OPINION : Sans Karim Wade, Aminata Toure n’existe pas politiquement

L’art a ceci de particulièrement divin qu’il crée un monde fictif qui a pourtant la faculté de toujours refléter le monde réel. Mieux, dans les délicats procédés artistiques, il arrive que des artistes gravent le passé, le présent et l’avenir dans le même albâtre qu’est l’œuvre d’art. C’est ainsi que certains artistes réussissent à imprimer à notre avenir une forme qu’elle n’aurait peut-être prise sans l’art. Mais ce qui est surtout étonnant, c’est cette étrange capacité de l’art à toujours donner une clef de lecture de la réalité. Plus nous fréquentons l’univers artistique, davantage nous comprenons notre monde. L’illustration que nous en donnons ici est fournie par le septième art (cinéma) : le film Sam le croque-mort. Á travers ce film transparait une étrange manie du genre humain à puiser succès et plaisir dans une sorte de cannibalisme : projection, culpabilisation, cruauté, sadisme, cupidité et ambition se mêlent ici à l’ingéniosité pour produire le mal.

L’histoire est la suivante : Sam et son associé Rose Prairie pilotent une entreprise de « pompes funèbres itinérantes ». Au gré des morts naturelles ou
accidentelles, les affaires sont parfois très fructueuses. Mais de la même manière que le vent ne navigue pas toujours au gré des navires, la mort ne nourrit pas toujours son homme. Il arrivait des jours où l’entreprise ne fonctionnait pas car la mort n’était pas au rendez-vous : la bonne santé, l’hygiène de vie des habitants du village et leur prudence pour éviter des accidents étaient les ennemis de cette entreprise funèbre. Mais comme le dit Sam, « la mort ne vient jamais seule », on pouvait donc la provoquer pour faire fonctionner son entreprise funèbre au lieu de se morfondre à tourner les pouces des jours durant… Puisque la mort est le gagne-pain de Sam et qu’il n’y en avait plus assez, Sam décida de se transformer la nuit en tueur masqué qui commet des meurtres pour faire fleurir son entreprise funèbre. Quand on compare l’hystérie avec laquelle certains politiciens se délectent de l’affaire Karim Wade, on ne peut manquer de penser à ce syndrome de Sam le croque-mort.

De même que sans la mort Sam ne vit, sans Karim certains politiciens ne vivent pas : tous les chemins du buzz mènent à la prison de Rebeuss. Karim nourrit assurément beaucoup de bouches, mais il fait surtout exister certains politiciens dont toute l’activité politique consiste à le vouer aux gémonies. Á force d’entendre certains délires sur l’enrichissement illicite de Karim Wade on est tenté de leur coller le sobriquet de politiciens CROQUE-KARIM. Comment un être humain peut-il faire preuve d’une férocité pareille face à un autre humain ? Cette affaire Karim est l’une des plus juteuses pour des personnes qui auraient bien pu incarner le rôle de Sam le croque-mort dans une mise en scène de l’arène politique sénégalaise. Lorsque les faits établis font défaut dans cette affaire, l’imagination créatrice prend le relais, parce qu’il ne faut pas que la conscience collective soit libre d’interpréter ou d’apprécier les faits ambigus par ses propres moyens. Il est dès lors évident qu’il y a d’énormes enjeux à la fois politiques et financiers autour de cette affaire Karim Wade.

Á en croire Carl Schmitt, l’action politique promotrice par excellence c’est la désignation d’un adversaire. Il ne pouvait pas si bien dire lui qui était le conseiller juridique du 3e Reich : Hitler a fondé sa popularité et son ascension en attisant la haine raciale et faisant croire aux Allemands que leur ennemi mortel était le Juif. Au Sénégal également le manque d’inspiration politique est occulté voire compensé par le culte de la haine et la cruauté dans le traitement de ses adversaires politiques. Tous ceux qui peinent à assoir une légitimité politique certaine ou significative exploitent l’affaire Karim Wade comme une inépuisable mine politique qui permet une promotion certaine. Le résultat de cet étrange cannibalisme est que la médiocrité se cache toujours derrière la férocité contre un adversaire politique.

« La distinction spécifique du politique, à laquelle peuvent se ramener les actes et les mobiles politiques, c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi. Elle fournit un principe d’identification qui a valeur de critère, et non une définition exhaustive ou compréhensive » a dit Schmitt. Cette réflexion cruelle permet de comprendre le fondement insalubre de certaines entreprises qui prétendent amener la salubrité et la sobriété dans la gestion des affaires de l’État. En pointant du doigt les crimes réels ou fictifs d’autrui on détourne le regard inquisiteur du citoyen sur ceux qu’on est en train de commettre ou qu’on a fini de commettre.

Pour stigmatiser ce cannibalisme historique, Claude Lévi-Strauss a dit « l’histoire n’est donc jamais l’histoire, mais l’histoire pour. Partiale, même si elle se défend de l’être ; elle demeure inévitablement partielle, ce qui est encore un mode de partialité ». L’histoire « pour » (dans les deux sens du mot pour), car elle est toujours celle des vainqueurs et est relatée en vue de faire valoir une position. L’histoire comme récit n’est jamais conforme à l’histoire comme évènement : les faits historiques sont toujours déformés. Si les enquêtes sur l’enrichissement illicite et sur l’évasion fiscales étaient libres dans le temps et dans l’espace, on se rendrait compte que cette traque n’est qu’un écran de fumée.

Alassane K. KITANE, professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès

PS. C’est curieux d’ailleurs de constater que les États africains qui prétendent lutter contre l’évasion fiscale et l’enrichissement illicite ne s’empressent guère de retrouver les propriétaires de ces milliards de francs qui dorment dans les comptes de la BCEAO. Il existe des comptes (Plus de 800.000 attendent que leurs propriétaires se manifestent dans l’espace UEMOA) dont les propriétaires ne sont pas connus et leurs traces sont mystérieusement perdues (pour plus de détails suivre ce lien) http://maliactu.info/economie/bceao-la-problematique-des-comptes-dormants.
L’histoire de la mal gouvernance a des racines extrêmement profondes dans le passé de nos pays et elle pose même de sérieux problèmes d’indépendance pour ces pays.




AFRIQUE-MONDE

logo article

Mali : les partisans de Sanogo venus en masse au premier jour de son procès

01/12/2016 par :

Les partisans d’Amadou Haya Sanogo ont pris leurs quartiers à Sikasso, où a débuté mercredi le (...)

logo article

De Rabat à Madagascar, comment Mohammed VI étend l’influence du Maroc sur tout le continent africain

29/11/2016 par :

Rwanda, Tanzanie, Sénégal, Éthiopie, Madagascar, et bientôt Nigeria et Zambie. Jamais Mohammed VI (...)

logo article

Burundi : le conseiller du président Nkurunziza, Willy Nyamitwe, aurait échappé à une tentative d’assassinat

29/11/2016 par :

Willy Nyamitwe, conseiller en communication du président burundais Pierre Nkurunziza aurait été (...)

logo article

Sommet de Madagascar : l’Arabie saoudite devra patienter avant d’adhérer à la Francophonie

26/11/2016 par :

Malgré le plaidoyer de certains chefs d’États africains en faveur d’une adhésion de l’Arabie (...)

logo article

AFRIQUE : Les 5 questions que vous vous posez sur le sommet de la francophonie à Madagascar

25/11/2016 par :

Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement sont attendus à Antananarivo pour le XVIe sommet (...)

logo article

RDC – Interview exclusive de Matata Ponyo : « J’ai navigué dans des eaux infestées de crocodiles »

22/11/2016 par :

Le Premier ministre congolais sortant s’est confié en exclusivité à Jeune Afrique au sujet de ses (...)

logo article

OPINION : Pour une négociation politique tous azimuts au Burkina Faso

22/11/2016 par :

Affirmer qu’il règne une tension politique dans notre pays qui est à l’image de celle qui oppose le (...)

logo article

Pierre-Claver Mbonimpa : « Les présidents africains ont la même maladie »

20/11/2016 par :

De passage à Paris où il a été invité par Human Rights Watch pour recevoir le prix Alison Des Forges (...)

logo article

Maroc – UA : Mohammed VI sollicite l’intervention d’Idriss Déby Itno et reporte sa visite en Éthiopie

16/11/2016 par :

Le roi du Maroc a demandé au président tchadien ce lundi d’intervenir auprès de la présidente de la (...)

logo article

États-Unis : Trump promet d’expulser jusqu’à 3 millions d’immigrés clandestins

13/11/2016 par :

Le nouveau président élu des États-Unis Donald Trump a promis d’expulser jusqu’à 3 millions (...)

logo article

L’état d’urgence « devrait être prolongé jusqu’à l’élection présidentielle »

13/11/2016 par :

LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO - Le premier ministre souhaite que les mesures d’exceptions restent en (...)

DEPECHES

29 novembre 2016

URGENT : Un avion qui transportait une équipe de football brésilienne s’est écrasé près de la ville colombienne de Medellin. La police colombiennes annonce 76 morts

29 novembre 2016

HAITI : Jovenel Moïse a été déclaré vainqueur de la présidentielle haïtienne dès le premier tour, selon les résultats préliminaires annoncés ce mardi 29 novembre par le Conseil électoral provisoire (CEP). Le nouveau président a appelé les Haïtiens à s’unir pour relever le pays.

11 novembre 2016

DEPECHE/USA : Des milliers de personnes, pour la plupart des jeunes, ont à nouveau défilé dans la nuit de jeudi à vendredi dans les grandes villes américaines aux cris de « Pas mon président ! ». Des rassemblements parfois émaillés de violences comme à Portland. Trump accuse les média

7 novembre 2016

DEPECHE : Monsieur Macky SALL, Président de la République, et Sa Majesté Mohammed VI Roi du Maroc présideront la signature d’un Protocole d’accord pour la création d’un Centre de Formation dédié à l’Entreprenariat, ce mardi 08 novembre 2016 à 13 heures au Palais de la République. Après cette cérémonie, les deux Chefs d’Etat sont attendus à l’Hôpital Principal de Dakar pour procéder à la remise solennelle de médicaments offerts par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au Ministère de la Santé. Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc visitera, à cette occasion, le Pavillon Boufflers (Maladies infectieuses) ainsi que la Maternité de l’Hôpital. Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Sénégal à son illustre hôte.

29 octobre 2016

ACTUALITE : Monsieur Gorgui Ndong, Spécialiste en Gestion des Ressources humaines, précédemment membre du Collège du Fonds de Développement du Service Universel des Télécommunications (FDSUT), est nommé Ministre délégué auprès du Ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, chargé de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, en remplacement de Madame Fatou Tambédou.

DOSSIERS

KIOSQUE

BIENTÔT DISPONIBLE

+ POPULAIRES