Personnes disparues, médias muets : le Gabon en manque d’informations

Proches sans nouvelle d’un parent, internet toujours suspendu, télévisions indépendantes mises hors d’usage... Le Gabon vivait dimanche en manque d’informations depuis les violences qui ont suivi la proclamation mercredi de la réélection du président Ali Bongo.

Gabon : traces de sang et impacts de balles au siège de Jean Ping dévasté
Au total, ces violences ont fait sept morts dans tout le Gabon, dont cinq civils à Libreville, un civil à Port-Gentil, la capitale économique, et un policier à Oyem dans le nord, selon un décompte de l’AFP.

Mais des rumeurs invérifiables d’un bilan plus lourd, notamment à Port-Gentil, circulent dans le pays, toujours privé dimanche de connexion internet.

Quelque 800 personnes ont été interpellées dans la capitale, selon les chiffres officiels. « Nous demandons la liste des personnes en garde à vue et leur répartition » dans les commissariats et les gendarmeries, a déclaré samedi le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Gabon, Jean-Pierre Akumbu M’Oluna, qui dit ne pas avoir d’informations sur les disparus.

Dimanche matin à Libreville, au moins deux personnes interrogées par l’AFP cherchaient pourtant un proche dont ils sont sans nouvelles depuis la nuit de mercredi à jeudi, date de l’assaut armé des forces de sécurité contre le siège de l’opposant Jean Ping.

« Je cherche mon fils Jocelyn. Il était au QG de Jean Ping », témoigne Jacqueline.

« Je n’ai pas de nouvelles de mon frère, Mesmain Nang Alogo, depuis mercredi soir. Il est marié, père de quatre enfants », déclare de son côté un homme qui préfère garder l’anonymat.

« Nous l’avons cherché dans les commissariats, à la police judiciaire, au CHU d’Owendo, à la polyclinique Chambrier, et même dans plusieurs entreprises de pompes funèbres », poursuit cet homme qui avoue ne pas savoir où se trouvait son frère quand il a disparu.

De manière générale, l’information est une denrée rare au Gabon ces jours-ci. Le gouvernement ne communique pas depuis plusieurs jours.

Câble sectionné

Le journal L’Union, très favorable au pouvoir, n’est pas paru depuis mercredi. « Nous avons fait l’objet d’un incendie. Nous ne pouvons pas travailler », indique à l’AFP son directeur de la publication, Lin-Joël Ndembet, qui ignore quand le quotidien pourra revenir en kiosque.

Les locaux de deux télévisions privées, Radio-Télévision Nazareth (RTN) et Télé Plus, ont aussi été attaqués, a constaté un journaliste de l’AFP dimanche matin.

Située au bord d’un chemin non-asphalté à Okala à la sortie de Libreville, les locaux de RTN ont été incendiés et sa régie détruite « mercredi soir par des agents des forces de l’ordre cagoulés et fortement armés », selon son PDG, le pasteur Georges Bruno Ngoussi.

« Le câble co-axial a été sectionné. Ce sont des connaisseurs. Ils savent que c’est le câble de connexion du signal avec le satellite Eutelsat », commente le pasteur dont la télévision ne peut plus émettre ni par satellite, ni pas voie hertzienne, ni par internet.

Selon lui, les attaques contre RTN ont commencé dès le 28 août quand son média diffusait les tendances de l’élection de la veille, « bureau de vote par bureau de vote », avec un avantage à Jean Ping.

« Ils ont frappé en même temps le QG de Ping, RTN et nous ici à Télé Plus », affirme Franck Nguéma, qui a fondé cette chaîne indépendante dont les locaux exigus se trouvent sur le front de mer.

Il affirme que sa chaîne a été attaquée par des « commandos » comme à plusieurs reprises dans le passé. Régie détruite, CD-Rom d’archives par terre, dossiers éparpillés… : la même scène qu’à RTN se répète dans les locaux de Télé Plus.

« Nous avons repris la diffusion dans d’autres endroits. Nous diffusons le message de Jean Ping », assure M. Nguéma.

Dans ce message lu vendredi soir, le rival d’Ali Bongo revendiquait le titre de « président élu » et demandait un nouveau décompte des voix par bureau de vote, seule condition d’ »apaisement » selon lui.

Faute d’informations, les Gabonais se replient sur les médias français comme RFI, France 24 ou TV5 Monde, dont les envoyés spéciaux se trouvent à Libreville mais sont absents en province.

Des chaînes gabonaises continuent aussi d’émettre comme Kanal 7, et surtout les deux chaînes publiques proches du pouvoir : Télé Gabon diffusait dimanche après-midi des annonces de série télévisée, tandis que Gabon 24 annonçait en bandeau un report au 6 septembre de la rentrée parlementaire. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gambie : Yahya Jammeh décrète l’état d’urgence à deux jours de l’investiture d’Adama Barrow

17/01/2017 par :

À deux jours de l’investiture du nouveau président Adama Barrow, Yahya Jammeh a déclaré l’état (...)

logo article

À compter du 19 janvier, Yahya Jammeh ne sera plus reconnu par l’UA comme président légitime de la Gambie

13/01/2017 par :

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine a indiqué vendredi qu’à partir du 19 janvier (...)

logo article

Côte d’Ivoire : après le mouvement d’humeur des militaires, des têtes tombent au sein des forces de défense

09/01/2017 par :

Trois jours après le mouvement de contestation au sein de l’armée, le chef d’état-major de l’armée, (...)

logo article

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan a remis la démission de son gouvernement à Alassane Ouattara

09/01/2017 par :

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a présenté la démission de son gouvernement au président (...)

logo article

Côte d’Ivoire : mouvement d’humeur d’hommes en armes à Bouaké, Daloa et Korhogo

06/01/2017 par :

Des tirs ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi à Bouaké. Ce vendredi, des hommes en (...)

logo article

Bien mal acquis : le procès de Teodorín Obiang est reporté

04/01/2017 par :

Le procès du fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti un (...)

logo article

RD Congo : l’accord politique global et inclusif enfin adopté et signé à Kinshasa

01/01/2017 par :

Sous l’égide des évêques catholiques, les pourparlers directs entre les signataires de l’accord du (...)

logo article

OPINION : L’AFFAIRE DJIBRILL BASSOLE, UN CAS D’ACHARNEMENT JUDICIAIRE

01/01/2017 par :

Il est devenu difficile pour tout esprit bien pensant de rester insensible au traitement (...)

logo article

Cemac : les chefs d’État ouvrent la porte à des prêts du FMI mais écartent une dévaluation

23/12/2016 par :

Pris dans une croissance atone, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire des États (...)

logo article

Yves Aubin de La Messuzière : « Le malheur arabe se nourrit de conflits qui n’en finissent pas »

18/12/2016 par :

Observateur avisé du Maghreb et du Moyen-Orient depuis quarante ans, l’ex-ambassadeur français (...)

logo article

Du Nigeria à l’Espagne en passant par le Maroc, un projet de gazoduc offshore pharaonique

18/12/2016 par :

Rabat et Abuja vont construire un gazoduc géant qui longera toute la côte ouest-africaine. Un (...)

DEPECHES

9 janvier 2017

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro largement réélu président de l’Assemblée nationale

9 janvier 2017

Gambie : Yahya Jammeh limoge 12 ambassadeurs ayant réclamé son départ

1er janvier 2017

Turquie : au moins 35 morts dans "l’attaque terroriste" contre la discothèque d’Istanbul

20 décembre 2016

TURQUIE : Le Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, au nom du gouvernement du Sénégal, condamne avec force le lâche assassinat de l’ambassadeur de la Russie à Ankara, Monsieur Andreï Karlov, ce lundi 19 décembre 2016. Il s’agit là d’un acte terroriste. Le gouvernement du Sénégal présente ses condoléances et sa sympathie au gouvernement russe et réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sous toutes leurs formes et manifestations.

9 décembre 2016

Ghana : le président Mahama reconnaît sa défaite auprès du chef de l’opposition Akufo-Addo

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES