Présidentielle burkinabé : une continuité dans la révolution ? (Par Adama SADIO ADO)

La présidentielle du dimanche 28 novembre 2015 au pays des Hommes intègres est la première depuis presque 30 ans sans le président Blaise Compaoré. Farouchement opposée à la volonté de ce dernier de tripatouiller l’article 37 de la Constitution, une mobilisation populaire inédite a réussi à le déboulonner le 30 octobre 2014 et à faire échouer la tentative de putsch du Général Diendéré un an plus tard. Le « 1er coup KO » de Roch Marc Kaboré (53,49%) est très riche en enseignements après deux « révolutions » où le sacrifice suprême n’était pas de trop pour des filles et fils du Burkina Faso pour « re »mettre, enfin, leur pays sur les rails de la démocratie.
Le système compaoré était incarné par des femmes et des hommes qui ont accompagné l’ancien homme fort du Faso au cours de sa gestion du pouvoir. Parmi ces derniers, Roch Marc Kaboré a pratiquement traversé avec lui tout son parcours présidentiel. En effet, sur les 27 ans de présidence sans partage de Blaise Compaoré, le Président nouvellement élu a été au cœur du dispositif compaoré aussi bien dans l’appareil d’Etat qu’à celui du CDP, l’ancien parti présidentiel. Nommé à l’âge de 27 ans directeur général de la Banque internationale du Burkina par le capitaine Thomas Sankara en 1984, le jeune Roch Marc Kaboré survit au régime sankariste.
Rentré dans le Gouvernement en 1989 suite à sa nomination au poste de ministre des Transports et de la Communication par Blaise Compaoré, Roch Marc Kaboré occupa d’importants postes. De ses fonctions étatiques, on peut citer sa nomination à la Primature (1994-1996), son élection à la vice présidence de l’Assemblée Nationale (1997-2002) et à sa présidence (2002-2007) suite à la démission de son prédécesseur Mélégué Maurice Traoré. Et au niveau du CDP, Roch Marc Kaboré fût successivement le Secrétaire exécutif (1999-2003) et le Président (2003-2012) du parti. Ce n’est qu’en 2011 que Roch Marc Kaboré commence à manifester publiquement son désaccord par rapport à l’orientation politique du parti qu’il préside et se garde de briguer à nouveau sa présidence en 2012. Il quitte le navire CDP en janvier 2014 en compagnie de deux autres membres du cercle restreint de Blaise Compaoré en l’occurrence Salif Diallo, le stratège du Président, et Simon Compaoré pour créer le MPP.
Au regard de ses fonctions étatiques et politiques hyper importantes dans le système compaoré, le Président nouvellement élu ne peut se targuer d’une virginité dans la responsabilité dans les actifs et passifs de l’ancien régime. Rappelons que Roch Marc Kaboré avait bel et bien soutenu le projet de tripatouillage constitutionnel de Blaise Compaoré avant de rejoindre la dynamique contestataire en février 2014, autrement-dit juste à 8 mois de la chute de l’ancien Président. Pourtant, l’esprit « officiel » de la modification du Code électoral en avril 2015 était d’écarter de la présidentielle et des législatives les candidats déclarés et partis politiques ayant soutenu le projet de Blaise Compaoré.
L’analyse des résultats de la présidentielle nous révèle l’esprit « officieux » et « machiavélique » de la révision du Code électoral par les autorités de la transition. Cette jurisprudence très liberticide n’était, en réalité, motivée que par le souci d’acteurs politiques d’évincer, sous le paravent du combat citoyen, des adversaires politiques susceptibles de bénéficier d’un puissant appareil électoral, le CDP. Les résultats font connaitre que les candidats de l’opposition classique et ceux de la société civile ont certes une réelle capacité de nuisance, mais leur force électorale est de très loin en dessous. Zéphirin Diabré, candidat de l’UPC et chef de file de l’opposition contre Blaise Compaoré, enregistre 29,65% des électeurs et aucun des autres candidats n’a dépassé 5% des voix. Il serait très difficile de démontrer que le Président nouvellement élu ne s’est-il pas appuyé sur sa famille politique naturelle, le CDP. Il serait très difficile à prouver que ses anciens camarades du CDP ne se sont-ils pas sentis plus à l’aise dans le discours de l’ancien Président de leur parti qu’à ceux de leurs adversaires classiques. Si le Général Diendéré a voulu passer par la fenêtre, Roch Marc Kaboré a, lui, emprunté la voie royale. En démocratie, le pouvoir se conquiert par les urnes. Une victoire de la démocratie et du vaillant peuple burkinabé.

Adama SADIO ADO
Chercheur en Sciences Politiques et en Sociologie
adosadio@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES