POLITIQUE : Le FNCL apporte les preuves de la pauvreté des sénégalais

La Fédération Nationale des Cadres Libéraux s’est réunie le 26 Novembre 2015, à la Permanence Oumar Lamine BADJI, sise la VDN, sous la présidence du Docteur Cheikh Seck, vice-président de ladite instance, à l’effet d’examiner l’ordre du jour suivant :

• Situation nationale ;
• Vie du Parti et Activités parlementaires.

Tout d’abord, la FNCL présente ses vives félicitations au peuple ivoirien pour la bonne tenue d’élection présidentielle transparente, libre, plurielle et apaisée. Elle encourage les cadres du RDR à travailler pour l’ancrage du "libéralisme à visage humain" comme politique de développement sur le continent. La FNCL encourage la coalition RHDP, la famille Houphouetiste, à poursuivre cette entente afin que nous puissions, en Afrique, assainir l’espace politique par la formation de grands ensembles forts et représentatifs, comme le suggère Le Président Abdoulaye WADE.
La FNCL lance un appel pressant à toutes les forces libérales de l’opposition de s’inspirer de cette démarche en vue d’abréger les souffrances du Peuple sénégalais qui n’a que trop souffert de l’incurie multidimensionnelle du régime actuel.

I/ SITUATION NATIONALE :

Le président Macky Sall et ses différents gouvernements ont achevé de nous démontrer toute leur incompétence dans la gestion des affaires de notre pays. Ils ont toujours cherché à masquer leur incurie en mettant au-devant la traque des biens mal acquis, les arrestations et emprisonnements tout azimut sur fond d’acharnement incompréhensible contre l’opposition qu’ils se sont promis de « réduire à sa plus simple expression » selon leurs propres termes. A quelques encablures de la période pré-électorale, Macky Sall et son régime moribond, vont crescendo dans la tentative d’instaurer le parti unique avec des courants politiques affiliés que sont ses alliés honteusement soumis à son diktat. Cela passe par ces velléités d’éradication de tout parti d’opposition significative qui s’évertuent à dénoncer les errements de sa politique socio-économique. Notre position, parmi les 25 pays les plus pauvres de la planète, confirme toutes les alertes faites par l’opposition durant trois (03) ans de règne du président Macky Sall. En effet le PIB par habitant du Sénégal est passé de 474,52 dollars en 2000 à 1023,29 dollars en 2012 et se situe à 934,6 dollars en 2015 (source Instances internationales). Cet état de fait démontre, clairement et sans équivoque, que depuis 2012, la population sénégalaise s’appauvrit progressivement de manière inquiétante.
• Monde agricole :
La campagne arachidière a officiellement démarré le lundi 15 novembre 2015 et le Gouvernement a fixé un prix « plancher » de 200 CFA. A l’heure actuelle, Les huiliers et transformateurs des graines n’ont pas encore constaté de manière effective l’installation des points de collecte. La FNCL appelle vivement le gouvernement à prendre toutes les dispositions afin que les paysans, qui sont en phase de battre leurs arachides, puissent écouler convenablement leurs récoltes. Par ailleurs, le SG du SNTICASS a rappelé que la SUNEOR risque de ne pas prendre part à la campagne de commercialisation arachidière de 2015/2016 pour un problème de mobilisation des fonds nécessaires. La promesse du régime d’offrir 300 000 tonnes de graines à la Sunéor, une des ossatures de l’industrie agro-alimentaire au Sénégal, est simplement une méthode absolument conjoncturelle et sans grand effet dans la mesure où Suneor risque de vivre en permanence sous perfusion permanente. Il urge pour l’Etat du Sénégal, d’accélérer le dossier de la restructuration de l’entreprise avec la reprise annoncée d’un nouveau repreneur. Par ailleurs Le PDS, par la voix de la FNCL, affirme toute sa solidarité aux travailleurs de la Suneor, détenteurs de 9% du capital. Nous rappelons aussi, à l’opinion nationale, que le premier ministre lors de son passage à l’assemblée Nationale en novembre 2014 avait promis une relance rapide des activités dès janvier 2015.
• Du tourisme de loisirs, d’affaires et du terrorisme :
Dire que depuis l’accession de ce régime à la tête de notre pays, le tourisme sénégalais est dans un état comateux est une lapalissade. Le Plan Sénégal Emergent (PSE) et le Plan Stratégique de Développement Durable du Tourisme (PSDT) sont des feuilles de route qui s’avèrent inefficaces malgré le chantonnement à haute voix de l’objectif de 1,5 million de touristes en 2016, qui ne saurait être atteint au vue des résultats actuels. En effet, après moult tâtonnements et après avoir vainement tenté de corriger le tir, conformément aux recommandations du Parti Démocratique Sénégalais qui consistait à l’arrêt de la saignée en réglant 2 freins colossaux : le visa et les taxes aéroportuaires. Constatant que les investisseurs et le tourisme d‘affaires sont devenus des denrées rares, le régime est donc revenu sur ces mesures insensées et déstructurantes. Le tourisme, qui était déjà à l’agonie, risque de devenir inexistant, et la destination Sénégal rayée de la carte des tours opérateurs et voyagistes.
Le Président Macky Sall, avec cette propension à tenir des discours alarmistes, radicaux et inopportuns, laisse percevoir, dans l’imagerie des investisseurs et des touristes, que notre pays, jadis connu et reconnu comme un havre de paix en Afrique subsaharienne, est en alerte rouge. Le Président Sénégalais, pour plaire à ses donneurs d’ordre, décrit notre pays comme une cible prioritaire des terroristes avec des propos radicaux, des sempiternelles menaces et des arrestations médiatisées contre des imams, des mesures d’interdiction du port de la burqa qui est une pratique rarissime chez nous. Le tableau sombre dépeint par le Premier des Sénégalais, a définitivement enterré le secteur touristique. Assurément, Macky Salll vient de rendre le coup de grâce au tourisme de loisirs et d’affaires.
Dans ce même cadre, le PDS, par le biais de la FNCL, affirme tout son soutien aux employés du King Fahd palace, un bijou de notre patrimoine hôtelier.

II/ VIE DU PARTI ET ACTIVITES PARLEMENTAIRES :

• Vie du Parti :
La FNCL félicite les leaders de l’opposition réunis autour du Grand Cadre de l’opposition (C2O). Les Cadres libéraux se réjouissent de cette alliance sincère de ces partis qui, pour l’intérêt supérieur de la Nation, cède, chacun, une parcelle de sa souveraineté, et partagent une plateforme axée sur plusieurs points notamment :
1- Un groupe parlementaire de l’opposition avec le PDS, le REWMI, l’UCS, AJ PADS ;
2- Un front commun, composé de Bok Guiss Guiss, du FSBDJ, de l’UCS, du Rewmi, d’AJ et du PDS, pour suivre le processus électoral et combattre la fraude à grande échelle entamée par le parti au pouvoir pour la présidentielle à venir.
La FNCL exhorte ces partis à continuer à défendre le Sénégal contre les lois liberticides, les forfaitures incessantes de notre seconde institution, l’Assemblée Nationale. La FNCL attire l’attention du cadre de concertation de l’opposition (C2O) et des sénégalais sur le prétendu référendum annoncé par le Président Macky Sall qui va user, très certainement, d’artifices orthographiques, dans la tournure des questions, afin de ne pas respecter son engagement de réduire son mandat à 5 ans en se drapant de la "légitimité" référendaire. Les tournures des questions devront faire l’objet d’un consensus. Le cas échéant, le régime sera seul responsable des conséquences politiques de toute forfaiture électorale.

La FNCL félicite le Frère Secrétaire général national adjoint du PDS pour les nombreuses initiatives en vue de maintenir la vitalité du parti, notamment, les nombreuses visites dans les fédérations, la visite récente aux grévistes de la faim des ex-agents des structures d’encadrement d’emploi des jeunes victimes de l’ostracisme et de l’injustice du régime de Macky. Ces nombreux jeunes se sont en effet brutalement retrouvés en situation de chômage, leurs emplois offerts à des militants de l’APR, et qui plus est, l’Etat refuse honteusement de leur verser leurs indemnités légales.
• Activités parlementaires :
La FNCL s’est déjà prononcé sur la forfaiture de Macky Sall via son obligé Moustapha Niasse et son cheval de Troie au sein du PDS, finalement exclu. Il est bon de préciser à l’opinion que Monsieur Diagne s’est plutôt auto-exclu de fait, conformément aux textes et règlements du Parti Démocratique Sénégalais. A l’instar de toutes les formations politiques du monde, il est interdit de présenter une liste concurrente et dissidente à celle du Parti dans lequel on milite. D’autant que le sieur Diagne n’est ni mandataire, encore moins Secrétaire Général National ou Responsable Moral du parti en question. Ce n’est nullement une particularité du PDS mais de tous les partis sérieux du monde, que ce soit en Afrique ou dans les démocraties les plus avancées.
La FNCL et le PDS s’étant précédemment prononcés sur le volet juridique du règlement intérieur, range le débat au passé simple. La FNCL prend à témoin le peuple Sénégalais et tout démocrate, qu’il est question, dans ce cas précis, des fondamentaux de la République, des socles de la démocratie en l’occurrence : la souveraineté populaire, l’expression de la citoyenneté de centaines de milliers de Sénégalais qui ont opéré, par le vote, leur droit et devoir encadrés par notre Charte Fondamentale. Dans le cas d’espèce, c’est le vote de ces citoyens qui est usurpé, confisqué par la seule volonté d’un régime hostile à toute forme d’expression d’une opposition républicaine.
La FNCL réitère son immense fierté sur la bataille menée par les députés de groupe Parlementaire des Libéraux et Démocrates. Ces honorables députés ont rappelé au monde ces grands comices curiates, ces grands plébéiens, ces tributes d’Athènes à la grande Rome. L’histoire du monde démontre que ce sont des députés, comme eux, qui ont toujours été les déclencheurs et chevilles ouvrières des révolutions. Les états généraux de 1789, ayant abouti à la révolution française, ont été menés par les représentants du peuple, tel Lafayette. Ces députés, entrés à jamais dans l’histoire du monde, ont fait face au Roi Louis XVI, pour défendre les complaintes du Peuple : un peuple révolté par l’absolutisme monarchique, un peuple assoiffé de libertés, de démocratie et surtout de Pain. Un cocktail explosif tel que celui auquel nous assistons des siècles après dans ce Sénégal de Macky Sall.
Dès lors, les cadres libéraux exhortent l’ensemble des militants des Partis du Cadre de Concertation de l’opposition (C2O) à se tenir au garde à vous, a monté les groupes de résistances républicaines dans tous les secteurs afin de se tenir prêts pour défendre leurs droits : Rendre à l’opposition la paternité du Groupe Parlementaire des Libéraux et Démocrates dont la seule et unique Présidente demeure l’honorable député Aida Mbodj.




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES