Procès Habré : Madina Fadoul révèle qu’elle n’a jamais été auditionnée, son PV est faux, le Juge ferme ses yeux

C’est une véritable bombe qu’a lâché Madina Fadoul à la barre, le Mardi 13 octobre 2015. Il est 11h, c’est au tour des avocats d’office qui interviennent par Me Mounir Belal qui constate que, dans le PV d’audition établi par la Commission Rogatoire à Ndjaména, l’interprète utilisé par les juges d’instruction des CAE est le propre frère de Madina Fadoul, M Zakaria Fadoul qui a procédé à la traduction de son audition.
Il interroge la dame Madina. "Lors de votre audition faite à Ndjaména, le 24 août 2013, à 15h 04 par M Dingamadji NGARLEM et les officiers de polices judiciaires sénégalais, qui était l’interprète qui a traduit vos propos ?
C’est mon audition à la DDS ? Répond- elle. Non, précise l’avocat, "Je parle de son audition pour sa plainte devant les autorités judiciaires du Tchad en l’occurrence M Dingamadji NGARLEM et des membres de la police judiciaire sénégalaise lors de la commission rogatoire. Madina Fadoul déclare alors fermement : « Depuis que je suis sortie de prison, je n’ai jamais rencontré une seule autorité, officier de police ou juges de ce pays, et je ne me suis exprimée devant personne. La seule personne qu’on m’a amenée, à ma sortie de prison, est Me Moudeina, c’est tout. » L’avocat poursuit : »Zakaria Fadoul est-il votre frère ? Oui, c’est mon frère ! « At-il traduit vos propos lors de cette audition ? », Madina rétorque « Je ne comprends pas qu’il parle de mon frère comme interprète. Il n’a jamais été mon interprète, jamais, d’ailleurs, il est là, vous pouvez le questionner et vous verrez. »
Maître Mounir Belal insiste, en lui disant que son audition date du 24 Août 2013. Elle confirme n’avoir jamais été auditionnée. Et c’est là que l’interprète répond en disant : "elle ne comprend pas la question" ce à quoi, elle lui rétorque immédiatement : "Comment peux-tu dire cela : j ai bien compris la question, ils ont parlé de Zakaria qui a assisté aux questions ? L’interprète à nouveau, déclare :"Elle ne comprend pas la question". L’insistance à ne pas traduire sa réponse mais plutôt, à faire diversion, à deux reprises, avec insistance sur la non compréhension de la question malgré le fait qu’elle maintenait n’avoir jamais été auditionnée, a fait comprendre à la dame Madina qu’elle devait entrer dans le jeu de cette histoire d’audition. Alors, l’interprète lui repose la question sur la présence de son frère au moment de son audition. Elle marque, alors un temps d’arrêt, et interroge l’interprète en lui disant d’un ton plus bas : "Et qu’est ce qu’il a fait mon frère à cette audition ?" Et l’interprète de lui dire qu’il a traduit ses propos devant les officiers de police judiciaire .Alors, elle répond :"Oui, c’est vrai, j’ai oublié mon frère était là !".
De manière absolument incontestable, l’interprète a compris la bombe qu’elle avait lâché et a manœuvré, très habilement, en répétant qu’elle ne comprenait pas la question, au point que Madina Fadoul ait été exaspérée et le lui a reproché car elle comprend bien le français et puis, elle a réalisé que l’interprète refusait de traduire à la Cour ses déclarations (qui dévoilaient à la Cour qu’elle n’avait jamais été auditionnée et que partant les PV avaient été trafiqués.), et elle a compris que l’interprète l’aidait .
L’interprète n’avait, en revanche, pas compris que l’avocat cherchait à faire reconnaître par la Cour, que l’utilisation du frère comme interprète est une cause de nullité.
Par la suite, Madina Fadoul a expliqué à la Cour que, c’est son oncle M Bichara DIGUI, un fonctionnaire, qui a intervenu auprès du Président Habré pour obtenir sa libération.
L’avocat d’office lui fera remarquer qu’il y a donc des Zaghawa qui n’ont pas suivi Idriss DEBY et qui n’ont eu aucun problème, au point de garder des bonnes relations avec Habré et intervenir pour faire libérer des gens. Cette précision permet de battre en brèche les mensonges de l’accusation et les propos de la dame Madina qui parlait d’une répression ethnique systématique contre les Zaghawa. Madina Fadoul sera interrogée sur les circonstances graves de la disparition de son oncle Bichara DIGUI, assassiné par la garde présidentielle d’Idriss DEBY. Elle confirmera sa mort sous le régime d’Idriss DEBY mais dira ignorer tout des circonstances de sa mort. Elle venait de lâcher son oncle qui lui, s’est démené pour la sortir des problèmes dans lesquels elle s’était mise. Elle venait de trahir sa mémoire, en dissimulant à la Cour, les crimes d’Idriss DEBY au sein de sa propre famille.
Cet assassinat a, aussi, permis à la Cour de savoir que la théorie de la soi-disant répression ethnique était de l’intox, exactement comme celle des Hadjaraï.
Ce qui s’est passé ce matin, a permis de lever un coin du voile sur les conditions d’exécution des Commissions rogatoires en terre Tchadienne, de nombreuses irrégularités ont été soulignées en son temps par la défense du Président Habré, portant notamment sur l’absence d’officiers de police judiciaire sénégalais lors de la conduite de certaines auditions, des conditions de traduction ( par le frère comme pour le cas de Madina Fadoul ), par des plaignants, bref des personnes non assermentées et surtout non fiables. Aujourd’hui, dans la phase de jugement, les interprètes tchadiens ont compris l’enjeu de la traduction et ne sont pas des personnes totalement indépendantes par rapport au régime d’Idriss DEBY lequel ne peut rester sans agir sur la personne de l’interprète sensé se positionner pour apporter un soutien au plaignant en difficulté. Cette procédure contre le Président Habré est menée depuis le début par le régime DEBY, l’interprète en a pleinement conscience. S’il avait traduit, aujourd’hui, fidèlement les affirmations de Mme Madina Fadoul, la preuve des faux PV aurait été exposée à la face de la Cour et de tout le public. On se demande toutefois, si le Président Kam n’y aurait pas fait obstruction lui qui affiche chaque jour sa partialité par ses interventions pour bloquer la manifestation de la Vérité.

.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES