Présidentielle au Bénin : ce qu’il faut retenir du débat télévisé entre Lionel Zinsou et Patrice Talon

Les finalistes de la présidentielle au Bénin, Lionel Zinsou et Patrice Talon, se sont opposés jeudi soir lors d’un débat télévisé de deux heures retransmis sur l’ORTB.

Présidentielle au Bénin : Patrice Talon multiplie les ralliements
« Bénin gagnant » contre « Nouveau départ »
Les slogans des candidats, « Bénin gagnant » pour Lionel Zinsou et « Nouveau départ » pour Patrice Talon, et leurs significations ont fait office de fil directeur du débat. D’un côté, un Premier ministre affichant une volonté de s’appuyer sur les acquis « pour aller vers le développement ». « Le Bénin sait gagner mais il y a des réformes à faire », a clamé Zinsou mettant en avant la qualité de la formation médicale de son pays. « Nous manquons de tout, mais nous avons des soignants exceptionnels. Nous devons améliorer leurs conditions », a-t-il dit.

À l’opposé, l’homme d’affaires a dressé un tableau assez noir de la situation. « Rares sont les Béninois qui vont vous dire que le Bénin va bien, a-t-il dit. L’État est défaillant partout. »

Des attaques répétées
À quelques jours du second tour, il fallait s’y attendre. Zinsou et Talon ne se sont pas fait de cadeaux, se lançant de multiples attaques personnelles. Le roi du coton a ouvert le bal dès la première question des modérateurs. « Vous ne connaissez pas le Bénin », a-t-il lancé à maintes reprises. Il a aussi accusé le Premier ministre « d’avoir le syndrome du gouverneur d’une contrée sauvage ». Ce à quoi Lionel Zinsou a répondu sèchement en s’attardant sur ses racines familiales et celles de Patrice Talon. Il a notamment affirmé que ce dernier était issu d’une famille ayant fait fortune dans la traite négrière. « Je ne vous reproche pas que vos ancêtres soient français ou que certains de vos enfants le soient », a lancé Zinsou.

Le candidat des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) s’est également attaqué au concept de rupture mis en avant par son adversaire rappelant qu’il avait été un élément central du régime du président Thomas Boni Yayi et que nombre de ses soutiens également. « Vous aimez faire peur et vous le faites très bien », a aussi déclaré Zinsou.

De son côté, Talon a reproché au Premier ministre d’être complice d’un « État voyou », l’accusant à plusieurs reprises d’avoir signé des contrats sans procéder préalablement à des appels d’offres.

Et les idées dans tout ça ?
Au milieu des invectives, quelles idées ont été mises en avant par les deux candidats ? Ils ont été interrogés sur plusieurs thèmes – l’égalité des chances, la santé, l’énergie, la réforme des institutions, l’éducation et la sécurité – affichant de réelles différences d’approches. Sur le premier thème, Lionel Zinsou a mis en avant un programme ciblant « les 100 000 familles actuellement dans une situation de manque d’égalité des chances ». Patrice Talon a donné une réponse très politique, expliquant qu’il fallait « dépolitiser l’administration ».

Interrogés sur la politique énergétiques, les deux hommes ont affiché d’importantes divergences. Pour Zinsou, « l’énergie renouvelable est très importante. Elle sera répartie pour tout le monde. Avec l’énergie solaire, nous pouvons créer beaucoup d’emplois ». Misant essentiellement sur le pétrole, Talon estime de son côté, que « produire l’énergie renouvelable revient à un coût prohibitif. Le peuple ne peut pas attendre que l’énergie renouvelables soit à notre portée pour nous développer. Il faut faire des choix stables dans la durée. Le fuel est une partie de ce que nous pouvons faire ».

Patrice Talon a remis en cause le système éducatif. « Il faut dépolitiser l’administration de l’éducation et redonner vie au Conseil national de l’éducation. Il faut une direction qui s’occupe de formation des enseignants et la gestion des écoles normales », a-t-il déclaré. Ce à quoi Lionel Zinsou a répondu qu’il fallait « moderniser le système par faire le procès du passé » et « améliorer les conditions de travail des enseignants ». « Les écoles primaires doivent être le lieu où l’on commence à apprendre l’informatique », a-t-il estimé.

Amené à se prononcer sur la réforme des institutions, l’homme d’affaire a renouvelé son souhait de mettre en place un mandat unique et déclaré que « la justice avait besoin de liberté et d’indépendance », alors que son adversaire a affirmé « qu’il faut donner à la justice de vrais moyens, elle a besoin d’être équipée. La justice est capable de résister ». JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

logo article

Présidentielle au Ghana : Nana Akufo-Addo proclamé vainqueur face au sortant John Mahama

09/12/2016 par :

Le chef de l’opposition ghanéenne Nana Akufo-Addo a remporté l’élection présidentielle avec plus de (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES