Présidentielle au Gabon : Ali Bongo Ondimba défend son bilan

Face au Parlement réuni en Congrès mardi 28 juin, Ali Bongo Ondimba, candidat à un deuxième mandat, a passé en revue son septennat à moins de deux mois de l’élection présidentielle gabonaise du 27 août.

Quatre ans après avoir présenté son plan « Gabon émergent » au Parlement, Ali Bongo Ondimba était de retour face aux députés et sénateurs mardi 28 juin. Dans un contexte cette fois bien différent : candidat à sa succession, il s’est livré au périlleux exercice du bilan.

Une économie sortie « de la léthargie »

Infrastructures, construction de ponts ou de routes et accès à l’électricité : le chef de l’État a égrainé les chiffres, axant son discours sur l’économie gabonaise, minée par l’effondrement des cours du pétrole. « Grâce aux réformes que nous avons engagées et à un effort d’investissement sans précédent, nous sommes petit-à-petit sortis de la léthargie », s’est-il félicité, misant sur le secteur hors pétrole, dont le bois, l’agriculture et le manganèse, pour tirer une croissance qui devrait être « modérée » en 2016, selon les prévisions de la Banque mondiale et du FMI.

À LIRE AUSSI :Gabon : après le pétrole, le retour à la terre
Un état des lieux que le président a sans surprise dépeint sous un jour positif, admettant toutefois éprouver quelques frustrations, notamment au sujet du logement. « Il nous faut travailler davantage », a-t-il souligné.

« Des torrents de haine »

À quelques semaines de l’élection présidentielle, Ali Bongo Ondimba est également revenu sur le climat politique parfois délétère de la campagne électorale, évoquant des « torrents de haine que les uns déversent sur les autres ».

« Comment ne pas être grave quand on voit avec quel acharnement certains ont décidé de transformer le débat politique en une guerre totale, en jouant avec des mots explosifs ? », s’est-il inquiété, dénonçant l’attitude de certains « pyromanes ».

Vers une révision du code électoral ?

Une partie du discours a particulièrement attiré l’attention. À la fin de son allocution, le chef de l’État s’est dit ouvert à une « remise à plat de [l’]architecture institutionnelle ». « Je suis prêt à toutes ces discussions, dans le respect de nos institutions. Je suis prêt à discuter de tout, y compris des mandats politiques », a-t-il déclaré.

Une petite phrase qui fait beaucoup parler. Si certains y voient une possible révision constitutionnelle ou encore une modification du septennat, de tels changements ne devraient pas concerner les sept années à venir. Dans son discours, ABO a en effet évoqué « le septennat qui va s’ouvrir », laissant entendre que des débats sur une éventuelle révision constitutionnelle pourraient avoir lieu après les élections présidentielle et législatives, s’il l’emporte.

En 2003, Omar Bongo Ondimba avait ajouté au septennat une autre réforme constitutionnelle contestée, le scrutin à un tour « pour toutes les élections politiques ». Une modalité électorale toujours dénoncée par l’opposition, dont la dispersion et la multiplication des candidatures pourrait jouer en faveur d’Ali Bongo Ondimba. JEUNE AFRIQUE



AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : La RDC suspend sa coopération militaire avec la Belgique

13/04/2017 par :

Kinshasa a décidé de suspendre sa coopération militaire avec Bruxelles, a déclaré le ministère (...)

logo article

Abidjan accueille la réunion biannuelle de la zone Franc CFA

12/04/2017 par :

Abidjan sera la capitale de la zone Francs CFA ces 13 et 14 avril. La capitale économique (...)

logo article

Gambie : Jammeh, Coumba Gawlo et les milliers de dollars

12/04/2017 par :

Les services de sécurité de la Gambie ont exhumé 27 corps, selon les informations de Oumar (...)

logo article

Famine en Afrique : l’ ONU alerte sur le risque d’un nombre de morts « massif »

12/04/2017 par :

Le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés tire la sonnette d’alarme. Le nombre de morts (...)

logo article

Mali : un nouveau gouvernement de 35 membres formé

12/04/2017 par :

Le nouveau Premier ministre malien Abdoulaye Idrissa Maiga a formé son gouvernent ce mardi, fort (...)

logo article

Zambie : arrestation pour trahison du chef de l’opposition

12/04/2017 par :

Hakainde Hichilema, le chef de l’opposition zambienne, a été arrêté ce mardi 11 avril par la police (...)

logo article

France-Afrique : à l’Élysée, François Hollande soigne son héritage africain

11/04/2017 par :

En moins de deux semaines, du 31 mars au 14 avril, François Hollande a reçu (et va recevoir) (...)

logo article

Côte d’Ivoire : la vice-présidence de Daniel Kablan Duncan, retraite dorée ou tremplin politique ?

10/04/2017 par :

Mi-janvier, Daniel Kablan Duncan quittait la primature pour la vice-présidence, un poste aux (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Simone Gbagbo acquittée de crime contre l’Humanité et de crime de guerre

29/03/2017 par :

Simone Gbagbo, jugée depuis mai 2016 pour des faits de crime contre l’Humanité et de crime de (...)

logo article

Maroc : Saadeddine El Othmani parvient à former sa coalition

26/03/2017 par :

Fin du blocage politique ! Le nouveau chef de gouvernement a annoncé samedi une nouvelle (...)

logo article

CPI : Jean-Pierre Bemba condamné à un an de prison pour subornation de témoins

22/03/2017 par :

L’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, reconnu coupable par la Cour pénale (...)

DEPECHES

12 avril 2017

Un élève de Limamoulaye kidnappé et tué

10 avril 2017

RDC : les manifestations de l’opposition prévues ce lundi interdites par la police

10 avril 2017

Égypte : le président al-Sissi déclare l’état d’urgence pour trois mois après les attentats de l’EI contre des Coptes

28 mars 2017

DERNIERE MINUTE : Le Juge vient d’accorder une liberté provisoire au Maire de la Médina Bamba FALL et Cie

7 mars 2017

AUDITION DE KHALIFA SALL : Le DAF Mbaye Touré finalement placé sous mandat de dépôt

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES