POLEMIQUE SUR L’IMMUNITE ET LA FLAGRANCE : Un autre cas de "flagrant délit continu" ?

Un dossier, mille interrogations ! Oumar Sarr a passé Noël à la Maison d’arrêt et de correction du Cap Manuel où il a été transféré, à côté de Toussaint Manga. Et il risque d’y passer le réveillon. Simplement parce qu’il a été mis sous mandat de dépôt par le nouveau doyen des juges, pour « diffusion de fausses nouvelles » et « faux et usage de faux en écriture privée ».

On lui reproche d’avoir signé et attribué un communiqué, salé du reste, au Comité directeur du Pds qui, en vérité, ne s’est pas réuni le vendredi 18 décembre 2015. D’où le délit de « faux ». Egalement, il lui est reproché d’avoir fait des « affirmations gratuites » au sujet du financement de la campagne présidentielle de Macky Sall, en 2012, par des fonds russes dont l’origine est supposée douteuse. Sans conteste, ce dossier laisse subsister plusieurs interrogations sans réponses jamais soulevées, depuis l’éclatement de cette affaire politico-judiciaire. D’abord, comment la Justice s’est rendue compte que le Comité directeur du Pds ne s’est pas réuni le vendredi 18 décembre dernier ? Cette question laisse supposer que des membres de sa propre formation politique ont certainement signalé à l’autorité judiciaire que ce communiqué n’engage que son auteur et signataire. Et que les membres du Comité directeur n’ont pas pris part à la fameuse réunion dont il a été fait état dans le document transmis à toute la presse. Une telle éventualité laisse, sans doute, supposer qu’Oumar Sarr a été « vendu » et « trahi » par un ou plusieurs de ses frères de parti. Voilà qui nécessite une enquête interne en vue de débusquer les traîtres qui contribuent à davantage conduire le Pds vers son déclin. Ensuite, la question est aussi de savoir si la Justice peut-elle s’autosaisir en le poursuivant pour « faux » ? Ou bien il revient à son parti d’en décider, comme ce fut le cas avec Fada ? Un bel exercice de Td (travaux dirigés) s’offre ainsi aux étudiants de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Ucad. Et puis, pourquoi Oumar Sarr n’est pas jugé à la plus prochaine audience alors que l’on fait état de « flagrant délit » dans le cas d’espèce ? Qui a raison entre le procureur et Me Sall ? Ainsi, l’affaire Oumar Sarr continue d’alimenter les débats. Même après son emprisonnement ! Et la polémique s’est installée entre techniciens du Droit, au sujet de l’immunité parlementaire du numéro 2 du Pds. Invité au journal 13h de la Rts, samedi dernier, le procureur de la République de Dakar a estimé qu’il ne peut pas, dans le cas d’espèce, se prévaloir de son immunité parlementaire. Cela au motif que le flagrant délit (il en est le cas, selon lui) ne couvre pas l’immunité. « (…) Dans le cas d’Oumar Sarr, il n’y pas d’immunité qui joue. Le coordonnateur du Pds ne peut pas se prévaloir de son immunité parlementaire. Il avait été arrêté à la suite d’un communiqué de son parti relatif à l’article du journal Le Monde, à propos du supposé financement de l’opposition en 2012 par de l’argent en provenance de la Russie », a indiqué le procureur de Dakar. Mieux, selon le maître des poursuites, « nous sommes sur l’article 51, alinéa 2 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. C’est une loi organique et pour l’adopter, on n’a pas besoin d’une majorité simple des députés qui doivent être les 2/3 pour dire à l’Assemblée que voilà les règles que nous fixons sur la base de la Constitution ». Justifiant l’arrestation d’Oumar Sarr par la Division des investigations criminelles (Dic), le patron du Parquet de Dakar a précisé que l’article 51 alinéa 2 de la même source dit « qu’aucun député ne peut, pendant la durée des sessions, être poursuivi ou arrêté en matière correctionnelle ou criminelle qu’avec l’autorisation de l’Assemblée nationale ». « Le député pris en flagrant délit en fuite après la commission des faits délictueux peut être arrêté, poursuivi et emprisonné sans l’autorisation de l’Assemblée nationale. L’article 51 alinéa 2 permet l’arrestation d’un député quand les faits sont flagrants. Ici, on est dans le cadre d’une infraction flagrante qui venait de se commettre au moment où Oumar Sarr était interpellé », a-t-il fait comprendre. En effet, cette sortie survient après la réaction de l’avocat d’Oumar Sarr. Me El Hadji Amadou Sall a souligné que l’emprisonnement de son client constitue une violation de la loi en cela que la Constitution interdit la poursuite d’un député en session plénière. Laquelle position a été réitérée lors de son passage à l’émission Objections. Me Sall a indiqué que le débat n’est pas technique, mais plutôt politique. Il a, en même temps, accusé le Parquet d’avoir agi sur ordre de la Chancellerie qui a agi, elle-même, sur instruction du chef de l’Etat. « On ne peut pas violer l’immunité parlementaire. S’il se fonde sur les dispositions relatives au flagrant délit, pourquoi Oumar Sarr n’est pas jugé en flagrant délit ? Il doit être jugé à la plus prochaine audience. Il ne doit pas aller devant le juge d’instruction », a analysé l’ancien Garde des sceaux sur les ondes de Sud-Fm. Déplorant l’arrestation du Sg adjoint du Pds dont le seul tort est, selon lui, d’avoir repris l’article du journal Le Monde, Me Sall a confié que « le communiqué du Pds date d’un vendredi et Oumar Sarr a été cueilli le lendemain. S’il y a un délit flagrant, on juge la personne en flagrant délit. Si ses propos sont outrageants, il doit être poursuivi pour offense au l’Etat. Il s’agit de manipulations de la justice pour régler des comptes personnels ». Entre ces deux positions affichées par deux spécialistes du Droit pénal, le Pr Ndiack Fall vient trancher le débat. « Si le parlementaire commet des infractions après que son immunité a été déjà levée pour un cas d’infraction, une nouvelle levée de son immunité s’impose. La levée de l’immunité parlementaire est une disposition ponctuelle, on lève l’immunité pour une infraction déterminée », a déclaré l’enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Ucad. L’instruction se poursuit. Lentement. Mais sûrement. Pape NDIAYE WALFADJIRI




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES