OPINION : Un président-aigle à la place d’un président faux-lion

« La vérité peut sans doute se ternir sur un pied, mais sur deux elle marchera et fera son chemin » Nietzsche, Le voyageur et son ombre

Macky Sall est décidément un président trop ordinaire : après avoir épuisé tous les ressorts de la propagande, il est obligé de descendre dans les bas-fonds de l’autoglorification et de la dissuasion. Par les actes qu’il ne cesse de poser Macky Sall montre que s’il est un lion, ses proies sont malheureusement des fourmis et des rampants. Au lieu d’un président-lion, c’est d’un président-aigle dont le Sénégal a besoin. L’aigle impérial est le symbole de la vision très bonne et de la majesté : vue perçante et vol majestueux, l’aigle est le symbole de la hauteur. En effet, l’aigle se nourrit le plus souvent de proies terrestres, mais jamais à même le sol : il prend de la hauteur. Le problème avec notre président c’est son allergie à l’altérité, dès qu’il rencontre la moindre altérité il perd son sang-froid et s’enfonce dans les méandres de l’invective et de la menace. Un président de la république est certes un être humain, mais il ne peut parler et agir comme un homme ordinaire. Les propos d’un homme d’État sont des actes républicains, car il est un emblème pour tout un peuple. Un président de la république ne peut pas avoir comme programme politique l’affaiblissement ou l’affaissement de son opposition.

Ce n’est pas seulement une posture d’intelligence que de respecter la différence, c’est aussi un signe d’humanisme. Le refus de la différence éloigne de la vérité, de la moralité et, par conséquent, de l’humanité. Vouloir réduire son opposition à sa plus simple expression n’est pas un signe de bravoure, c’est plutôt une preuve manifeste d’inculture démocratique. Il faut s’inspirer de la nature pour comprendre les signes que Dieu nous montrent tous les jours. L’unité du soleil est belle, mais elle cache la merveilleuse constellation d’étoiles qui symbolise la diversité et la fécondité. Il n’y a rien de plus sublime qu’un ciel de nuit constellé d’étoiles brillant chacune à sa façon dans un concert de lumières diverses, mais toutes belles. Et le soleil ne devient vraiment beau que quand il décline dans l’horizon occidental d’un ciel ouvrant ses portes à une pénombre fécondatrice de plusieurs lumières. Si le coucher du soleil est si admiré par les hommes c’est en partie parce qu’il symbolise le déclin de la solitude absolue (monarchie) et la genèse d’un univers où la diversité et la complémentarité sont la règle.

Macky Sall se trompe d’époque et de peuple, mais il manque surtout et d’humilité de perception correcte de la réalité : vouloir museler le peuple après avoir réussi à dompter la majeure partie de la presse privée, c’est méconnaitre les Sénégalais. Il peut, pendant un certain temps tirer largement profit de la magnanimité de certaines rédactions, des manœuvres de leaders d’opinion et de basses combines, mais aucune force humaine n’est absolue. On ne peut pas gouverner un pays comme le Sénégal en ne comptant que sur le maquillage des chiffres, le harcèlement de l’opposition et la corruption des élites. Le pluralisme n’est pas seulement un signe de vitalité démocratique, c’en est surtout le moteur et Macky Sall doit savoir qu’il n’incarne rien d’exceptionnel qui le mettrait au- dessus des autres présidents qui ont bâti la démocratie sénégalaise. S’il croit qu’avec ses acrobaties juridiques et ses manœuvres institutionnelles il peut tuer ce que représentent Ousmane Sonko et Nafi Ngom Keita, etc. pour la démocratie sénégalaise actuelle, il fait gravement fausse route. La démocratie sénégalaise est comme l’alternance des saisons : de nouvelles plantes germeront toujours là où les autres plantes ont péri sous la rigueur du soleil d’été.

Les fanfaronnades du régime de Macky Sall et de ses sbires dans la presse ne pourront jamais occulter les scandales à répétition qui rythment sa gouvernance. L’affaire Bictogo, les nébuleuses sur le pétrole et le gaz, la nomination discrète d’instituteurs proches du régime dans l’administration territoriale, la gestion quasi familiale du pouvoir, les marchés de gré à gré devenus monnaie courante, l’interdiction systématique et sans aucune gêne des manifestations de l’opposition, la persécution des syndicalistes qu’on bénissait naguère, etc. Rien ne peut effacer ces sombres pages de l’histoire de la gouvernance brouillonne et presque aveugle de Macky Sall. Il est faut certes de grands moyens politiques (argent, corruption, mensonge, manipulation, etc.) pour accéder au pouvoir dans une démocratie d’opinion comme la nôtre, mais il faut de grands hommes d’État pour s’y maintenir avec un bilan objectif, c’est-à-dire sans folklore ni ostentation médiatique.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès




AFRIQUE-MONDE

logo article

Gabon : Ali Bongo Ondimba en visite d’État en Chine

07/12/2016 par :

Six ans après sa dernière visite, le président du Gabon est en République populaire de Chine du 6 (...)

logo article

Élection présidentielle au Ghana : forte affluence des électeurs dans les bureaux de vote

07/12/2016 par :

Un peu plus de 15 millions de Ghanéens se sont rendus ce mercredi aux urnes pour élire leur (...)

logo article

SECURITE : L’armée libyenne reprend la ville de Syrte à l’EI

05/12/2016 par :

Le gouvernement d’union nationale a annoncé lundi la reprise totale de la ville de Syrte. (...)

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

DEPECHES

7 décembre 2016

DEPECHE : Une forte délégation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) se rend ce jeudi 8 décembre 2016 à 15 heures à Tiouaouane. La délégation sera dirigée par le Secrétaire Général National Adjoint, Oumar SARR. Elle sera composée de membres du Comité Directeur et de la fédération PDS du département de Tiouaouane. A travers le porte parole, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, la direction du parti transmettra un chaleureux message d’amitié et de fraternité du Président Abdoulaye WADE et de l’ensemble des militants à la famille de Seydi Elhadji Malick SY ainsi qu’à toute la Oumah islamique du Sénégal.

5 décembre 2016

GAMBIE : En Gambie, l’opposant Ousseynou Darboe sera bientôt libre. Son procès en appel a pris une dimension particulière après la victoire inattendue d’Adama Barrow à la présidentielle. Le leader du Parti démocratique unifié était l’un des principaux opposants au régime de Yahya Jammeh. Il avait été condamné en juillet à trois ans de détention, notamment pour manifestation illégale et son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Les juges de la cour d’appel viennent d’annoncer sa remise en liberté provisoire

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES