Procès Habré : Madina Fadoul révèle qu’elle n’a jamais été auditionnée, son PV est faux, le Juge ferme ses yeux

C’est une véritable bombe qu’a lâché Madina Fadoul à la barre, le Mardi 13 octobre 2015. Il est 11h, c’est au tour des avocats d’office qui interviennent par Me Mounir Belal qui constate que, dans le PV d’audition établi par la Commission Rogatoire à Ndjaména, l’interprète utilisé par les juges d’instruction des CAE est le propre frère de Madina Fadoul, M Zakaria Fadoul qui a procédé à la traduction de son audition.
Il interroge la dame Madina. "Lors de votre audition faite à Ndjaména, le 24 août 2013, à 15h 04 par M Dingamadji NGARLEM et les officiers de polices judiciaires sénégalais, qui était l’interprète qui a traduit vos propos ?
C’est mon audition à la DDS ? Répond- elle. Non, précise l’avocat, "Je parle de son audition pour sa plainte devant les autorités judiciaires du Tchad en l’occurrence M Dingamadji NGARLEM et des membres de la police judiciaire sénégalaise lors de la commission rogatoire. Madina Fadoul déclare alors fermement : « Depuis que je suis sortie de prison, je n’ai jamais rencontré une seule autorité, officier de police ou juges de ce pays, et je ne me suis exprimée devant personne. La seule personne qu’on m’a amenée, à ma sortie de prison, est Me Moudeina, c’est tout. » L’avocat poursuit : »Zakaria Fadoul est-il votre frère ? Oui, c’est mon frère ! « At-il traduit vos propos lors de cette audition ? », Madina rétorque « Je ne comprends pas qu’il parle de mon frère comme interprète. Il n’a jamais été mon interprète, jamais, d’ailleurs, il est là, vous pouvez le questionner et vous verrez. »
Maître Mounir Belal insiste, en lui disant que son audition date du 24 Août 2013. Elle confirme n’avoir jamais été auditionnée. Et c’est là que l’interprète répond en disant : "elle ne comprend pas la question" ce à quoi, elle lui rétorque immédiatement : "Comment peux-tu dire cela : j ai bien compris la question, ils ont parlé de Zakaria qui a assisté aux questions ? L’interprète à nouveau, déclare :"Elle ne comprend pas la question". L’insistance à ne pas traduire sa réponse mais plutôt, à faire diversion, à deux reprises, avec insistance sur la non compréhension de la question malgré le fait qu’elle maintenait n’avoir jamais été auditionnée, a fait comprendre à la dame Madina qu’elle devait entrer dans le jeu de cette histoire d’audition. Alors, l’interprète lui repose la question sur la présence de son frère au moment de son audition. Elle marque, alors un temps d’arrêt, et interroge l’interprète en lui disant d’un ton plus bas : "Et qu’est ce qu’il a fait mon frère à cette audition ?" Et l’interprète de lui dire qu’il a traduit ses propos devant les officiers de police judiciaire .Alors, elle répond :"Oui, c’est vrai, j’ai oublié mon frère était là !".
De manière absolument incontestable, l’interprète a compris la bombe qu’elle avait lâché et a manœuvré, très habilement, en répétant qu’elle ne comprenait pas la question, au point que Madina Fadoul ait été exaspérée et le lui a reproché car elle comprend bien le français et puis, elle a réalisé que l’interprète refusait de traduire à la Cour ses déclarations (qui dévoilaient à la Cour qu’elle n’avait jamais été auditionnée et que partant les PV avaient été trafiqués.), et elle a compris que l’interprète l’aidait .
L’interprète n’avait, en revanche, pas compris que l’avocat cherchait à faire reconnaître par la Cour, que l’utilisation du frère comme interprète est une cause de nullité.
Par la suite, Madina Fadoul a expliqué à la Cour que, c’est son oncle M Bichara DIGUI, un fonctionnaire, qui a intervenu auprès du Président Habré pour obtenir sa libération.
L’avocat d’office lui fera remarquer qu’il y a donc des Zaghawa qui n’ont pas suivi Idriss DEBY et qui n’ont eu aucun problème, au point de garder des bonnes relations avec Habré et intervenir pour faire libérer des gens. Cette précision permet de battre en brèche les mensonges de l’accusation et les propos de la dame Madina qui parlait d’une répression ethnique systématique contre les Zaghawa. Madina Fadoul sera interrogée sur les circonstances graves de la disparition de son oncle Bichara DIGUI, assassiné par la garde présidentielle d’Idriss DEBY. Elle confirmera sa mort sous le régime d’Idriss DEBY mais dira ignorer tout des circonstances de sa mort. Elle venait de lâcher son oncle qui lui, s’est démené pour la sortir des problèmes dans lesquels elle s’était mise. Elle venait de trahir sa mémoire, en dissimulant à la Cour, les crimes d’Idriss DEBY au sein de sa propre famille.
Cet assassinat a, aussi, permis à la Cour de savoir que la théorie de la soi-disant répression ethnique était de l’intox, exactement comme celle des Hadjaraï.
Ce qui s’est passé ce matin, a permis de lever un coin du voile sur les conditions d’exécution des Commissions rogatoires en terre Tchadienne, de nombreuses irrégularités ont été soulignées en son temps par la défense du Président Habré, portant notamment sur l’absence d’officiers de police judiciaire sénégalais lors de la conduite de certaines auditions, des conditions de traduction ( par le frère comme pour le cas de Madina Fadoul ), par des plaignants, bref des personnes non assermentées et surtout non fiables. Aujourd’hui, dans la phase de jugement, les interprètes tchadiens ont compris l’enjeu de la traduction et ne sont pas des personnes totalement indépendantes par rapport au régime d’Idriss DEBY lequel ne peut rester sans agir sur la personne de l’interprète sensé se positionner pour apporter un soutien au plaignant en difficulté. Cette procédure contre le Président Habré est menée depuis le début par le régime DEBY, l’interprète en a pleinement conscience. S’il avait traduit, aujourd’hui, fidèlement les affirmations de Mme Madina Fadoul, la preuve des faux PV aurait été exposée à la face de la Cour et de tout le public. On se demande toutefois, si le Président Kam n’y aurait pas fait obstruction lui qui affiche chaque jour sa partialité par ses interventions pour bloquer la manifestation de la Vérité.

.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Yahya met le cap sur Malabo : le film des trois heures d’escale de l’ex-président gambien à Conakry comme si vous y étiez !

22/01/2017 par :

Il est 20 heures à l’aéroport de Conakry ce vendredi 21 janvier 2017. Un petit groupe de badauds (...)

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES