Présidentielle au Bénin : ce qu’il faut retenir du débat télévisé entre Lionel Zinsou et Patrice Talon

Les finalistes de la présidentielle au Bénin, Lionel Zinsou et Patrice Talon, se sont opposés jeudi soir lors d’un débat télévisé de deux heures retransmis sur l’ORTB.

Présidentielle au Bénin : Patrice Talon multiplie les ralliements
« Bénin gagnant » contre « Nouveau départ »
Les slogans des candidats, « Bénin gagnant » pour Lionel Zinsou et « Nouveau départ » pour Patrice Talon, et leurs significations ont fait office de fil directeur du débat. D’un côté, un Premier ministre affichant une volonté de s’appuyer sur les acquis « pour aller vers le développement ». « Le Bénin sait gagner mais il y a des réformes à faire », a clamé Zinsou mettant en avant la qualité de la formation médicale de son pays. « Nous manquons de tout, mais nous avons des soignants exceptionnels. Nous devons améliorer leurs conditions », a-t-il dit.

À l’opposé, l’homme d’affaires a dressé un tableau assez noir de la situation. « Rares sont les Béninois qui vont vous dire que le Bénin va bien, a-t-il dit. L’État est défaillant partout. »

Des attaques répétées
À quelques jours du second tour, il fallait s’y attendre. Zinsou et Talon ne se sont pas fait de cadeaux, se lançant de multiples attaques personnelles. Le roi du coton a ouvert le bal dès la première question des modérateurs. « Vous ne connaissez pas le Bénin », a-t-il lancé à maintes reprises. Il a aussi accusé le Premier ministre « d’avoir le syndrome du gouverneur d’une contrée sauvage ». Ce à quoi Lionel Zinsou a répondu sèchement en s’attardant sur ses racines familiales et celles de Patrice Talon. Il a notamment affirmé que ce dernier était issu d’une famille ayant fait fortune dans la traite négrière. « Je ne vous reproche pas que vos ancêtres soient français ou que certains de vos enfants le soient », a lancé Zinsou.

Le candidat des Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) s’est également attaqué au concept de rupture mis en avant par son adversaire rappelant qu’il avait été un élément central du régime du président Thomas Boni Yayi et que nombre de ses soutiens également. « Vous aimez faire peur et vous le faites très bien », a aussi déclaré Zinsou.

De son côté, Talon a reproché au Premier ministre d’être complice d’un « État voyou », l’accusant à plusieurs reprises d’avoir signé des contrats sans procéder préalablement à des appels d’offres.

Et les idées dans tout ça ?
Au milieu des invectives, quelles idées ont été mises en avant par les deux candidats ? Ils ont été interrogés sur plusieurs thèmes – l’égalité des chances, la santé, l’énergie, la réforme des institutions, l’éducation et la sécurité – affichant de réelles différences d’approches. Sur le premier thème, Lionel Zinsou a mis en avant un programme ciblant « les 100 000 familles actuellement dans une situation de manque d’égalité des chances ». Patrice Talon a donné une réponse très politique, expliquant qu’il fallait « dépolitiser l’administration ».

Interrogés sur la politique énergétiques, les deux hommes ont affiché d’importantes divergences. Pour Zinsou, « l’énergie renouvelable est très importante. Elle sera répartie pour tout le monde. Avec l’énergie solaire, nous pouvons créer beaucoup d’emplois ». Misant essentiellement sur le pétrole, Talon estime de son côté, que « produire l’énergie renouvelable revient à un coût prohibitif. Le peuple ne peut pas attendre que l’énergie renouvelables soit à notre portée pour nous développer. Il faut faire des choix stables dans la durée. Le fuel est une partie de ce que nous pouvons faire ».

Patrice Talon a remis en cause le système éducatif. « Il faut dépolitiser l’administration de l’éducation et redonner vie au Conseil national de l’éducation. Il faut une direction qui s’occupe de formation des enseignants et la gestion des écoles normales », a-t-il déclaré. Ce à quoi Lionel Zinsou a répondu qu’il fallait « moderniser le système par faire le procès du passé » et « améliorer les conditions de travail des enseignants ». « Les écoles primaires doivent être le lieu où l’on commence à apprendre l’informatique », a-t-il estimé.

Amené à se prononcer sur la réforme des institutions, l’homme d’affaire a renouvelé son souhait de mettre en place un mandat unique et déclaré que « la justice avait besoin de liberté et d’indépendance », alors que son adversaire a affirmé « qu’il faut donner à la justice de vrais moyens, elle a besoin d’être équipée. La justice est capable de résister ». JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES