Projet d’accord de la CEDEAO : L’ancienne majorité refuse le retour de Michel Kafando

Le dimanche 20 septembre 2015, la médiation de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) conduite par Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du sénégal, Président de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO, avec la participation de Son Excellence Monsieur Yayi BONI, Président de la République du Bénin, a soumis aux parties un projet de compromis de sortie de la crise consécutive à la prise du pouvoir par le Conseil National pour la Démocratie (CND).

Les partis membres de la COALITION POUR LA REPUBLIQUE (CPR), remercient les médiateurs pour l’engagement constant qu’ils ont montré dans la recherche d’une solution consensuelle à la crise au Burkina Faso.
Cependant, ils expriment leur désaccord sur certains points du projet de compromis indiqués ci-après :

Point 2 : La restauration des autorités de la transition avec Monsieur Michel Kafando comme Président

L’action de Monsieur Michel KAFANDO à la tête de la Transition est l’une des causes principales de la crise politique survenue au Burkina Faso. En tant que Président, il a manqué à ses obligations et à son serment en ne respectant ni les traités internationaux qui lient le Burkina Faso, ni la Constitution, ni même la Charte de la Transition et les lois du pays.

Ainsi, il s’est refusé à mettre en application la décision de la Cour de justice de la CEDEAO du 13 juillet 2015 alors qu’il s’y était publiquement et solennellement engagé. Il a violé l’esprit et la lettre de la Charte de la Transition dont il est le garant en faisant obstruction à l’application du principe d’inclusion contenu dans l’article 1 de ce texte.

Monsieur Michel KAFANDO s’est refusé de mettre en œuvre un dialogue inclusif en vue de permettre que le processus électoral se déroule de façon consensuel.

Il a manqué au principe de loyauté dans le dialogue qu’il a engagé avec l’autorité militaire en promulguant, contrairement à ses engagements, une loi sur le statut de l’armée qui comportait des dispositions contestées par ce corps.

Un Président de transition qui n’a pas de parole et qui n’inspire pas confiance, qui plus est en période de crise ne peut pas conduire à bon port un processus électoral de sortie de crise crédible.

C’est pourquoi les partis de la CPR demandent un Président civil autre que Michel KAFANDO pour diriger la transition.

Points 4 et 5 : La reprise du processus électoral avec les élections au plus tard le 22 novembre et la prise de toutes les dispositions nécessaires pour la tenue de la nouvelle date

Dans le contexte socio-politique de notre pays, le dialogue est impératif. L’inclusion et la réconciliation sont des conditions indispensables à la réussite des élections à venir.

Il apparait donc nécessaire de créer un cadre de dialogue avec toutes les composantes de la société burkinabè, pour faire des élections de fin de transition une compétition démocratique et non pas l’organisation de duels fratricides.

En outre, il est de notoriété publique qu’un lot d’au moins 5000 cartes d’électeurs a été découvert récemment, ce qui jette des suspicions légitimes sur la fiabilité du fichier électoral. Dans ces conditions il est impérieux que ces tentatives de fraude électorale avérées soient élucidées.
Nous demandons donc un audit indépendant du fichier électoral.

Compte tenu du climat de vive contestation dans lequel se déroule la préparation des élections, il nous semble prudent également que la certification des résultats électoraux soient placée sous la supervision des Nations Unies, afin de permettre leur acceptation par toutes les parties concernées et par la population.
Le délai du 22 novembre 2015 retenu parait donc très court pour l’organisation d’élections apaisées.
C’est pourquoi les partis de la CPR proposent qu’un délai raisonnable soit convenu entre toutes les parties prenantes compte tenu des préalables indiquées ci-dessus.

Point 6 : Le gouvernement organisera les élections

Les autorités de la transition ont instrumentalisé de façon concertée plusieurs sujets importants de la Nation pour accentuer les clivages, notamment la justice, la question militaire et sécuritaire, la question électorale, la réconciliation nationale, le Conseil constitutionnel, et bien d’autres.

L’exclusion et leur mépris envers une frange importante du peuple ont en définitive détruit le fragile compromis qui soutenait le régime inclusif de la transition. Aujourd’hui, la haine et la frustration sont à leur paroxysme dans notre pays.

Un gouvernement de transition qui accentue autant la fracture sociale ne peut pas organiser des élections sereines.
Il est donc impérieux que les élections soient organisées sous l’égide et le contrôle technique des Nations Unies avec certification de tout résultat avant proclamation. Autrement, certains perdants n’hésiteront pas à créer de tous pièces des contestations infondées.

Point 7 : Le CNT s’abstiendra de légiférer dans les matières autres que celles relevant des élections et des conclusions du présent accord

Il est certes louable de cantonner le rôle législatif du CNT dans les matières relevant des élections et des conclusions du projet d’accord de sortie de crise.
Cependant, les médiateurs ne doivent pas perdre de vue que le Président du CNT a montré son incapacité à dépasser la haine qu’il voue aux membres de l’ancienne majorité, tel qu’il l’a montré par la mise en place d’une milice composée de radiés de forces armées nationale et son refus de tout compromis.
Il est de ceux qui se sont le plus farouchement opposé à l’abrogation des dispositions liberticides du Code électoral.
Sa partialité véhémente est aux antipodes de l’éthique de neutralité qui s’impose au chef d’une institution parlementaire.

Les partis membres de la COALITION POUR LA REPUBLIQUE (CPR) qui constituaient une large majorité au sein de la législature précédente (obtenue à l’issue d’élections qui n’ont pas été contestées) demandent respectueusement aux Chefs d’Etats de la CEDEAO de bien vouloir prendre en compte cette réalité dans la construction d’une démocratie véritablement fondée sur la légitimité populaire.

Ouagadougou, le 21 septembre 2015

SIGNATAIRES :

LES PARTIS MEMBRES DE LA COALITION POUR LA REPUBLIQUE (CPR)

Le CDP
Le Regroupement PAP (8 partis)
L’UBN
L’ODT
L’Autre Burkina




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES