PHENOMENOLOGIE D’UNE HYPO-PRESIDENCE : Macky Sall, un Président dont les échecs sont embellis en réussites

« La punition la plus grave, c’est d’être gouverné par un plus méchant que soi, quand on se refuse à gouverner soi-même : c’est par crainte de cette punition, ce me semble, que les honnêtes gens qu’on voit au pouvoir se chargent du gouvernement. » Platon

Platon justifiait la nécessité de l’engagement politique des élites intellectuelles par le risque qu’ils encouraient, par leur refus de participer aux affaires de l’État, d’être gouvernés par des médiocres. La réticence de Platon vis-à-vis de la démocratie se justifie précisément par le fait que ce type de régime politique est le seul où la médiocrité ne peut être écartée de la gestion du pouvoir. On ne peut pas dire que dans notre pays les soupçons de Platon aient été bien compris : les gens qui se disent vertueux fuient la politique comme de la peste et la scène politique est envahie par une bande d’insulteurs et de pyromanes qui n’ont d’autres atouts à faire valoir que l’insolence, le populisme et l’absence de principe. La peur d’être victime de la furie des médiocres est la principale raison qui dissuade les hommes justes à prendre une part active au jeu politique. Dans notre pays on cherche justement à gouverner parce qu’on ne sait pas faire autre chose. Otez de la classe politique les médiocres, il n’en restera que peu d’hommes intègres et exemplaires.

Le cas de l’Afrique en général et du Sénégal en particulier pourrait être une illustration parfaite de cet avertissement que Platon avait formulé à l’endroit des élites des son époque. Gouverner devrait être un sacerdoce, car ce n’est rien d’autre qu’être au service du peuple pour son salut. Être un serviteur du peuple : telle devrait être la vocation d’un homme politique. On comprend dès lors pourquoi Platon dramatisait cela en disant que dans un pays de vertueux les hommes justes fuiraient et s’exileraient pour ne pas avoir à gouverner. Dans notre pays, c’est juste l’inverse qui se produit : on se bouscule devant les portes du parti au pouvoir, on est prêt à vendre son âme au diable pour accéder au pouvoir. Ce n’est dès lors pas étonnant pour nous d’avoir un Président qui ne supporte guère la contradiction au moment où il accumule des échecs dans toutes ses entreprises. Un Président qui, malgré ses échecs dans ses médiations dans les crises africaines, exige de ses concitoyens une obéissance qui frise la soumission.

Nous avons un Président qui a partout échoué : l’acte 3 de la décentralisation (présenté comme un projet phare en matière de nouvelle vision de gouvernance locale) est l’emblème d’une hypo-présidence sans précédant dans l’histoire du pays. Comment un Président de la république qui dispose de tous les leviers politiques et juridiques et de compétences éminentes sous son autorité peut-il faire preuve d’un amateurisme aussi scandaleux ? L’acte 3 de la décentralisation a été un exemple d’empressement indigne d’un gouvernement dans un pays démocratique. Une réforme aussi importante aurait dû faire l’objet d’une délibération nationale non seulement au sein de la classe politique mais aussi au niveau de citoyens. La prise en charge par les citoyens de la question de la décentralisation par une coopération en amont des vrais acteurs de la décentralisation (syndicats et personnes ressources) aurait permis un partage national et une mise à niveau de tous les protagonistes.

Nous avons un Président qui a partout échoué : Macky a interdit et agréé le port de la « burqa » en l’espace de deux semaines. Un Président qui prend le temps de mûrir ses décisions et de les discuter avec qui de droit ne peut pas tomber dans des incohérences aussi saugrenues. La précipitation peut partout et chez tout le monde être tolérée, mais pas chez Président : car il a suffisamment d’hommes et de ressources pour lui indiquer la bonne direction. Un Président qui se précipite est un danger pour son pays car la sécurité et l’efficience ne sont pas compatibles avec la précipitation.

Nous avons un Président qui a partout échoué : Macky Sall a fait supporter l’année dernière la pire campagne agricole aux paysans ; et cette année encore la campagne de commercialisation de l’arachide est définitivement plombée par un double mensonge. On a d’abord menti sur les récoltes en avançant un chiffre de 1.500.000 tonnes alors que les paysans eux-mêmes affirment que le tiers de ce chiffre n’est pas atteint à cause d’une mauvaise qualité de semence. Ceux qui habitent la campagne savent que seuls les paysans dont la clairvoyance a recommandé d’acheter de semences dans les marchés hebdomadaires (LOUMA) ont eu des récoltes acceptables. On a ensuite fixé un prix populiste que les acheteurs ont du mal à respecter : le résultat est que les producteurs n’ont pas trouvé d’acheteurs.

Nous avons un Président qui a partout échoué : le Sénégal a connu plusieurs réformes institutionnelles avec toujours des débats féconds, mais jamais des réformes n’ont suscité autant de tensions pour cause d’absence de dialogue. Le pire est que les citoyens sont appelés à se prononcer sur des réformes tellement générales et creuses qu’ils ne savent pas exactement ce que veulent dire les articles qui constituent le corps desdites réformes. C’est la première fois dans l’histoire de notre pays que des tautologies juridiques sont proposées à l’approbation d’un référendum. Il est temps que quelqu’un explique à ce régime que marquer son époque et écrire son nom dans les pages glorieuses de l’histoire de son pays ne se font pas par viol. « De nouveaux droits » : c’est la première fois qu’une constitution soit muette en proclamant des droits ! Un fourre-tout juridique : voilà ce que sera la nouvelle constitution avec ces réformes.

Nous avons un Président qui a partout échoué : Macky Sall a initié une réforme de l’enseignement supérieur que les principaux acteurs de l’université (étudiants et professeurs) ont rejetée. Au lieu de résoudre la crise universitaire cette réforme a provoqué des crises en série et des scènes de guérilla urbaine au niveau du campus universitaire. Macky Sall a été le premier Président à être physiquement agressé dans l’espace universitaire à cause de sa manie à tout politiser. L’homme qui avait incriminé son prédécesseur de n’avoir pas fait grand-chose pour les enseignants est incapable de respecter les engagements minimalistes que son gouvernement a pris envers les syndicats d’enseignants.

Nous avons un Président qui a partout échoué : la couverture maladie universelle, le financement des femmes (véritable corruption institutionnalisée) les bourses familiales, la BNDE (futur siège de la haute cour de justice, de la CREI et de l’OFNAC), le PUDC (véritable stratégie de striptease pour appâter les espoirs du peuple et tromper le regard inquisiteur des partenaires au développement), sont soit des bricolages, soit des revers qu’on cherche à occulter par une publicité digne de Goebbels.

Nous avons un Président qui a partout échoué

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES