Présidentielle en Guinée : la Céni confirme la victoire d’Alpha Condé

Le président Alpha Condé est officiellement vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour. Un résultat déjà connu, mais que la Commission électorale nationale indépendante a officialisé samedi soir. Ces résultats provisoires, qui doivent encore être confirmés par la Cour constitutionnelle, sont clairs : Alpha Condé obtient 57,85 % des suffrages, soit la majorité absolue. Il rempile pour cinq ans. La cérémonie de la Céni s’est tenue au palais du Peuple de Conakry, sans l’opposition qui rejette l’issue du scrutin. Retour sur la longue soirée de Conakry.

Quelques heures avant la cérémonie de proclamation des résultats provisoires, Conakry tourne au ralenti. Les rues de la capitale de Guinée sont désertes, les boutiques sont fermées. Tous les yeux sont rivés vers le palais du Peuple, où l’assistance écoute de la musique et la télévision nationale en attendant l’arrivée du maître de cérémonie, Bakary Fofana, président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Le moment est historique, fait remarquer le présentateur à la télévision. Et l’arrivée de Bakary Fofana est mouvementée, car les militaires sont nombreux. Devant un parterre de diplomates, d’observateurs et de membres du gouvernement, il tente dans un premier temps de calmer la presse, elle aussi représentée massivement : « S’il vous plaît, messieurs les journalistes, si vous barrez la vue aux autres, je ne pense pas qu’on va cohabiter facilement ! »

Le président de la Céni entame alors un discours de 15 minutes, dans lequel il dédouane son institution de toute faute durant le processus électoral. Avant de faire l’annonce que tout le monde connait déjà, mais que tout le monde attend : « Citoyennes et citoyens de Guinée, ont obtenu, professeur Alpha Condé : 2 285 827 soit 57,85 %. Cellou Dalein Diallo : 1 243 362 soit 31,44 % », détaille Bakary Fofana.

Et de préciser : « Conformément à l’article 32 de la Constitution qui stipule : " Est élu le candidat qui a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés ", en attendant la proclamation définitive de ces résultats par la Cour constitutionnelle, la Céni proclame le professeur Alpha Condé élu dès le premier tour de l’élection présidentielle du 11 octobre 2015. Que le Bon Dieu répande sa miséricorde sur la Guinée. Je vous remercie. »

Applaudissements nourris d’une salle où aucune personnalité de l’opposition n’est cependant présente. Celou Dalein Diallo, leader de l’UFDG, conteste la validité de l’élection et s’est retiré du processus électoral. Un peu plus tôt dans la journée, il a appelé ses militants au calme, sans pour autant exclure d’organiser des manifestations. Les candidats perdants à la présidence ont huit jours pour déposer des recours devant la Cour constitutionnelle, chargée de proclamer les résultats officiels du scrutin. Mais M. Diallo a pour l’instant rejeté cette idée.

Absence de l’opposition

S’il n’y a pas de recours, la Cour constitutionnelle pourra officialiser la réélection d’Alpha Condé. Mais au sein de l’opposition, tous n’ont pas prévu de rejeter de faire appel à la cour suprême. Papa Koly Kourouma, par exemple, prévoit de passer par cette voie légale plutôt que d’appeler à des manifestations. « Nous sommes dans le processus, nous avons des griefs et nous allons les porter au niveau de la Cour constitutionnelle et nous allons attendre sa réponse. Il lui appartiendra de nous donner raison ou de nous donner tort. C’est ça, la justice », confie-t-il.

Parmi les autres absents de la cérémonie de samedi soir, il y a aussi le candidat de l’UFR, Sidya Touré, qui s’est également retiré du processus électoral et ne se dit pas étonné du tout par les annonces de la Céni, qu’il avait anticipées : « Cela est conforme à notre conférence de presse du lundi 12 (lendemain du scrutin, NDLR), pendant laquelle nous avons annoncé que les résultats qui se préparaient, nous n’allions pas les reconnaître », martèle-t-il.

il rappelle les raisons de son boycott du scrutin : « Depuis le départ, nous nous sommes tout simplement retirés du processus de centralisation des votes puisque les résultats qui arrivaient n’étaient pas conformes à la réalité des votes dans les bureaux dont on avait les résultats. Quelle que soit notre préparation, il était impossible de contrer cette fraude qui a été mise en place avec une ampleur jamais égalée dans ce pays. »

Une position que critique Albert Damatang Camara, porte-parole du gouvernement. S’il se dit bien évidemment satisfait des résultats de la Céni, il regrette la posture de l’opposition : « Nous pensions que d’une manière loyale - je ne veux pas dire fairplay mais c’est presque ça -, on serait allés jusqu’au bout, tous ensemble, de ce processus que nous avons commencé ensemble et pour lequel nous avons fait beaucoup de concessions pour permettre à l’opposition de continuer à être présente, de participer », avance-t-il.

M. Camara estime que la décision de l’opposition ne sert pas la démocratie guinéenne : « Au dernier moment, ils ont décidé de se retirer justement pour décrédibiliser ce scrutin. Les institutions que nous avons sont les nôtres, il aurait été élégant et républicain de continuer à aller jusqu’au bout de cette logique et d’utiliser les autres voies de recours dont nous disposons. Nous souhaitons que l’opposition ne mette pas en œuvre sa menace de faire descendre des gens dans la rue. Ce serait rendre un bien mauvais service à notre démocratie. »

Conakry est calme

Présent dans l’assistance en soirée, Mathieu Mérino, chef adjoint de la mission d’observation de l’Union européenne, réagit au déroulé du fragile processus électoral en cours : « On avait fait des recommandations très fortes pour la mise en place d’une institution républicaine comme la Cour constitutionnelle en 2010 et 2013. Aujourd’hui, elle existe. Ne préjugeons pas de son travail. »

Son message : privilégier la voie légale, la Cour constitutionnelle, à la rue et au rejet du processus électoral : « Nous serons très heureux de suivre les travaux (de la Cour), on espère qu’ils seront le plus public possible à tous niveaux. Simplement, je dirais une chose : on invite tout le monde à contester les résultats, s’ils doivent le faire, par les voies légales. Aujourd’hui, il existe la Cour constitutionnelle, autant en profiter. »

MICRO-TROTTOIR
Alpha Condé réélu : dans la rue, les Guinéens lancent des messages pour l’avenir
18/10/2015 - par RFI Écouter
Pour l’heure, Conakry est calme. Dans les rues de Mafanco, ce samedi soir, de nombreuses forces de sécurité - gendarmes ou policiers - patrouillaient dans le quartier. Peu après l’annonce des résultats : quelques coups de klaxons, et quelques militants scandant les slogans de campagne du gagnant. Les effusions de joie sont modérées, car l’on s’attendait à la réélection d’Alpha Condé.

C’est ce qu’explique un homme à RFI : « Les gens écoutaient les résultats à la radio, on savait que compte tenu des résultats, le président Alpha était devant. » « Bien sûr, surenchérit un autre homme, on savait déjà qu’Alpha Condé serait réélu. Les gens ont su la victoire 24 heures avant. L’effet de surprise a moins joué son rôle. Mais cela n’empêche que les gens sont contents. »

Un peu plus loin, casquettes jaunes du RPG vissées sur la tête, on célèbre même un mariage : « Nous sommes en train de faire le thé avec les amis et la vie continue ! » Les manifestations préélectorales de la semaine dernière, qui se sont déroulées dans le quartier voisin, ont laissé quelques traces, ajoute un quatrième Guinéen croisé en ville : « La programmation des résultats a été un " ouf " de soulagement pour nous, parce que cela s’est passé dans de très bonnes conditions. C’est calme, et c’est bon comme ça. C’est vraiment bien comme ça. » RFI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES