POLITIQUE : L’Ujtl soutient Mme Aîda Ndiongue et menace le président Macky Sall

Une fois de plus notre système judiciaire qui fait partie des maillons faibles de notre démocratie lors de ces dernières vient de confirmer son manque d’indépendance .La flagrance dans l’exécution des décisions politiques et les contradictions internes dans les décisions poussent les sénégalais à se poser la question : est-ce que nos magistrats ont étudiés le même droit ? Macky SALL et son régime ne respectent pas les Sénégalais. Par cette énième forfaiture sur Madame Aida NDIONGUE, Macky SALL confirme à la face du monde sa mainmise sur la justice sénégalaise et l’utilisation qu’il en fait pour assouvir ses intérêts crypto-personnels.
C’est la mort dans l’âme que nous assistons à l’utilisation de la justice à des fins politiciennes. A travers cette affaire, Macky SALL vient de confirmer sa vraie nature ; celle d’un rancunier et d’un pouvoiriste hors pair prêt à tout pour étancher sa soif de pouvoir et poursuivre sa honteuse entreprise de décimer le Parti Démocratique Sénégalais.
Le drame est que cette décision sans précédent est prononcée par la plus haute juridiction de notre pays. La cour suprême a perdu toute crédibilité et confiance aux yeux des sénégalais depuis un certain moment en voulant à chaque fois dans des dossiers à soubassements politiques satisfaire les caprices d’un chef de parti aux abois et qui cherche désespérément et vainement un second mandat.
Madame Aida NDIONGUE a été innocentée par la justice Sénégalaise dans un procès historique où elle a prouvé de bout en bout son innocence. Par ailleurs elle n’a jamais été ministre, ni administrateur de crédit, encore moins Directeur. Bref, elle n’a jamais géré des deniers publics. Mais malheureusement voilà que la justice de Macky SALL préoccupée par des considérations politiciennes la condamne du simple fait de son ancrage au PDS et son dévouement à la cause d’Abdoulaye WADE et surtout de sa volonté non ébranlée de conduire Karim WADE au Palais en 2019.
Cette décision est manifestement téléguidée par Macky SALL lui-même à travers son bras armé Sidiki KABA qui s’est précipité de sortir un communiqué honteux et indigne d’un Ministre de la République.
L’UJTL dénonce ce gangstérisme d’Etat et s’indigne contre cette tendance sournoise de Macky SALL à faire de la Justice son bras armé et un instrument de conservation du pouvoir. Nous demandons à la justice sénégalaise de prendre son indépendance et de dire le droit au nom du peuple sénégalais et non au nom de Macky Sall.
L’UJTL reste solidaire à la « lionne du WALO » face aux assauts répétés de Macky SALL. Les Sénégalais qui suivent son dossier sont convaincus de son innocence. Nous partageons sa douleur et sa peine face à l’injustice manifeste qu’elle subit et nous l’encourageons à poursuivre le combat car justice sera rendu tôt ou tard.
Dans le même ordre d’idées, l’UJTL condamne la fuite en avant des ouailles de l’APR qui continuent de promouvoir le culte de la haine et de la stigmatisation à travers leur débat malsain et irresponsable sur la double Nationalité. Alors pourquoi ne devrons-nous pas parler de la double nationalité des enfants de MACKY SALL et comme par évidence c’est leur père qui leur a autorisé d’en avoir .En quoi MACKY serait plus patriote que les autres sénégalais qui ont acquis une double nationalité de par leur naissance au moment où lui a fait les pieds et les grues pour trouver une seconde nationalité à ses enfants.
S’ils pensent que c’est par la mascarade et les subterfuges politiciens qu’ils vont écarter des candidatures déjà légitimées par le peuple, ils n’ont qu’à déchanter. Ça ne passera pas. En tout état de cause, l’UJTL ne laissera rien ni personne se mettre au travers de celle de Karim WADE, le candidat providentiel qu’il faut à ce Sénégal désespéré et désemparé par la gestion clanique et gabegique de Macky SALL.
Ce n’est pas parce que Macky SALL a peur du Président Karim WADE et est convaincu de sa défaite devant Karim WADE à la prochaine présidentielle que le régime invente des obstacles malsains et indignes pour saboter cette candidature au prix de la paix et de la stabilité de notre pays. C’est anticonstitutionnel et contre la démocratie. Nous ne l’accepterons pas.
Que Macky SALL et son régime retiennent ceci. Il est inimaginable de tenir une élection présidentielle sans la présence du candidat Karim WADE. C’est la ligne rouge à ne pas franchir. Une fois de plus notre système judiciaire qui fait partie des maillons faibles de notre démocratie lors de ces dernières vient de confirmer son manque d’indépendance .La flagrance dans l’exécution des décisions politiques et les contradictions internes dans les décisions poussent les sénégalais à se poser la question : est-ce que nos magistrats ont étudiés le même droit ? Macky SALL et son régime ne respectent pas les Sénégalais. Par cette énième forfaiture sur Madame Aida NDIONGUE, Macky SALL confirme à la face du monde sa mainmise sur la justice sénégalaise et l’utilisation qu’il en fait pour assouvir ses intérêts crypto-personnels.
C’est la mort dans l’âme que nous assistons à l’utilisation de la justice à des fins politiciennes. A travers cette affaire, Macky SALL vient de confirmer sa vraie nature ; celle d’un rancunier et d’un pouvoiriste hors pair prêt à tout pour étancher sa soif de pouvoir et poursuivre sa honteuse entreprise de décimer le Parti Démocratique Sénégalais.
Le drame est que cette décision sans précédent est prononcée par la plus haute juridiction de notre pays. La cour suprême a perdu toute crédibilité et confiance aux yeux des sénégalais depuis un certain moment en voulant à chaque fois dans des dossiers à soubassements politiques satisfaire les caprices d’un chef de parti aux abois et qui cherche désespérément et vainement un second mandat.
Madame Aida NDIONGUE a été innocentée par la justice Sénégalaise dans un procès historique où elle a prouvé de bout en bout son innocence. Par ailleurs elle n’a jamais été ministre, ni administrateur de crédit, encore moins Directeur. Bref, elle n’a jamais géré des deniers publics. Mais malheureusement voilà que la justice de Macky SALL préoccupée par des considérations politiciennes la condamne du simple fait de son ancrage au PDS et son dévouement à la cause d’Abdoulaye WADE et surtout de sa volonté non ébranlée de conduire Karim WADE au Palais en 2019.
Cette décision est manifestement téléguidée par Macky SALL lui-même à travers son bras armé Sidiki KABA qui s’est précipité de sortir un communiqué honteux et indigne d’un Ministre de la République.
L’UJTL dénonce ce gangstérisme d’Etat et s’indigne contre cette tendance sournoise de Macky SALL à faire de la Justice son bras armé et un instrument de conservation du pouvoir. Nous demandons à la justice sénégalaise de prendre son indépendance et de dire le droit au nom du peuple sénégalais et non au nom de Macky Sall.
L’UJTL reste solidaire à la « lionne du WALO » face aux assauts répétés de Macky SALL. Les Sénégalais qui suivent son dossier sont convaincus de son innocence. Nous partageons sa douleur et sa peine face à l’injustice manifeste qu’elle subit et nous l’encourageons à poursuivre le combat car justice sera rendu tôt ou tard.
Dans le même ordre d’idées, l’UJTL condamne la fuite en avant des ouailles de l’APR qui continuent de promouvoir le culte de la haine et de la stigmatisation à travers leur débat malsain et irresponsable sur la double Nationalité. Alors pourquoi ne devrons-nous pas parler de la double nationalité des enfants de MACKY SALL et comme par évidence c’est leur père qui leur a autorisé d’en avoir .En quoi MACKY serait plus patriote que les autres sénégalais qui ont acquis une double nationalité de par leur naissance au moment où lui a fait les pieds et les grues pour trouver une seconde nationalité à ses enfants.
S’ils pensent que c’est par la mascarade et les subterfuges politiciens qu’ils vont écarter des candidatures déjà légitimées par le peuple, ils n’ont qu’à déchanter. Ça ne passera pas. En tout état de cause, l’UJTL ne laissera rien ni personne se mettre au travers de celle de Karim WADE, le candidat providentiel qu’il faut à ce Sénégal désespéré et désemparé par la gestion clanique et gabegique de Macky SALL.
Ce n’est pas parce que Macky SALL a peur du Président Karim WADE et est convaincu de sa défaite devant Karim WADE à la prochaine présidentielle que le régime invente des obstacles malsains et indignes pour saboter cette candidature au prix de la paix et de la stabilité de notre pays. C’est anticonstitutionnel et contre la démocratie. Nous ne l’accepterons pas.
Que Macky SALL et son régime retiennent ceci. Il est inimaginable de tenir une élection présidentielle sans la présence du candidat Karim WADE. C’est la ligne rouge à ne pas franchir. Si Karim WADE n’est pas candidat, Macky SALL non plus ne le sera pas.
Le combat continu !!!!!




AFRIQUE-MONDE

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

logo article

USA : Obama dénonce à son tour le décret Trump et encourage les manifestants

30/01/2017 par :

L’ex-président américain ne s’est pas exprimé depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche il y a dix (...)

logo article

28e sommet de l’UA : le Guinéen Alpha Condé prend la présidence tournante

30/01/2017 par :

A Addis-Abeba, la cérémonie d’ouverture du 28e sommet de l’Union africaine a démarré. Les dossiers (...)

DEPECHES

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

20 janvier 2017

DEPECHE : Le président de la commission de la Cédéao Marcel Alain de Souza a déclaré lors d’une conférence de presse à Dakar qu’une dernière tentative de médiation avec Yahya Jammeh allait être menée ce vendredi 20 janvier par le président guinéen Alpha Condé. Le président a jusqu’à demain midi pour accepter de quitter le pouvoir, sans quoi les militaires ouest-africains feront usage de la force, a précisé Marcel Alain de Souza. En attendant, l’intervention militaire ouest-africaine est suspendue.

19 janvier 2017

AFRIQUE : La cérémonie d’investiture du président gambien, élu à l’issue du scrutin présidentiel du 1er décembre, Adama Barrow, aura lieu jeudi 19 janvier, à 16h GMT, selon les déclarations du porte-parole du président élu recueillies par l’AFP.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES