Personnes disparues, médias muets : le Gabon en manque d’informations

Proches sans nouvelle d’un parent, internet toujours suspendu, télévisions indépendantes mises hors d’usage... Le Gabon vivait dimanche en manque d’informations depuis les violences qui ont suivi la proclamation mercredi de la réélection du président Ali Bongo.

Gabon : traces de sang et impacts de balles au siège de Jean Ping dévasté
Au total, ces violences ont fait sept morts dans tout le Gabon, dont cinq civils à Libreville, un civil à Port-Gentil, la capitale économique, et un policier à Oyem dans le nord, selon un décompte de l’AFP.

Mais des rumeurs invérifiables d’un bilan plus lourd, notamment à Port-Gentil, circulent dans le pays, toujours privé dimanche de connexion internet.

Quelque 800 personnes ont été interpellées dans la capitale, selon les chiffres officiels. « Nous demandons la liste des personnes en garde à vue et leur répartition » dans les commissariats et les gendarmeries, a déclaré samedi le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Gabon, Jean-Pierre Akumbu M’Oluna, qui dit ne pas avoir d’informations sur les disparus.

Dimanche matin à Libreville, au moins deux personnes interrogées par l’AFP cherchaient pourtant un proche dont ils sont sans nouvelles depuis la nuit de mercredi à jeudi, date de l’assaut armé des forces de sécurité contre le siège de l’opposant Jean Ping.

« Je cherche mon fils Jocelyn. Il était au QG de Jean Ping », témoigne Jacqueline.

« Je n’ai pas de nouvelles de mon frère, Mesmain Nang Alogo, depuis mercredi soir. Il est marié, père de quatre enfants », déclare de son côté un homme qui préfère garder l’anonymat.

« Nous l’avons cherché dans les commissariats, à la police judiciaire, au CHU d’Owendo, à la polyclinique Chambrier, et même dans plusieurs entreprises de pompes funèbres », poursuit cet homme qui avoue ne pas savoir où se trouvait son frère quand il a disparu.

De manière générale, l’information est une denrée rare au Gabon ces jours-ci. Le gouvernement ne communique pas depuis plusieurs jours.

Câble sectionné

Le journal L’Union, très favorable au pouvoir, n’est pas paru depuis mercredi. « Nous avons fait l’objet d’un incendie. Nous ne pouvons pas travailler », indique à l’AFP son directeur de la publication, Lin-Joël Ndembet, qui ignore quand le quotidien pourra revenir en kiosque.

Les locaux de deux télévisions privées, Radio-Télévision Nazareth (RTN) et Télé Plus, ont aussi été attaqués, a constaté un journaliste de l’AFP dimanche matin.

Située au bord d’un chemin non-asphalté à Okala à la sortie de Libreville, les locaux de RTN ont été incendiés et sa régie détruite « mercredi soir par des agents des forces de l’ordre cagoulés et fortement armés », selon son PDG, le pasteur Georges Bruno Ngoussi.

« Le câble co-axial a été sectionné. Ce sont des connaisseurs. Ils savent que c’est le câble de connexion du signal avec le satellite Eutelsat », commente le pasteur dont la télévision ne peut plus émettre ni par satellite, ni pas voie hertzienne, ni par internet.

Selon lui, les attaques contre RTN ont commencé dès le 28 août quand son média diffusait les tendances de l’élection de la veille, « bureau de vote par bureau de vote », avec un avantage à Jean Ping.

« Ils ont frappé en même temps le QG de Ping, RTN et nous ici à Télé Plus », affirme Franck Nguéma, qui a fondé cette chaîne indépendante dont les locaux exigus se trouvent sur le front de mer.

Il affirme que sa chaîne a été attaquée par des « commandos » comme à plusieurs reprises dans le passé. Régie détruite, CD-Rom d’archives par terre, dossiers éparpillés… : la même scène qu’à RTN se répète dans les locaux de Télé Plus.

« Nous avons repris la diffusion dans d’autres endroits. Nous diffusons le message de Jean Ping », assure M. Nguéma.

Dans ce message lu vendredi soir, le rival d’Ali Bongo revendiquait le titre de « président élu » et demandait un nouveau décompte des voix par bureau de vote, seule condition d’ »apaisement » selon lui.

Faute d’informations, les Gabonais se replient sur les médias français comme RFI, France 24 ou TV5 Monde, dont les envoyés spéciaux se trouvent à Libreville mais sont absents en province.

Des chaînes gabonaises continuent aussi d’émettre comme Kanal 7, et surtout les deux chaînes publiques proches du pouvoir : Télé Gabon diffusait dimanche après-midi des annonces de série télévisée, tandis que Gabon 24 annonçait en bandeau un report au 6 septembre de la rentrée parlementaire. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES