POLITIQUE : Le Pds s’aligne, Mme Aîda Mbodji se radicalise contre le pouvoir

Chez Aïda Mbodj, il n’est pas encore question d’enterrer la hache de guerre. « L’ennemi politique » doit payer sa forfaiture d’avril 2016. Celle qui a conduit à la mise à terme, pour cumul de mandats, de ses fonctions de Présidente du Conseil départemental de Bambey. C’est d’ailleurs pour faire preuve de solidarité à son endroit que la fédération Pds a décidé de boycotter l’élection du haut conseil des collectivités territoriales au niveau local. « L’Apr et ses alliés sont prêts depuis très longtemps pour aborder l’élection du Haut conseil des collectivités territoriales parce qu’ils se sont bien préparés espérant nous prendre au dépourvu », dira-t-elle notamment.

LE COMBAT CONTINUE
Plus que jamais déterminée à mener le combat jusqu’à son terme, Aïda Mbodj a encore tiré sur ses adversaires immédiats, en marge de la rencontre convoqué, ce week-end, par la fédération Pds de Bambey. « Leur patron les a traités d’incapables leur reprochant de toujours perdre devant moi. Il nous suffisait de prendre part à cette élection pour les gagner, une nouvelle fois. Ce serait chose aisée d’autant plus qu’ils sont sept à briguer un seul poste ». Aïda Mbodj de fustiger le fait qu’elle ne puisse figurer dans le collège électoral. « Je ne peux pas prendre part à cette élection parce que j’avais déjà démissionné de mes fonctions de conseillère municipale. C’est après que j’ai été destituée de mes fonctions de Présidente du conseil départemental de Bambey de manière arbitraire. J’avais démissionné et le maire était même venu constater cette démission ».

UNE PLAINTE POUR DÉNONCIATION CALOMNIEUSE
Abordant le cas Fatou Sène qui l’a récemment remplacée à la tête du conseil départemental de Bambey, Aïda Mbodj se dit horrifiée par les manœuvres perpétrées par l’Apr pour invalider cette élection. « Deux responsables de l’Apr ont déposé des recours pour contester l’élection de Fatou Sène à la tête du conseil départemental de Bambey aux motifs fallacieux qu’elle n’a été que jusqu’au Cm2 et qu’elle est matrone. J’ai entendu Mor Ngom dire que ce n’est pas lui. Ils ont voulu se cacher derrière des seconds couteaux. Nous faisons des va-et-vient au niveau de la Cour d’appel ». Et pourtant, ajoute la parlementaire, « à Nioro, le Président du Conseil départemental ne sait ni lire, ni écrire, encore moins signer. C’est la raison pour laquelle, j’ai pris trois avocats. Moi, je cherche la guerre chaque jour que Dieu fait et eux ils sont venus me la proposer ».
Elle a terminé son discours en martelant sa ferme volonté de porter plainte pour dénonciation calomnieuse. Pour elle, au-delà de Fatou Sène, toutes les femmes du Sénégal ont été humiliées lorsque certaines voix ont osé minimiser son statut de matrone. DAKARACTU




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES