Présidentielle au Niger : Mahamadou Issoufou, l’heure des comptes

À quatre mois de la présidentielle, le chef de l’État défend son bilan… contesté par les leaders de l’opposition. Mais c’est sur le terrain social que les uns et les autres vont devoir convaincre et muscler leurs programmes.

Comment gérer un pays dont le taux de natalité – 7,6 enfants par femme – est le plus élevé au monde et « mange » tous les ans quatre points de croissance ? Comment défendre un bon bilan économique quand l’uranium et le pétrole, deux des principales sources de revenus du pays, sont frappés par une baisse historique de leurs cours sur le marché mondial ? Ce sont deux des défis que tente de relever le chef de l’État nigérien, Mahamadou Issoufou, quelques mois avant la présidentielle, dont le premier tour est fixé au 21 février 2016.

Dans l’opposition, l’ancien président Mahamane Ousmane assène : « J’ai beau chercher, me montrer indulgent, je ne vois rien de positif. » Tandis que l’ex-Premier ministre Hama Amadou, qui vit en exil en France depuis plus d’un an, dénonce « la corruption généralisée » et « la gestion sectaire » du pays. « Si vous n’êtes pas du parti au pouvoir, vous n’avez aucun droit, dit-il. Le Niger est une poudrière sociale. » Réplique du président sortant : « C’est l’inverse de la réalité ! Lorsque je suis arrivé aux affaires, le Niger était 134e du classement de Transparency International. Nous avons gagné 31 places depuis. Et nous allons continuer. Mon objectif, c’est la corruption zéro. »

Areva et la construction d’infrastuctures, deux points positifs du bilan d’Issoufou

Pour Mahamadou Issoufou, l’une des étapes les plus importantes de son quinquennat a été ce jour de mai 2014 où son gouvernement a signé un nouvel accord avec Areva sur l’uranium. Depuis la catastrophe de Fukushima, au Japon, et la chute des cours de la précieuse poudre jaune, le groupe nucléaire français songeait à se désengager du Niger au profit du Canada et du Kazakhstan. Fort de sa vielle camaraderie socialiste avec son homologue français François Hollande, le chef de l’État nigérien, qui a été ingénieur des Mines dans une « autre vie », s’est alors appuyé sur l’Élysée pour tordre le bras à Areva.

Résultat : le groupe français reste à Arlit, au Nord-Niger, et accepte enfin de se soumettre – à certaines conditions, il est vrai – aux dispositions fiscales du code minier de 2006. Un sérieux bémol tout de même : la mise en exploitation du site géant d’Imouraren est renvoyée aux calendes grecques.

Autre aspect de son bilan que le président nigérien aime à défendre : la réalisation de nouvelles infrastructures. « J’ai un programme, je le mets en œuvre. Ceux qui me critiquent aujourd’hui n’en ont aucun, lance-t-il. J’ai promis aux Nigériens de faire des routes, le chemin de fer… Ils sont en cours », martelait-il dans une interview à Jeune Afrique il y a quelques semaines.

Pouvoir et l’opposition sont d’accord sur la nécessité de construire une voie ferrée Niger-Bénin, mais pas sur le bout par lequel commencer…
Commentaire acerbe de l’opposant Hama Amadou : « J’aurais compris que le tronçon entre Parakou [au Bénin] et Niamey soit construit en priorité parce que ça rapprochait les marchandises transportées depuis le port de Cotonou. Mais le tronçon entre l’aéroport de Niamey et Dosso, ce n’est pas un train, c’est une mystification, une duperie. » En fait, le pouvoir et l’opposition sont d’accord sur la nécessité de construire une voie ferrée Niger-Bénin, mais pas sur le bout par lequel commencer…

Issoufou dictateur vs Issoufou démocrate ?

Y a-t-il un paradoxe Mahamadou Issoufou ? Un décalage entre son image à l’étranger – celle d’un vrai démocrate et d’un rempart contre les jihadistes – et son image à l’intérieur du pays ? C’est ce que veut croire l’opposition. Ainsi Hama Amadou, qui est poursuivi depuis un an par la justice nigérienne dans une sombre affaire de trafic de bébés nés au Nigeria, tente-t-il de mobiliser l’opinion en se posant comme la victime d’un complot ourdi par le « dictateur » Issoufou. Auprès de ses partisans, le calcul est payant. La preuve : le 13 septembre, à Zinder, il y avait foule au congrès du Mouvement démocratique nigérien pour une fédération africaine (Moden-Lumana), lorsque, malgré son absence du pays, « Hama » a été investi par son parti pour la prochaine élection.

Mais sur le terrain de la mobilisation populaire, le socialiste Mahamadou Issoufou n’est pas en reste. Le 17 février, son Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya) a fait descendre dans la rue des milliers de manifestants contre Boko Haram. Dans les prochaines semaines, le parti au pouvoir prépare une nouvelle démonstration de force pour lancer la campagne de son champion.

Depuis quatre ans, le président sortant laboure le terrain social. Il affirme avoir créé de nombreuses écoles à travers le pays et avoir pu financer la formation de 3 000 enseignants par an, afin que les jeunes, en particulier les filles, puissent étudier jusqu’à l’âge de 16 ans. Cet effort sera-t-il suffisant pour lutter contre les mariages précoces et faire tomber le taux de natalité ? Mahamadou Issoufou, Mahamane Ousmane, Seini Oumarou, Hama Amadou… En cette fin d’année 2015, tous savent que la question sociale – l’emploi, l’école, la santé – sera la clé de la présidentielle de 2016. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES