Présidentielle burkinabé : une continuité dans la révolution ? (Par Adama SADIO ADO)

La présidentielle du dimanche 28 novembre 2015 au pays des Hommes intègres est la première depuis presque 30 ans sans le président Blaise Compaoré. Farouchement opposée à la volonté de ce dernier de tripatouiller l’article 37 de la Constitution, une mobilisation populaire inédite a réussi à le déboulonner le 30 octobre 2014 et à faire échouer la tentative de putsch du Général Diendéré un an plus tard. Le « 1er coup KO » de Roch Marc Kaboré (53,49%) est très riche en enseignements après deux « révolutions » où le sacrifice suprême n’était pas de trop pour des filles et fils du Burkina Faso pour « re »mettre, enfin, leur pays sur les rails de la démocratie.
Le système compaoré était incarné par des femmes et des hommes qui ont accompagné l’ancien homme fort du Faso au cours de sa gestion du pouvoir. Parmi ces derniers, Roch Marc Kaboré a pratiquement traversé avec lui tout son parcours présidentiel. En effet, sur les 27 ans de présidence sans partage de Blaise Compaoré, le Président nouvellement élu a été au cœur du dispositif compaoré aussi bien dans l’appareil d’Etat qu’à celui du CDP, l’ancien parti présidentiel. Nommé à l’âge de 27 ans directeur général de la Banque internationale du Burkina par le capitaine Thomas Sankara en 1984, le jeune Roch Marc Kaboré survit au régime sankariste.
Rentré dans le Gouvernement en 1989 suite à sa nomination au poste de ministre des Transports et de la Communication par Blaise Compaoré, Roch Marc Kaboré occupa d’importants postes. De ses fonctions étatiques, on peut citer sa nomination à la Primature (1994-1996), son élection à la vice présidence de l’Assemblée Nationale (1997-2002) et à sa présidence (2002-2007) suite à la démission de son prédécesseur Mélégué Maurice Traoré. Et au niveau du CDP, Roch Marc Kaboré fût successivement le Secrétaire exécutif (1999-2003) et le Président (2003-2012) du parti. Ce n’est qu’en 2011 que Roch Marc Kaboré commence à manifester publiquement son désaccord par rapport à l’orientation politique du parti qu’il préside et se garde de briguer à nouveau sa présidence en 2012. Il quitte le navire CDP en janvier 2014 en compagnie de deux autres membres du cercle restreint de Blaise Compaoré en l’occurrence Salif Diallo, le stratège du Président, et Simon Compaoré pour créer le MPP.
Au regard de ses fonctions étatiques et politiques hyper importantes dans le système compaoré, le Président nouvellement élu ne peut se targuer d’une virginité dans la responsabilité dans les actifs et passifs de l’ancien régime. Rappelons que Roch Marc Kaboré avait bel et bien soutenu le projet de tripatouillage constitutionnel de Blaise Compaoré avant de rejoindre la dynamique contestataire en février 2014, autrement-dit juste à 8 mois de la chute de l’ancien Président. Pourtant, l’esprit « officiel » de la modification du Code électoral en avril 2015 était d’écarter de la présidentielle et des législatives les candidats déclarés et partis politiques ayant soutenu le projet de Blaise Compaoré.
L’analyse des résultats de la présidentielle nous révèle l’esprit « officieux » et « machiavélique » de la révision du Code électoral par les autorités de la transition. Cette jurisprudence très liberticide n’était, en réalité, motivée que par le souci d’acteurs politiques d’évincer, sous le paravent du combat citoyen, des adversaires politiques susceptibles de bénéficier d’un puissant appareil électoral, le CDP. Les résultats font connaitre que les candidats de l’opposition classique et ceux de la société civile ont certes une réelle capacité de nuisance, mais leur force électorale est de très loin en dessous. Zéphirin Diabré, candidat de l’UPC et chef de file de l’opposition contre Blaise Compaoré, enregistre 29,65% des électeurs et aucun des autres candidats n’a dépassé 5% des voix. Il serait très difficile de démontrer que le Président nouvellement élu ne s’est-il pas appuyé sur sa famille politique naturelle, le CDP. Il serait très difficile à prouver que ses anciens camarades du CDP ne se sont-ils pas sentis plus à l’aise dans le discours de l’ancien Président de leur parti qu’à ceux de leurs adversaires classiques. Si le Général Diendéré a voulu passer par la fenêtre, Roch Marc Kaboré a, lui, emprunté la voie royale. En démocratie, le pouvoir se conquiert par les urnes. Une victoire de la démocratie et du vaillant peuple burkinabé.

Adama SADIO ADO
Chercheur en Sciences Politiques et en Sociologie
adosadio@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES