Présidentielle gabonaise : Les dessous d’une guerre entre deux clans familiaux

Des documents découverts par la police et le témoignage sur procès-verbal d’un avocat parisien prouvent que des proches des deux principaux
candidats à la présidentielle – le chef de l’État Ali Bongo et l’outsider Jean Ping – ont perçu ces dernières
années des millions de dollars de commissions occultes, versées en Chine, sur plusieurs marchés
étatiques gabonais. Au cœur de ces affaires, figure un homme , Me François Meyer qui est aussi l’avocat du Sénégal. Quel rôle l’avocat Français a-t-il joué dans ces dossiers carabinés ? Direct Info qui a parcouru un document du site Mediapart, tente de percer les dessous de la guerre de succession entre Aly Bongo et Jean Ping qui laisse transparaître en filigrane une affaire de millions de dollars perçus en commissions sur des marchés octroyés à l’entreprise chinoise Synohydro.

C’est un tout petit monde qui se déchire, mais il est couvert du même or. L’élection présidentielle gabonaise, dont l’unique tour s’est le 27 août 2016 qui a consacré la victoire de Ali Bongo qui rempile. La campagne qui a précédé le vote, a offert un spectacle
paradoxal. D’un côté, les deux principaux candidats,
le président en exercice Ali Bongo et l’ancien ministre Jean Ping, s’invectivent publiquement à
grand renfort de formules assassines. De l’autre, invisibles, les dessous d’une guerre entre deux clans
familiaux qui ont longtemps dansé autour d’un magot
commun, l’argent des grands contrats de l’État. Avec, au passage, une victime, toujours la même : les
citoyens du Gabon, petit pays de moins de 2 millions d’habitants, riche en pétrole et, de ce fait, bastion
historique de la Françafrique.
Des documents découverts il y a deux ans par la police anticorruption française, que Mediapart a pu
consulter, ainsi que le témoignage sur procès-verbal d’un avocat historique du clan Bongo sont aujourd’hui
de nature à faire tomber les masques. Ils montrent que des membres des deux familles Ping et Bongo,
qui ne font d’ailleurs qu’une à certains égards, ont perçu ces dernières années d’importantes commissions
occultes sur plusieurs marchés étatiques décrochés par
une multinationale chinoise. Les commissions perçues se chiffrent à plusieurs dizaines de millions de dollars, d’après les informations à la disposition de la police.
Pour comprendre les enjeux cachés de la campagne gabonaise, qui sont parfois moins politiques que
claniques, il faut imaginer la rencontre des Borgia et de House of Cards. Ali Bongo, président du Gabon
depuis 2009, est le fils et successeur d’Omar, autocrate
qui a régné à partir de 1967 durant quatre décennies sur le pays, avec le soutien indéfectible de la France
et de ses meilleures barbouzes. Jean Ping, lui, fut le ministre durant vingt ans d’Omar Bongo, de 1990 à
2008, date à laquelle il est parti prendre les rênes de l’Union africaine. Pascaline Bongo, la fille d’Omar,
dont elle a été la toute-puissante directrice de cabinet, fut aussi pendant longtemps la compagne de Jean Ping,
avec qui elle a eu deux enfants (Nesta et Chritopher) , elle a également pris sous son aile protectrice un
premier fils Ping, Franck. Réputée en froid avec son frère président, Pascaline Bongo n’en demeure pas
moins aujourd’hui sa « haute représentante » à titre
officiel. Au centre des nouvelles découvertes policières
françaises, réalisées par l’Office central de lutte contre la corruption en marge d’une enquête sur le « parrain des parrains » Michel Tomi, se trouve le
géant Sinohydro, l’une des plus grandes entreprises chinoises, spécialisée dans la construction de barrages
(mais pas seulement). En une dizaine d’années, Sinohydro a décroché de nombreux contrats d’ampleur
au Gabon et au Cameroun. Et chaque fois, un Bongo ou un Ping a touché sa part par l’intermédiaire d’une
société offshore hongkongaise.
Confrontés à ces documents, découverts pour la plupart lors d’une perquisition à son cabinet parisien, Me François Meyer, avocat historique du clan Bongo, a offert pendant sa garde à vue, en juillet 2014,
une inestimable leçon de choses aux enquêteurs sur l’affairisme politique gabonais. D’après les informations livrées sur PV par Me Meyer,
Pascaline Bongo, du temps où elle travaillait au service de son père Omar mais aussi après, sous le règne de son frère Ali, a ainsi touché plus de 10 millions de dollars de commissions sur deux marchés d’État
gabonais “remportés” par Sinohydro. Le premier porte sur la construction d’une route dans l’est du pays entre
les villes d’Akieni et Okondja (environ 2,5 millions de dollars de commissions). Le second concerne la construction du barrage dit de Grand Poubara, grand projet de 200 millions de dollars porté par Sinohydro près de Franceville (environ 8 millions de dollars de
commissions).
Les virements transitaient pour chaque opération par
la société Sift Hong Kong Limited et son compte ouvert à la banque HSBC, dont l’ayant droit. SOURCE DIRECT INFO




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES