Présidentielle au Gabon : Ali Bongo Ondimba défend son bilan

Face au Parlement réuni en Congrès mardi 28 juin, Ali Bongo Ondimba, candidat à un deuxième mandat, a passé en revue son septennat à moins de deux mois de l’élection présidentielle gabonaise du 27 août.

Quatre ans après avoir présenté son plan « Gabon émergent » au Parlement, Ali Bongo Ondimba était de retour face aux députés et sénateurs mardi 28 juin. Dans un contexte cette fois bien différent : candidat à sa succession, il s’est livré au périlleux exercice du bilan.

Une économie sortie « de la léthargie »

Infrastructures, construction de ponts ou de routes et accès à l’électricité : le chef de l’État a égrainé les chiffres, axant son discours sur l’économie gabonaise, minée par l’effondrement des cours du pétrole. « Grâce aux réformes que nous avons engagées et à un effort d’investissement sans précédent, nous sommes petit-à-petit sortis de la léthargie », s’est-il félicité, misant sur le secteur hors pétrole, dont le bois, l’agriculture et le manganèse, pour tirer une croissance qui devrait être « modérée » en 2016, selon les prévisions de la Banque mondiale et du FMI.

À LIRE AUSSI :Gabon : après le pétrole, le retour à la terre
Un état des lieux que le président a sans surprise dépeint sous un jour positif, admettant toutefois éprouver quelques frustrations, notamment au sujet du logement. « Il nous faut travailler davantage », a-t-il souligné.

« Des torrents de haine »

À quelques semaines de l’élection présidentielle, Ali Bongo Ondimba est également revenu sur le climat politique parfois délétère de la campagne électorale, évoquant des « torrents de haine que les uns déversent sur les autres ».

« Comment ne pas être grave quand on voit avec quel acharnement certains ont décidé de transformer le débat politique en une guerre totale, en jouant avec des mots explosifs ? », s’est-il inquiété, dénonçant l’attitude de certains « pyromanes ».

Vers une révision du code électoral ?

Une partie du discours a particulièrement attiré l’attention. À la fin de son allocution, le chef de l’État s’est dit ouvert à une « remise à plat de [l’]architecture institutionnelle ». « Je suis prêt à toutes ces discussions, dans le respect de nos institutions. Je suis prêt à discuter de tout, y compris des mandats politiques », a-t-il déclaré.

Une petite phrase qui fait beaucoup parler. Si certains y voient une possible révision constitutionnelle ou encore une modification du septennat, de tels changements ne devraient pas concerner les sept années à venir. Dans son discours, ABO a en effet évoqué « le septennat qui va s’ouvrir », laissant entendre que des débats sur une éventuelle révision constitutionnelle pourraient avoir lieu après les élections présidentielle et législatives, s’il l’emporte.

En 2003, Omar Bongo Ondimba avait ajouté au septennat une autre réforme constitutionnelle contestée, le scrutin à un tour « pour toutes les élections politiques ». Une modalité électorale toujours dénoncée par l’opposition, dont la dispersion et la multiplication des candidatures pourrait jouer en faveur d’Ali Bongo Ondimba. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : les forces ouest-africaines suspendent leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation

20/01/2017 par :

Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de (...)

logo article

Mali : Al-Mourabitoune dévoile l’auteur de l’attaque de Gao

19/01/2017 par :

ALAKHBAR (Nouakchott)- Abdel Hadi Al-Foulani de la Katiba Al-Mourabitoune relevant d’Al-Qaïda au (...)

logo article

AFRIQUE : La Gambie suspendue à l’investiture d’Adama Barrow

19/01/2017 par :

La Gambie est suspendue à la cérémonie d’investiture du président élu, Adama Barrow, prévue ce jeudi (...)

logo article

AFRIQUE : Des troupes sénégalaises "prêtes à intervenir" à la frontière gambienne

18/01/2017 par :

Des troupes sénégalaises sont positionnées à la frontière gambienne et se disent prêtes à intervenir (...)

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

DEPECHES

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES