Présidentielle en Guinée : la Céni confirme la victoire d’Alpha Condé

Le président Alpha Condé est officiellement vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour. Un résultat déjà connu, mais que la Commission électorale nationale indépendante a officialisé samedi soir. Ces résultats provisoires, qui doivent encore être confirmés par la Cour constitutionnelle, sont clairs : Alpha Condé obtient 57,85 % des suffrages, soit la majorité absolue. Il rempile pour cinq ans. La cérémonie de la Céni s’est tenue au palais du Peuple de Conakry, sans l’opposition qui rejette l’issue du scrutin. Retour sur la longue soirée de Conakry.

Quelques heures avant la cérémonie de proclamation des résultats provisoires, Conakry tourne au ralenti. Les rues de la capitale de Guinée sont désertes, les boutiques sont fermées. Tous les yeux sont rivés vers le palais du Peuple, où l’assistance écoute de la musique et la télévision nationale en attendant l’arrivée du maître de cérémonie, Bakary Fofana, président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Le moment est historique, fait remarquer le présentateur à la télévision. Et l’arrivée de Bakary Fofana est mouvementée, car les militaires sont nombreux. Devant un parterre de diplomates, d’observateurs et de membres du gouvernement, il tente dans un premier temps de calmer la presse, elle aussi représentée massivement : « S’il vous plaît, messieurs les journalistes, si vous barrez la vue aux autres, je ne pense pas qu’on va cohabiter facilement ! »

Le président de la Céni entame alors un discours de 15 minutes, dans lequel il dédouane son institution de toute faute durant le processus électoral. Avant de faire l’annonce que tout le monde connait déjà, mais que tout le monde attend : « Citoyennes et citoyens de Guinée, ont obtenu, professeur Alpha Condé : 2 285 827 soit 57,85 %. Cellou Dalein Diallo : 1 243 362 soit 31,44 % », détaille Bakary Fofana.

Et de préciser : « Conformément à l’article 32 de la Constitution qui stipule : " Est élu le candidat qui a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés ", en attendant la proclamation définitive de ces résultats par la Cour constitutionnelle, la Céni proclame le professeur Alpha Condé élu dès le premier tour de l’élection présidentielle du 11 octobre 2015. Que le Bon Dieu répande sa miséricorde sur la Guinée. Je vous remercie. »

Applaudissements nourris d’une salle où aucune personnalité de l’opposition n’est cependant présente. Celou Dalein Diallo, leader de l’UFDG, conteste la validité de l’élection et s’est retiré du processus électoral. Un peu plus tôt dans la journée, il a appelé ses militants au calme, sans pour autant exclure d’organiser des manifestations. Les candidats perdants à la présidence ont huit jours pour déposer des recours devant la Cour constitutionnelle, chargée de proclamer les résultats officiels du scrutin. Mais M. Diallo a pour l’instant rejeté cette idée.

Absence de l’opposition

S’il n’y a pas de recours, la Cour constitutionnelle pourra officialiser la réélection d’Alpha Condé. Mais au sein de l’opposition, tous n’ont pas prévu de rejeter de faire appel à la cour suprême. Papa Koly Kourouma, par exemple, prévoit de passer par cette voie légale plutôt que d’appeler à des manifestations. « Nous sommes dans le processus, nous avons des griefs et nous allons les porter au niveau de la Cour constitutionnelle et nous allons attendre sa réponse. Il lui appartiendra de nous donner raison ou de nous donner tort. C’est ça, la justice », confie-t-il.

Parmi les autres absents de la cérémonie de samedi soir, il y a aussi le candidat de l’UFR, Sidya Touré, qui s’est également retiré du processus électoral et ne se dit pas étonné du tout par les annonces de la Céni, qu’il avait anticipées : « Cela est conforme à notre conférence de presse du lundi 12 (lendemain du scrutin, NDLR), pendant laquelle nous avons annoncé que les résultats qui se préparaient, nous n’allions pas les reconnaître », martèle-t-il.

il rappelle les raisons de son boycott du scrutin : « Depuis le départ, nous nous sommes tout simplement retirés du processus de centralisation des votes puisque les résultats qui arrivaient n’étaient pas conformes à la réalité des votes dans les bureaux dont on avait les résultats. Quelle que soit notre préparation, il était impossible de contrer cette fraude qui a été mise en place avec une ampleur jamais égalée dans ce pays. »

Une position que critique Albert Damatang Camara, porte-parole du gouvernement. S’il se dit bien évidemment satisfait des résultats de la Céni, il regrette la posture de l’opposition : « Nous pensions que d’une manière loyale - je ne veux pas dire fairplay mais c’est presque ça -, on serait allés jusqu’au bout, tous ensemble, de ce processus que nous avons commencé ensemble et pour lequel nous avons fait beaucoup de concessions pour permettre à l’opposition de continuer à être présente, de participer », avance-t-il.

M. Camara estime que la décision de l’opposition ne sert pas la démocratie guinéenne : « Au dernier moment, ils ont décidé de se retirer justement pour décrédibiliser ce scrutin. Les institutions que nous avons sont les nôtres, il aurait été élégant et républicain de continuer à aller jusqu’au bout de cette logique et d’utiliser les autres voies de recours dont nous disposons. Nous souhaitons que l’opposition ne mette pas en œuvre sa menace de faire descendre des gens dans la rue. Ce serait rendre un bien mauvais service à notre démocratie. »

Conakry est calme

Présent dans l’assistance en soirée, Mathieu Mérino, chef adjoint de la mission d’observation de l’Union européenne, réagit au déroulé du fragile processus électoral en cours : « On avait fait des recommandations très fortes pour la mise en place d’une institution républicaine comme la Cour constitutionnelle en 2010 et 2013. Aujourd’hui, elle existe. Ne préjugeons pas de son travail. »

Son message : privilégier la voie légale, la Cour constitutionnelle, à la rue et au rejet du processus électoral : « Nous serons très heureux de suivre les travaux (de la Cour), on espère qu’ils seront le plus public possible à tous niveaux. Simplement, je dirais une chose : on invite tout le monde à contester les résultats, s’ils doivent le faire, par les voies légales. Aujourd’hui, il existe la Cour constitutionnelle, autant en profiter. »

MICRO-TROTTOIR
Alpha Condé réélu : dans la rue, les Guinéens lancent des messages pour l’avenir
18/10/2015 - par RFI Écouter
Pour l’heure, Conakry est calme. Dans les rues de Mafanco, ce samedi soir, de nombreuses forces de sécurité - gendarmes ou policiers - patrouillaient dans le quartier. Peu après l’annonce des résultats : quelques coups de klaxons, et quelques militants scandant les slogans de campagne du gagnant. Les effusions de joie sont modérées, car l’on s’attendait à la réélection d’Alpha Condé.

C’est ce qu’explique un homme à RFI : « Les gens écoutaient les résultats à la radio, on savait que compte tenu des résultats, le président Alpha était devant. » « Bien sûr, surenchérit un autre homme, on savait déjà qu’Alpha Condé serait réélu. Les gens ont su la victoire 24 heures avant. L’effet de surprise a moins joué son rôle. Mais cela n’empêche que les gens sont contents. »

Un peu plus loin, casquettes jaunes du RPG vissées sur la tête, on célèbre même un mariage : « Nous sommes en train de faire le thé avec les amis et la vie continue ! » Les manifestations préélectorales de la semaine dernière, qui se sont déroulées dans le quartier voisin, ont laissé quelques traces, ajoute un quatrième Guinéen croisé en ville : « La programmation des résultats a été un " ouf " de soulagement pour nous, parce que cela s’est passé dans de très bonnes conditions. C’est calme, et c’est bon comme ça. C’est vraiment bien comme ça. » RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES