Présidentielle gabonaise : Les dessous d’une guerre entre deux clans familiaux

Des documents découverts par la police et le témoignage sur procès-verbal d’un avocat parisien prouvent que des proches des deux principaux
candidats à la présidentielle – le chef de l’État Ali Bongo et l’outsider Jean Ping – ont perçu ces dernières
années des millions de dollars de commissions occultes, versées en Chine, sur plusieurs marchés
étatiques gabonais. Au cœur de ces affaires, figure un homme , Me François Meyer qui est aussi l’avocat du Sénégal. Quel rôle l’avocat Français a-t-il joué dans ces dossiers carabinés ? Direct Info qui a parcouru un document du site Mediapart, tente de percer les dessous de la guerre de succession entre Aly Bongo et Jean Ping qui laisse transparaître en filigrane une affaire de millions de dollars perçus en commissions sur des marchés octroyés à l’entreprise chinoise Synohydro.

C’est un tout petit monde qui se déchire, mais il est couvert du même or. L’élection présidentielle gabonaise, dont l’unique tour s’est le 27 août 2016 qui a consacré la victoire de Ali Bongo qui rempile. La campagne qui a précédé le vote, a offert un spectacle
paradoxal. D’un côté, les deux principaux candidats,
le président en exercice Ali Bongo et l’ancien ministre Jean Ping, s’invectivent publiquement à
grand renfort de formules assassines. De l’autre, invisibles, les dessous d’une guerre entre deux clans
familiaux qui ont longtemps dansé autour d’un magot
commun, l’argent des grands contrats de l’État. Avec, au passage, une victime, toujours la même : les
citoyens du Gabon, petit pays de moins de 2 millions d’habitants, riche en pétrole et, de ce fait, bastion
historique de la Françafrique.
Des documents découverts il y a deux ans par la police anticorruption française, que Mediapart a pu
consulter, ainsi que le témoignage sur procès-verbal d’un avocat historique du clan Bongo sont aujourd’hui
de nature à faire tomber les masques. Ils montrent que des membres des deux familles Ping et Bongo,
qui ne font d’ailleurs qu’une à certains égards, ont perçu ces dernières années d’importantes commissions
occultes sur plusieurs marchés étatiques décrochés par
une multinationale chinoise. Les commissions perçues se chiffrent à plusieurs dizaines de millions de dollars, d’après les informations à la disposition de la police.
Pour comprendre les enjeux cachés de la campagne gabonaise, qui sont parfois moins politiques que
claniques, il faut imaginer la rencontre des Borgia et de House of Cards. Ali Bongo, président du Gabon
depuis 2009, est le fils et successeur d’Omar, autocrate
qui a régné à partir de 1967 durant quatre décennies sur le pays, avec le soutien indéfectible de la France
et de ses meilleures barbouzes. Jean Ping, lui, fut le ministre durant vingt ans d’Omar Bongo, de 1990 à
2008, date à laquelle il est parti prendre les rênes de l’Union africaine. Pascaline Bongo, la fille d’Omar,
dont elle a été la toute-puissante directrice de cabinet, fut aussi pendant longtemps la compagne de Jean Ping,
avec qui elle a eu deux enfants (Nesta et Chritopher) , elle a également pris sous son aile protectrice un
premier fils Ping, Franck. Réputée en froid avec son frère président, Pascaline Bongo n’en demeure pas
moins aujourd’hui sa « haute représentante » à titre
officiel. Au centre des nouvelles découvertes policières
françaises, réalisées par l’Office central de lutte contre la corruption en marge d’une enquête sur le « parrain des parrains » Michel Tomi, se trouve le
géant Sinohydro, l’une des plus grandes entreprises chinoises, spécialisée dans la construction de barrages
(mais pas seulement). En une dizaine d’années, Sinohydro a décroché de nombreux contrats d’ampleur
au Gabon et au Cameroun. Et chaque fois, un Bongo ou un Ping a touché sa part par l’intermédiaire d’une
société offshore hongkongaise.
Confrontés à ces documents, découverts pour la plupart lors d’une perquisition à son cabinet parisien, Me François Meyer, avocat historique du clan Bongo, a offert pendant sa garde à vue, en juillet 2014,
une inestimable leçon de choses aux enquêteurs sur l’affairisme politique gabonais. D’après les informations livrées sur PV par Me Meyer,
Pascaline Bongo, du temps où elle travaillait au service de son père Omar mais aussi après, sous le règne de son frère Ali, a ainsi touché plus de 10 millions de dollars de commissions sur deux marchés d’État
gabonais “remportés” par Sinohydro. Le premier porte sur la construction d’une route dans l’est du pays entre
les villes d’Akieni et Okondja (environ 2,5 millions de dollars de commissions). Le second concerne la construction du barrage dit de Grand Poubara, grand projet de 200 millions de dollars porté par Sinohydro près de Franceville (environ 8 millions de dollars de
commissions).
Les virements transitaient pour chaque opération par
la société Sift Hong Kong Limited et son compte ouvert à la banque HSBC, dont l’ayant droit. SOURCE DIRECT INFO




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES