Présidentielle au Gabon : Ali Bongo Ondimba défend son bilan

Face au Parlement réuni en Congrès mardi 28 juin, Ali Bongo Ondimba, candidat à un deuxième mandat, a passé en revue son septennat à moins de deux mois de l’élection présidentielle gabonaise du 27 août.

Quatre ans après avoir présenté son plan « Gabon émergent » au Parlement, Ali Bongo Ondimba était de retour face aux députés et sénateurs mardi 28 juin. Dans un contexte cette fois bien différent : candidat à sa succession, il s’est livré au périlleux exercice du bilan.

Une économie sortie « de la léthargie »

Infrastructures, construction de ponts ou de routes et accès à l’électricité : le chef de l’État a égrainé les chiffres, axant son discours sur l’économie gabonaise, minée par l’effondrement des cours du pétrole. « Grâce aux réformes que nous avons engagées et à un effort d’investissement sans précédent, nous sommes petit-à-petit sortis de la léthargie », s’est-il félicité, misant sur le secteur hors pétrole, dont le bois, l’agriculture et le manganèse, pour tirer une croissance qui devrait être « modérée » en 2016, selon les prévisions de la Banque mondiale et du FMI.

À LIRE AUSSI :Gabon : après le pétrole, le retour à la terre
Un état des lieux que le président a sans surprise dépeint sous un jour positif, admettant toutefois éprouver quelques frustrations, notamment au sujet du logement. « Il nous faut travailler davantage », a-t-il souligné.

« Des torrents de haine »

À quelques semaines de l’élection présidentielle, Ali Bongo Ondimba est également revenu sur le climat politique parfois délétère de la campagne électorale, évoquant des « torrents de haine que les uns déversent sur les autres ».

« Comment ne pas être grave quand on voit avec quel acharnement certains ont décidé de transformer le débat politique en une guerre totale, en jouant avec des mots explosifs ? », s’est-il inquiété, dénonçant l’attitude de certains « pyromanes ».

Vers une révision du code électoral ?

Une partie du discours a particulièrement attiré l’attention. À la fin de son allocution, le chef de l’État s’est dit ouvert à une « remise à plat de [l’]architecture institutionnelle ». « Je suis prêt à toutes ces discussions, dans le respect de nos institutions. Je suis prêt à discuter de tout, y compris des mandats politiques », a-t-il déclaré.

Une petite phrase qui fait beaucoup parler. Si certains y voient une possible révision constitutionnelle ou encore une modification du septennat, de tels changements ne devraient pas concerner les sept années à venir. Dans son discours, ABO a en effet évoqué « le septennat qui va s’ouvrir », laissant entendre que des débats sur une éventuelle révision constitutionnelle pourraient avoir lieu après les élections présidentielle et législatives, s’il l’emporte.

En 2003, Omar Bongo Ondimba avait ajouté au septennat une autre réforme constitutionnelle contestée, le scrutin à un tour « pour toutes les élections politiques ». Une modalité électorale toujours dénoncée par l’opposition, dont la dispersion et la multiplication des candidatures pourrait jouer en faveur d’Ali Bongo Ondimba. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES