composantes de la société burkinabè, pour faire des élections de fin de transition une compétition démocratique et non pas l’organisation de duels fratricides.

En outre, il est de notoriété publique qu’un lot d’au moins 5000 cartes d’électeurs a été découvert récemment, ce qui jette des suspicions légitimes sur la fiabilité du fichier électoral. Dans ces conditions il est impérieux que ces tentatives de fraude électorale avérées soient élucidées.
Nous demandons donc un audit indépendant du fichier électoral.

Compte tenu du climat de vive contestation dans lequel se déroule la préparation des élections, il nous semble prudent également que la certification des résultats électoraux soient placée sous la supervision des Nations Unies, afin de permettre leur acceptation par toutes les parties concernées et par la population.
Le délai du 22 novembre 2015 retenu parait donc très court pour l’organisation d’élections apaisées.
C’est pourquoi les partis de la CPR proposent qu’un délai raisonnable soit convenu entre toutes les parties prenantes compte tenu des préalables indiquées ci-dessus.

Point 6 : Le gouvernement organisera les élections

Les autorités de la transition ont instrumentalisé de façon concertée plusieurs sujets importants de la Nation pour accentuer les clivages, notamment la justice, la question militaire et sécuritaire, la question électorale, la réconciliation nationale, le Conseil constitutionnel, et bien d’autres.

L’exclusion et leur mépris envers une frange importante du peuple ont en définitive détruit le fragile compromis qui soutenait le régime inclusif de la transition. Aujourd’hui, la haine et la frustration sont à leur paroxysme dans notre pays.

Un gouvernement de transition qui accentue autant la fracture sociale ne peut pas organiser des élections sereines.
Il est donc impérieux que les élections soient organisées sous l’égide et le contrôle technique des Nations Unies avec certification de tout résultat avant proclamation. Autrement, certains perdants n’hésiteront pas à créer de tous pièces des contestations infondées.

Point 7 : Le CNT s’abstiendra de légiférer dans les matières autres que celles relevant des élections et des conclusions du présent accord

Il est certes louable de cantonner le rôle législatif du CNT dans les matières relevant des élections et des conclusions du projet d’accord de sortie de crise.
Cependant, les médiateurs ne doivent pas perdre de vue que le Président du CNT a montré son incapacité à dépasser la haine qu’il voue aux membres de l’ancienne majorité, tel qu’il l’a montré par la mise en place d’une milice composée de radiés de forces armées nationale et son refus de tout compromis.
Il est de ceux qui se sont le plus farouchement opposé à l’abrogation des dispositions liberticides du Code électoral.
Sa partialité véhémente est aux antipodes de l’éthique de neutralité qui s’impose au chef d’une institution parlementaire.

Les partis membres de la COALITION POUR LA REPUBLIQUE (CPR) qui constituaient une large majorité au sein de la législature précédente (obtenue à l’issue d’élections qui n’ont pas été contestées) demandent respectueusement aux Chefs d’Etats de la CEDEAO de bien vouloir prendre en compte cette réalité dans la construction d’une démocratie véritablement fondée sur la légitimité populaire.

Ouagadougou, le 21 septembre 2015

SIGNATAIRES :

LES PARTIS MEMBRES DE LA COALITION POUR LA REPUBLIQUE (CPR)

Le CDP
Le Regroupement PAP (8 partis)
L’UBN
L’ODT
L’Autre Burkina



AFRIQUE-MONDE

logo article

CPI : Jean-Pierre Bemba condamné à un an de prison pour subornation de témoins

22/03/2017 par :

L’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable par la Cour pénale (...)

logo article

ACTUALITE : Entretien de Bachar el-Assad avec Europe1 et TF1

15/03/2017 par :

Fabien Namias : Bonjour M. le Président. Bachar el-Assad : Bonjour. Fabien Namias : Une (...)

logo article

« L’ART DE LA GUERRE » : Bruxelles prolongera-t-il la stratégie nucléaire du Pentagone ?

15/03/2017 par :

Dans le cas où l’administration Trump respecterait le Traité de non-prolifération, elle retirerait (...)

logo article

Tunisie : un policier tué dans une attaque jihadiste à Kebili

13/03/2017 par :

Un policier tunisien a été tué et un autre blessé dans une attaque terroriste nocturne contre une (...)

logo article

Maroc : les ambassadeurs économiques de Mohammed VI en Afrique

10/03/2017 par :

Ils accompagnent le roi Mohammed VI dans ses voyages à travers le continent pour signer des (...)

logo article

RD Congo : évincé du Rassemblement, Katebe Katoto conteste la sanction

07/03/2017 par :

Raphaël Katebe Katoto a été définitivement radié mardi du regroupement politique Alternance pour la (...)

logo article

Côte d’Ivoire : les syndicats de la fonction publique pourraient appeler à la reprise de la grève

06/03/2017 par :

Après avoir suspendu le 27 janvier leur mouvement social pour une durée d’un mois, les syndicats (...)

logo article

ACTUALITE : Interview avec Dr. Ramdani Fatima Zohra, Lauréate du Prix Mandela du Leadership Féminin 2016

02/03/2017 par :

Le jeudi, 22 décembre 2016, Dr. Ramdani Fatima Zohra a été désignée Lauréate du « Prix Mandela du (...)

logo article

FRANCE : Bientôt inculpé, Fillon reste candidat à l’élection

01/03/2017 par :

Le candidat de la droite à la présidentielle française François Fillon a confirmé mercredi qu’il a (...)

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

DEPECHES

7 mars 2017

AUDITION DE KHALIFA SALL : Le DAF Mbaye Touré finalement placé sous mandat de dépôt

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES