OPINION : Une classe politique qui a besoin d’un supplément d’âme

Hier c’était Fada, aujourd’hui c’est Aliou Sow ! Les faits sont différents, mais la logique demeure la même : on se dispute des postes de responsabilité dans un parti où on a perdu (ou renoncé à) toute légitimité. La seule question qu’une telle posture soulève est : où se trouve la grandeur ? La dignité aurait suffit pour conseiller à un homme à qui il reste encore un peu de lucidité et de bon sens de ne pas s’avilir au point de disputer un poste de député à un parti dans lequel on ne se reconnait plus. Mais on me rétorquera que le champ politique n’est pas régi pas les catégories de la morale. A cela nous répondrons en citant A. Malraux : « on ne fait pas de la politique avec la morale, mais n’en fait davantage sans ». Comment un homme politique dont la fonction a été usurpée peut-il se prévaloir d’une légitimité politique ? Comment la fierté peut-elle faire défaut à ce point ?

Ailleurs les hommes politiques s’opposent sur des questions d’enjeu économique ou de politique sociale, mais dans notre pays l’assemblée est polluée par des pratiques de sectarisme, d’ostracisme et le champ politique est à la limite un espace où se disputent les petites choses avec de petits arguments. L’argument consistant à dire qu’on doit se battre par principe parce qu’on a contribué à l’effort de guerre ne peut pas prospérer ici : quand on décide de quitter un parti on lui rend ses faveurs. Ce que le PDS a fait pour Fada et Aliou Sow est incommensurable à ce qu’ils ont fait pour lui. Et s’il s’agit de représenter le peuple, les espaces pour le faire sont nombreux : la démocratie représentative peut parfaitement s’exprimer sous des formes différentes. C’est archifaux et malhonnête de penser qu’on ne peut pas représenter son peuple en dehors des sphères du pouvoir ou des instances de décision. En toute chose il faut un minimum d’élégance et de hauteur : les actions nobles requièrent toujours un peu de sacrifice. Qui indemnisera le PDS de l’affaiblissement qu’il a subi à cause de la défection de ses enfants après la perte de pouvoir ?

J’aurais été membre du régime de Wade je me serais fait une morale simple : la liberté de quitter le PDS, comme toute liberté, a un coût. Et ne méritent en général cette liberté que ceux qui sont disposés à en supporter le coût. Même dans la vie conjugale on peut se séparer de manière civilisée avec grandeur et respect mutuel. On ne peut pas prétendre reprocher à son parti d’origine un défaut de démocratie et adopter une posture qui contribue à affaiblir la démocratie : cette tartufferie ne fait qu’occulter un défaut de courage. Les grands hommes sont ceux qui savent très tôt prendre leur destin en main au lieu de se morfondre dans un opportunisme moribond. Il faut une grande âme pour les grandes conquêtes, il faut de grands hommes pour relever les grands défis. Tant qu’un homme n’est pas capable de noyer son destin personnel dans celui de son peuple il ne mérite pas de parler au nom de celui-ci. Les petites querelles sont toujours révélatrices d’un état d’esprit : l’intolérance.

C’est symptomatique d’ailleurs de constater que le régime actuel est devenu un sanctuaire pour des combines mesquines de ce genre. Ce qui se passe avec ce régime c’est qu’on se couvre du manteau du droit pour donner une apparence légale à des crimes contre la démocratie. On ne peut pas prétendre renforcer la démocratie et chercher affaiblir son opposition par des pratiques aussi mesquines. Milan Kundera a dit « celui qui regarde vers le haut ne peut jamais avoir le vertige ». Chez nous malheureusement on regarde tellement vers le bas que non seulement on a le vertige, mais on ne voit plus que les choses basses. L’esprit de dépassement manque cruellement à la classe politique sénégalaise et le régime de Macky Sall ne fait qu’amplifier la chose. Dans un régime où on cherche à sanctionner les personnes plutôt que les actes on ne peut pas bâtir la démocratie sur une philosophie autre que le manichéisme.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Sarr de Thiès




AFRIQUE-MONDE

logo article

Infographie : comment se porte le commerce des armes en Afrique ?

21/02/2017 par :

Selon les données du Stockholm International Peace Research Institute (Sipri) portant sur ces (...)

logo article

Bénin : l’Etat récupère ses hôtels

21/02/2017 par :

Le gouvernement béninois a prononcé ce mercredi 16 février, la résolution des conventions de (...)

logo article

AFRIQUE : Le Président de l’Assemblée des Etats Parties se félicite de la décision de la Gambie de ne pas se retirer du Statut de Rome de la CPI

17/02/2017 par :

PAPA MEO DIOUF : Le 10 novembre 2016, la République islamique de Gambie a notifié sa décision de (...)

logo article

Tchad : Comment a été créée la garde présidentielle

15/02/2017 par :

Les exercices sont répétés en conditions réelles à N’Djamena. "L’entraînement est gourmand en (...)

logo article

Mali : l’opération Barkhane annonce avoir déjoué un projet d’attentat à Kidal

15/02/2017 par :

Informée par la population d’une attaque terroriste en préparation à Kidal, une trentaine de (...)

logo article

Sortie du Franc CFA : pour les panafricains, une autre monnaie est possible

13/02/2017 par :

PAR PAPA MEO DIOUF : Dakar, le 13 février 2017 - La nouvelle journée de mobilisation du Front (...)

logo article

RAPPORT : UN DÉPUTÉ FRANÇAIS ÉVOQUE LA "MALADIE" DU ROI DU MAROC, MOHAMMED VI

11/02/2017 par :

A l’occasion de la remise d’un rapport sur les relations entre l’Europe et le Maghreb, Jean (...)

logo article

Félix Tshisekedi : « Mon père appartient au patrimoine national de la RD Congo »

10/02/2017 par :

La mêlée politique congolaise ne connait pas de trêve. Depuis le décès d’Étienne Tshisekedi, et (...)

logo article

Exclusif – Présidence Commission africaine : Toute la vérité sur l’échec cuisant des adversaires du Tchadien, Moussa Faki Mahamat ?

08/02/2017 par :

Après plusieurs mois de campagne intense, les candidats au prestigieux poste de Président de la (...)

logo article

AFRIQUE : LE SPECTRE DE LA GUERRE PLANE DE NOUVEAU SUR LE MAGHREB

06/02/2017 par :

Après le sérieux revers qu’il vient d’essuyer suite à la validation du retour du Maroc au sein de (...)

logo article

Idriss Déby Itno : « Au lieu de nous donner des leçons, l’Occident devrait écouter notre avis »

06/02/2017 par :

Chaos en Libye, enjeux sécuritaires autour du lac Tchad, crise pétrolière ou encore franc CFA. Le (...)

DEPECHES

21 février 2017

FRANCE : Le siège du Front national à Nanterre a été perquisitionné, lundi, pour la seconde fois dans le cadre de l’affaire des soupçons d’emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, a annoncé le FN, dénonçant "une opération médiatique".

21 février 2017

USA : Donald Trump a annoncé, lundi, la nomination du général H.R. McMaster comme nouveau conseiller à la sécurité nationale, en remplacement de Michael Flynn, au terme d’une difficile recherche qui a tenu Washington en haleine.

30 janvier 2017

AFRIQUE : Le Maroc réintègre l’Union africaine (officiel)

30 janvier 2017

Sommet de l’UA : le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu à la tête de la Commission de l’Union africaine Il succède donc à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

27 janvier 2017

POLITIQUE : La Conférence des leaders de Mànkoo Wattu Senegaal s’est réunie ce jeudi 26 janvier 2017 à la Permanence Nelson Mandela du Grand Parti. Examinant la question relative à l’invitation du Ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda DIALLO à participer « aux discussions sur le processus électoral » prévues avec le Président de la République, vendredi 27 janvier 2017 « au Palais présidentiel », le FDS / Mankoo Wattu demande à ses membres de ne pas prendre part à cette rencontre. Dans ce cadre, le FDS/ Mankoo Wattu invite la presse nationale et internationale à un point de presse qu’il tiendra vendredi 27 janvier 2017 à 15h30mn au siège du Grand Parti.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES