Paul Kagamé à Amsterdam : « Nous refusons de vivre selon une façon dictée par d’autres »

Dans un discours devant la diaspora, aux Pays-Bas, le président rwandais a appelé samedi son peuple à ne pas se soucier des condamnations venues des capitales et organisations non-gouvernementales occidentales.

Meeting politique ? One man show présidentiel ? Fête patriotique destinée à séduire la diaspora ? Il y a un peu de tout cela dans « Rwanda Day », cette manifestation régulièrement organisée par Kigali à l’étranger pour rassembler les ressortissants du pays.

Ce samedi 3 octobre, l’événement se tenait à Amsterdam, aux Pays-Bas, où le président rwandais, Paul Kagamé, faisait étape pour une visite d’État – il doit rencontrer le Premier ministre Mark Rutte ainsi que le couple royal, les 5 et 6 octobre.
Et cette fois-ci, Paul Kagamé s’est surtout servi de ce rendez-vous politico-patriotique pour inciter ses compatriotes à se défier des condamnations venues de l’étranger. « Vivre selon une façon dictée par d’autres, ce n’est pas vivre pleinement », leur a-t-il dit, dans un discours sans note en kinyarwanda, devant 4000 participants (selon les chiffres fournis par les organisateurs) et retransmis en direct à la télévision rwandaise. « Évidemment, certains refusent cette logique. Mais le cœur et la majorité des Rwandais le veulent ».

La polémique du 3e mandat

Bien que Paul Kagamé n’ait jamais abordé directement la question de la réforme en cours de la Constitution, qui lui permettrait de briguer un troisième mandat, difficile de ne pas voir dans son discours plein de sous-entendus une réponse aux avertissements des Occidentaux. En juin dernier, Washington avait clairement signifié qu’il espérait « l’élection d’un nouveau dirigeant rwandais » en 2017. C’était d’ailleurs l’un des principaux messages de la récente visite du président Barack Obama en Afrique de l’Est.

« Je sais qu’il y en a beaucoup au Rwanda et ailleurs en Afrique, qui ne veulent pas définir eux-mêmes leur façon de vivre, a développé Kagamé. Mais je vais prendre un exemple : en Asie, il y a des pays qui étaient derrière nous en termes de développement dans les années 1950. Ils ont fait des pas de géant et nous ont laissé derrière […] Une des raisons de cela, c’est que nous avons attendu que d’autres définissent notre façon de vivre, et de qui nous dépendions ».

Il y a des Rwandais qui ont volé ou tué au pays. Et quand ils arrivent ici, ils disent qu’ils ont été persécutés parce qu’ils voulaient la démocratie…
Mais la défiance de Kagamé était surtout tournée envers les organisations de défense des droits de l’Homme, très critiques à l’égard du gouvernement rwandais. « Il y a des Rwandais qui ont volé ou tué au pays. Et quand ils arrivent ici, ils disent qu’ils ont été persécutés parce qu’ils voulaient la démocratie. Quand ils disent ça, quoi qu’ils aient fait, ils sont accueillis. Ces experts en démocratie sont même invités à la télévision ! […] On dit toujours : ‘au Rwanda, il n’y a pas de débat’. Mais quel débat ? Si on veut échanger sur la façon de construire le pays, c’est très bien. Mais je ne connais personne qui se nourrit de mots ».

Pendant ce temps, à l’extérieur de la gigantesque salle, plusieurs journalistes néerlandais s’indignaient d’avoir été interdit d’accès par des services de sécurité à cran – une manifestation hostile au président rwandais se déroulait à l’extérieur. « Les ennemis du Rwanda ne sont pas les bienvenus au Rwanda Day », répondait, sur Twitter, l’association mondiale de la diaspora rwandaise – co-organisatrice de l’événement.

Lors de la séance de questions-réponses qui a suivi – un classique des interventions publiques de Kagamé – le président rwandais s’est refusé à tout commentaire sur ses relations avec le Burundi. Bujumbura, où règne une instabilité croissante depuis la réelection controversée du président Pierre Nkurunziza en juillet – accuse de plus en plus ouvertement Kigali de soutenir ses opposants.

Paul Kagamé a en revanche pris son temps pour étudier deux questions mettant en cause son ministre de l’Éducation (sur le retard de paiement de bourses à l’étranger) et son ministre de la Jeunesse et des Nouvelles technologies (sur la cherté de l’hébergement des données informatique au Rwanda). Appelés à s’expliquer publiquement, les deux membres du gouvernement ont été interrompus à plusieurs réprise par un Paul Kagamé insatisfait de leurs réponses. Une manière assez claire de rappeler à tous, si besoin, qui est le vrai patron. JEUNE AFRIQUE




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES