OPINION : Voter "NON" pour une insurrection démocratique !

La constitution devrait être écrite et protégée par les citoyens eux mêmes.
La responsabilité des citoyens, s’ils veulent rester libres, est de rester vigilants vis-à-vis des pouvoirs, de tous les pouvoirs.
La démocratie authentique est une solution aux problèmes que les citoyens ont avec les pouvoirs.
Selon Lord Acton, « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ».
Presque, toujours, aussi vertueux soient-ils au départ, tous les hommes au pouvoir changent et finissent par abuser de leurs pouvoirs, surtout s’ils restent longtemps au pouvoir.
Les pouvoirs, notamment le pouvoir exécutif, tendent à s’affranchir de tout contrôle rigoureux.
C’est pour cela que l’on a créé un pacte, appelé constitution, une règle supérieure, au dessus de tous les pouvoirs, qui fixe les règles dans lesquelles tous les pouvoirs doivent fonctionner.
Une constitution est un acte de défiance, une manière d’affaiblir les pouvoirs constitués que sont l’exécutif, le législatif et le judiciaire.
Mais, le problème que pose cette astuce citoyenne est de savoir QUI va écrire la constitution ?
En effet, si les citoyens laissent aux hommes de pouvoir le soin d’écrire la constitution pour fixer les limites de leurs propres pouvoirs, on peut croire, sans se forcer, que ce serait peine perdue : tout ce qui sera écrit n’aura qu’un but, celui de rendre les citoyens impuissants face aux gouvernants.
Depuis nos prétendues indépendances, notre peuple n’a jamais, hélas, eu l’occasion d’écrire une seule ligne de sa propre constitution.
En 1959, ce sont des colons qui ont écrit « notre première constitution ».
En 1963, ce sont des néocolonisés qui ont écrit "notre constitution »
En 2000, ce sont, pour l’essentiel, des politiques et des juristes sous influence de l’exécutif qui ont écrit « notre constitution »
En 2016, ce sont les politiques, des « sages et un expert payés par l’exécutif qui nous proposent des modifications de « notre constitution »
Or c’est là un abus de pouvoir, vous ne pouvez pas être juges et parties.
Si les citoyens étaient, vraiment, conscients de leurs droits, ils s’opposeraient à de pareilles forfaitures par une juste insurrection.
Les différentes constitutions qui ont eu la prétention de dire comment le peuple sénégalais entendait ou souhaitait organiser la gestion des affaires publiques n’ont été que de simples mascarades.
Les populations sénégalaises n’ont jamais ni été associées, ni été prises en compte ; il s’est toujours agit de « légaliser » l’abus de pouvoir, le contrôle absolu de nos libertés.
Les assisses nationales organisées par une partie des sénégalais étaient, sans aucun doute, une excellente initiative, mais, on le sait, maintenant, les acteurs, les plus déterminants, n’avaient jamais eu l’intention de servir les intérêts des citoyens ; ils ne pensaient qu’à eux mêmes et c’était, aussi, une façon d’exister, plus qu’une manière de produire un pacte fécond pour les citoyens.
La constitution a pour but ultime de garantir la liberté pour les citoyens ;
Car en abusant de leurs pouvoirs les gouvernants ne font pas qu’opprimés le peuple, ils lui ôtent toutes responsabilités.
Or, un citoyen qui ne se sent pas responsable est un poids pour sa communauté, il ne créé pas, il n’innove pas et n’entreprend pas, donc ne crée pas de valeurs ajoutées.
Au demeurant, l’absence de pacte fondé sur des valeurs partagées, sur le respect mutuel et sur la limitation des pouvoirs des gouvernants restent la cause essentielle de notre sous développement, de notre faible productivité et de notre si grande dépendance vis-à-vis de l’étranger.
Voter NON le 20 mars prochain peut créer un petit séisme chez nos élites et, peut être, pourquoi pas ouvrir la voie à un grand débat collectif sur notre pacte nationale afin que tous, nous y voyons nos identités, nos singularités et nos intérêts individuels reconnus et restaurés.
Voter Non pour dire notre opposition à l’accaparement du pouvoir par un clan au pouvoir contre tous les autres ; le 20 mars prochain, chacun devrait décider s’iil veut continuer à rester un citoyen libre ou un citoyen enchainé aux désirs des puissants.
Assurément, un NON, franc et massif, le 20 mars prochain serait la première insurrection démocratique de notre peuple, de notre pays.
L’émancipation de notre peuple est à ce prix là et à nul autre.
Tamba Danfakha
Secrétaire Général
Union Nationale Patriotique -UNP
Email : talantamba@yahoo.fr




AFRIQUE-MONDE

logo article

En intégrant le Maroc, la CEDEAO deviendrait la 16e puissance mondiale devant la Turquie

26/02/2017 par :

(Agence Ecofin) - Le Maroc a présenté à Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, (...)

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES