OPINION : Voter "NON" pour une insurrection démocratique !

La constitution devrait être écrite et protégée par les citoyens eux mêmes.
La responsabilité des citoyens, s’ils veulent rester libres, est de rester vigilants vis-à-vis des pouvoirs, de tous les pouvoirs.
La démocratie authentique est une solution aux problèmes que les citoyens ont avec les pouvoirs.
Selon Lord Acton, « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ».
Presque, toujours, aussi vertueux soient-ils au départ, tous les hommes au pouvoir changent et finissent par abuser de leurs pouvoirs, surtout s’ils restent longtemps au pouvoir.
Les pouvoirs, notamment le pouvoir exécutif, tendent à s’affranchir de tout contrôle rigoureux.
C’est pour cela que l’on a créé un pacte, appelé constitution, une règle supérieure, au dessus de tous les pouvoirs, qui fixe les règles dans lesquelles tous les pouvoirs doivent fonctionner.
Une constitution est un acte de défiance, une manière d’affaiblir les pouvoirs constitués que sont l’exécutif, le législatif et le judiciaire.
Mais, le problème que pose cette astuce citoyenne est de savoir QUI va écrire la constitution ?
En effet, si les citoyens laissent aux hommes de pouvoir le soin d’écrire la constitution pour fixer les limites de leurs propres pouvoirs, on peut croire, sans se forcer, que ce serait peine perdue : tout ce qui sera écrit n’aura qu’un but, celui de rendre les citoyens impuissants face aux gouvernants.
Depuis nos prétendues indépendances, notre peuple n’a jamais, hélas, eu l’occasion d’écrire une seule ligne de sa propre constitution.
En 1959, ce sont des colons qui ont écrit « notre première constitution ».
En 1963, ce sont des néocolonisés qui ont écrit "notre constitution »
En 2000, ce sont, pour l’essentiel, des politiques et des juristes sous influence de l’exécutif qui ont écrit « notre constitution »
En 2016, ce sont les politiques, des « sages et un expert payés par l’exécutif qui nous proposent des modifications de « notre constitution »
Or c’est là un abus de pouvoir, vous ne pouvez pas être juges et parties.
Si les citoyens étaient, vraiment, conscients de leurs droits, ils s’opposeraient à de pareilles forfaitures par une juste insurrection.
Les différentes constitutions qui ont eu la prétention de dire comment le peuple sénégalais entendait ou souhaitait organiser la gestion des affaires publiques n’ont été que de simples mascarades.
Les populations sénégalaises n’ont jamais ni été associées, ni été prises en compte ; il s’est toujours agit de « légaliser » l’abus de pouvoir, le contrôle absolu de nos libertés.
Les assisses nationales organisées par une partie des sénégalais étaient, sans aucun doute, une excellente initiative, mais, on le sait, maintenant, les acteurs, les plus déterminants, n’avaient jamais eu l’intention de servir les intérêts des citoyens ; ils ne pensaient qu’à eux mêmes et c’était, aussi, une façon d’exister, plus qu’une manière de produire un pacte fécond pour les citoyens.
La constitution a pour but ultime de garantir la liberté pour les citoyens ;
Car en abusant de leurs pouvoirs les gouvernants ne font pas qu’opprimés le peuple, ils lui ôtent toutes responsabilités.
Or, un citoyen qui ne se sent pas responsable est un poids pour sa communauté, il ne créé pas, il n’innove pas et n’entreprend pas, donc ne crée pas de valeurs ajoutées.
Au demeurant, l’absence de pacte fondé sur des valeurs partagées, sur le respect mutuel et sur la limitation des pouvoirs des gouvernants restent la cause essentielle de notre sous développement, de notre faible productivité et de notre si grande dépendance vis-à-vis de l’étranger.
Voter NON le 20 mars prochain peut créer un petit séisme chez nos élites et, peut être, pourquoi pas ouvrir la voie à un grand débat collectif sur notre pacte nationale afin que tous, nous y voyons nos identités, nos singularités et nos intérêts individuels reconnus et restaurés.
Voter Non pour dire notre opposition à l’accaparement du pouvoir par un clan au pouvoir contre tous les autres ; le 20 mars prochain, chacun devrait décider s’iil veut continuer à rester un citoyen libre ou un citoyen enchainé aux désirs des puissants.
Assurément, un NON, franc et massif, le 20 mars prochain serait la première insurrection démocratique de notre peuple, de notre pays.
L’émancipation de notre peuple est à ce prix là et à nul autre.
Tamba Danfakha
Secrétaire Général
Union Nationale Patriotique -UNP
Email : talantamba@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

DEPECHES

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES